RM Sotheby’s dégaine (aussi) un gros catalogue pour Monterey

Publié le par Benjamin

RM Sotheby’s dégaine (aussi) un gros catalogue pour Monterey

La Monterey Car Week approche à grands pas. Si on est pas sûr de pouvoir vous la faire revivre (difficile de voyager en ce moment), on peut néanmoins rêvasser devant les lots qui seront proposés par les maisons de vente aux enchères. Après Gooding & Co (on en parlait ici), c’est RM Sotheby’s qui sort un catalogue de haute volée.

Les ventes RM Sotheby’s à Monterey

Pour le coup, avec 164 lots et une concentration énorme de millionnaires potentielles (presque 60 autos) la maison canadienne ne pouvait tout passer en une seule journée. N’est pas Barrett-Jackson qui veut… Du coup ce sont 3 ventes qui seront organisées les 12, 13 et 14 Août prochain, pendant la Monterey Car Week.

Forcément le catalogue est impressionnant de densité et on vous propose notre sélection.

Les 8 plus grosses estimations

Imaginez que la 8e estimation des ventes RM Sotheby’s de Monterey 2021 devrait dépasser 4,5 million de dollars…

Forcément la première est vise très haut. C’est la Porsche 917 K de 1970 dont on vous avait déjà parlé par ici (et on vous laisse aller regarder pour connaître son pedigree). Elle est estimée entre 16 et 18.5 millions de dollars !

Les trois suivantes sont également des autos prévues pour la course. D’abord une Aston Martin DB4GT Zagato de 1962 (#DB4GT/0190/L). Une auto rare, un peu luxueuse pour une GT Zagato mais elle a peu couru. Elle fait partie de la Paul Andrews Estate Collection et est estimée entre 11 et 14 millions de dollars.

On passe ensuite à une Ferrari 268 SP de la même année. Cette auto, carrossée par Fantuzzi, fut engagée par l’usine aux 24h du Mans 1962. Elle possède encore son moteur V8 central, son shark-nose d’origine et elle est passée par le Mas du Clos. Elle est estimée entre 8 et 10 millions de dollars.

Autre Ferrari, une 275 GTB Competizione de 1966, une des 12 autos embarquant le moteur des « 250 LM » de cette année là. Cette auto a couru au Mans en 1967 en remportant sa classe puis en 1968 et en 1969. On ajoute des victoires de classe à Spa ou Imola, une mécanique restaurée et authentique et on obtient une estimation entre 8 et 10 millions de dollars.

On continue ensuite dans le registre des Ferrari. D’abord une 410 Superamerica Coupe Serie III de 1959. Une auto rare, sept exemplaires avec les phares sous bulle, forcément matching-numbers et couleurs, elle a déjà un beau palmarès… en concours et sera estimée entre 6 et 8 millions de dollars.

On continue avec une 250 GT LWB Berlinetta, celle que l’on surnomme la « Tour de France ». Cette auto de 1958 a terminé 4e du Tour de France cette année là, a été restaurée et possède, elle aussi, son palmarès en concours d’élégance. Elle est estimée entre 5.75 et 6.5 millions de dollars.

On reste dans la course avec une Jaguar Type D de 1955. Cette auto a couru… mais sur la glace, en Finlande, avec son premier propriétaire ! Elle y a remporté de nombreuses courses. Restaurée au début des années 2000, elle est en parfait état et bien documentée. L’estimation ? Entre 5.5 et 7 millions de dollars pour cette auto également issue de la Paul Andrews Estate Collection.

Enfin, une auto plus récente, une Porsche 956 de 1983. C’est la plus originale des privées (ex-John Fitzpatrick) qui ont couru contre l’usine. Elle a notamment fait les 24h du Mans 1983 et 1984 et a remporté les 1000 km de Brands Hatch 1983 et la manche de Road America en Can-Am l’année suivante. Elle est estimée entre 4.5 et 6 millions de dollars.

Les françaises de la vente

Le catalogue de la vente RM Sotheby’s à Monterey n’est pas le plus fourni en françaises. On en trouve que 3… mais ne chipotons pas, elles sont magnifiques… et c’est peu dire.

Pour commencer : une Delage 15-S-8, aussi appelée 1500 GP, une des autos qui permit à la marque de remporter le championnat du monde 1927. Rappelez-vous, elles avaient eu droit à leur exposition à Rétromobile 2017. Celle-ci, la n°4 a gagné de nombreuses courses après ceci et a participé aux 500 Miles d’Indianapolis 1929. Elle fait partie de la Peter Giddings Collection et est estimée entre 2.5 et 3.5 millions de dollars.

On passe ensuite à une Bugatti Type 57 Cabriolet. En 1934 elle est carrossée en Galibier avant de recevoir cette carrosserie de cabriolet en 1937. Une auto qui a reçu des freins hydraulique à l’époque et qui est estimée entre 650 et 800.000 $.

Enfin on retrouve une Citroën DS 21 Cabriolet de 1970. Une auto avec l’injection, restaurée en 2017 et estimée entre 300 et 400.000 $.

La Paul Andrews Estate Collection

On vous a déjà présenté quelques autos de cette collection… et ce n’est pas fini. C’est une des stars de la vente RM Sotheby’s à Monterey.

Après la DB4 GT Zagato, on retrouve une DB4 GT Lightweight de 1959, une des 5 autos du genre, estimée entre 4 et 5 millions de dollars. Dans le même genre, on ajoute une autre DB4 GT Zagato, une continuation de 1991 estimée entre 3 et 3.5 millions.

Et puis, toujours des Aston Martin avec une DB5 Cabriolet de 1965, restaurée il y a 10 ans et estimée entre 1.85 et 2.25 millions de dollars, mais aussi un coupé estimé entre 900.000 et 1.25 million de dollars. On ajoute également l’une des deux Aston Martin DB2/4 Cabriolet carrossée par Bertone et estimée entre 850.000 et 1.2 million.
Plus récente, on termine même avec une Vanquish Zagato de 2018 estimée entre 500 et 600.000 $.

On ne va pas tout vous montrer, il y a quand même 26 autos de la collection dans le catalogue. On vous note quand même ces quelques autos :

  • une Duesenberg Model J « Butterfly » de 1929 carrossée par Murphy. Une auto estimée entre 2.75 et 3.25 millions de dollars
  • la « voiture 0 » de la série des continuations de Type E Lightweight de Jaguar, estimée entre 1.5 et 1.85 million
  • une superbe Ferrari 250 GT/L Berlinetta Lusso de 1963 estimée entre 1.5 et 1.75 million
  • une Packard Twin Six, berline décapotable de 1932 carrossée par Dietrich et estimée entre 1.2 et 1.5 million
  • une Bentley 4½-Litre Open Four-Seater Sports de 1929 à carrosserie Vanden Plas, estimée entre 1.1 et 1.3 million
  • une Mercedes 300 SL de 1957, estimée entre 1 et 1.3 million
  • une Mercedes 300 SC Coupé de 1956, estimée entre 650 et 750.000 $
  • une Alfa Romeo Giulietta Sprint Veloce « Alleggerita », une version de course plus légère, estimée entre 300 et 350.000 $

La Peter Giddings Collection

Moins d’autos dans cette seconde collection mais on sent le passionné des autos de course d’avant-guerre. Après la Delage, ce sont deux Alfa Romeo qu’on retrouvera sous le marteau.

On commence par la plus ancienne, une 8C 2300 Monza de 1932, tout simplement l’auto qui a remporté les Mille Miglia cette année là qui a été détruite en 1937 puis reconstruite. Un morceau d’histoire estimé entre 2.5 et 3.2 millions.

La seconde est une Tipo C 8C de 1935, une auto qui a gagné de nombreuses courses en son temps. Là aussi l’estimation est élevé : entre 3 et 4.5 millions.

Cinq petites dernières

Difficile de choisir dans cet énorme catalogue (que vous retrouvez par ici). Mais on rajoute encore 5 autos à la sélection.

D’abord trois autos de course avec une Cobra 289 de course, ex-usine, pour commencer avec une estimation comprise entre 3.75 et 4.25 millions. Ensuite une Porsche 935 K3, une auto qu’on a déjà vu au Mans Classic en 2018, avec un gros palmarès et estimée entre 1.7 et 2 millions de dollars. La dernière est une Ferrari 512 BB/LM de 1981 qui a fait deux fois les 24h du Mans et qui est estimée entre 3 et 3.5 millions de dollars.

Pour terminer cette sélection, deux autos de route. D’abord une rare Dodge Firearrow II de 1954 à carrosserie Ghia. Une auto estimée entre 900 et 1.200.000 $;
Et pour terminer, un Combi, un 23 vitres de 1962 restauré et estimé… entre 150 et 225.000 $ !

Benjamin

http://newsdanciennes.com

Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.