L’Aronde, l’hirondelle qui a fait le printemps de Simca

L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca
Benjaminhttp://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

La Simca Aronde P60, personnalisation 1960

En 1959, l’Aronde devient la P60, le P venant de Personnalisation et le 60 des années 1960 qui s’annonçaient. C’est en effet une innovation que lance Simca avec la possibilité de personnaliser sa voiture avec 32 choix de couleurs et d’harmonies de carrosserie, à multiplier avec les 12 choix amenés par les carrosseries, les moteurs et les options ! Pendant ce temps là, chez la concurrence, la tendance de l’époque est plutôt à la rationalisation et à l’uniformisation…

Tout le design est revu sur ces nouvelles versions avec une calandre abandonnant les moustaches pour une grille, les pare-chocs à buttoirs avec tampon caoutchouc, des ailerons arrières plus prononcés et un pavillon nervuré.

Seules les Élysée, Montlhéry, Grand Large et Monaco (version remplaçant la Grand-Large Spéciale) obtiennent la nouvelle carrosserie, elles sont fabriquées à Poissy, on parle de P60 P. On reconnaît le type de moteur équipant la voiture au dessin des baguettes latérales : creusées au niveau de la portière arrière moteur Flash, larges sur toute la longueur, moteur Flash Spécial.

Idem pour les couleurs des baguettes qui fournissent une autre information : argentées pour les berlines, dorées pour les coach. Les utilitaires, eux, conservent l’ancienne carrosserie de l’Aronde 1300, idem pour la Deluxe d’entrée de gamme qui est dédoublée en Deluxe Six (moteur appelé Six cv, 1090 cm³, 42 ch, 6 CV fiscaux, finition correspondante à l’ancienne Deluxe) et Super Deluxe reprenant grosso modo la finition des anciennes Élysée avec le moteur Flash 7 CV. Ces versions sont reconnaissables des modèles antérieurs par leur logo P60 situé sur l’aile avant droite, partagé avec le reste de la gamme. Ces versions sont fabriquées dans l’ancienne usine de Nanterre, on parle alors de P60 N.

En 1959 Simca montre aussi avec le Budgetest que l’Aronde est toujours économique en réalisant une consommation de 6,38l aux 100 km en région parisienne avec une Deluxe Six, allant ainsi chercher la Renault Dauphine sur son terrain. Tout ceci conduira l’Aronde à son apogée en terme de production : 194.553 exemplaires de l’Aronde tombent des chaînes en 1959.

Pour 1960 Simca dote son entrée de gamme de la carrosserie P60 avec l’Étoile 6 qui reprend le concept de la Deluxe Six avec une finition simplifiée et un moteur 6 CV, reconnaissable à ses baguettes de caisses fines et incurvées au niveau de la porte arrière. Notez qu’en parallèle la Deluxe 6 est maintenue au catalogue avec en fin d’année une face arrière modifiée avec la suppression de la poignée du coffre et la modification de l’éclairage de plaque. Aussi, la Super Deluxe devient la Deluxe Outremer avec une mécanique protégée du sable et réservée, comme son nom l’indique, aux DOM TOM.

Les utilitaires reçoivent eu aussi la nouvelle carrosserie mais uniquement dans leur partie avant, l’arrière restant identique à celui des années précédentes. On note aussi l’apparition pour une seule année-modèle de la version Artisanale : une Châtelaine avec un grillage derrière les vitres arrières. Fin décembre 1959 les taux de compression sont revus à la hausse sur les moteurs Flash et Flash Spécial, ce dernier passant à 60 ch. Enfin, on note l’arrivée d’une sympathique option baptisée “Grand Air” qui est un toit ouvrant souple Webasto disponible sur toutes les berlines et coachs de la gamme.

En janvier 1960, la millionième aronde tombe des chaînes, il s’agit d’une Étoile 6, un tirage au sort sera organisé au sein de l’usine et elle sera offerte à un membre du personnel. Enfin, en février 1960 apparaît la Ranch, version haut de gamme de la Châtelaine. C’est un break deux portes vitré avec finition haute, peinture bicolore, butoirs de pare-chocs avant entièrement chromé d’Aronde 1300, intérieur proche de celui des Montlhéry, moteur Flash Spécial et roues de 14 pouces au lieu de 15 pouces pour les autres utilitaires.

Notez aussi que suite à un contentieux avec la marque Studebaker, Simca décide d’arrêter d’utiliser le S stylisé. Il disparaît alors des enjoliveurs de roues qui se contentent désormais d’un fond rouge sans logo et du bouchon de réservoir qui s’ornent désormais d’une hirondelle stylisée. Enfin, les mappemonde rappelant les records du monde 1957 sont supprimées de l’arrière des Aronde pour cette année 1960.

1961 est une année importante dans la carrière de l’Aronde avec l’adoption du moteur Rush en remplacement du Flash. Le Rush apporte l’épurateur d’huile centrifuge en bout de vilebrequin, et surtout les 5 paliers en lieu et place des 3 paliers sur le Flash, corrigeant ainsi un des défauts les plus reprochés au Flash. Les plus grincheux diront qu’il n’est toujours pas chemisé ce qui en limite encore la durée de vie…

La réalité est que le Rush est un excellent moteur, existant comme le Flash en différentes versions. Ils présentent une cylindrée identique aux moteurs de la génération Flash qu’ils remplacent. La version Rush 6CV remplace le Six CV issu du Flash, la cylindrée reste à 1090 cm³ mais la puissance passe de 40 ch à 42 ch. Le Rush standard de 1290 cm³ obtient 52 ch au lieu de 48 ch pour le Flash. Enfin le Flash Spécial de 60 ch sur les dernières versions est remplacé par le Rush Super de 62 ch. Les utilitaires adoptent quant à eux le Rush Service de 48 ch, sauf le Ranch, toujours doté du moteur le plus puissant de la gamme.

Pour marquer ce changement, plusieurs détails de présentation sont revus : le logo ARONDE de la face avant laisse place à un logo SIMCA sur le capot, les enjoliveurs de roues sont simplifiés et abandonnent le centre rouge, les baguettes de caisse deviennent rectilignes et identiques sur l’ensemble de la gamme et enfin le tableau de bord adopte un cadran à aiguille en lieu et place du Simcascope. Pour finir, l’Étoile se dédouble avec l’Étoile 7, alliant la basique finition Étoile et le moteur Rush 7CV.

Ultimes évolutions

On arrive en 1962 et l’Aronde continue d’évoluer avec 3 nouveaux modèles au catalogue. Le premier, l’Étoile Super est une Étoile 6 avec la finition de l’Élysée, les deux autres constituent l’aboutissement de la gamme Aronde : les Montlhéry et Monaco Spéciale. Elles adoptent une nouvelle version du moteur Rush, le Rush Super M délivrant 70 ch au lieu de 62 ch pour le Rush Super. Ces deux versions disposent d’options qui leur sont propres comme une peinture gris irisé métallisé, signe de luxe à l’époque, ainsi qu’un intérieur spécifique en Naugahyde, un skaï beige très épais et d’excellente facture qui sera utilisé plusieurs années par Simca. Ces deux options donnant à l’Aronde un look très chic et très moderne.

1963 commence à avoir l’odeur de la fin pour l’Aronde, en effet tout le monde a compris que son remplacement était proche. On sent bien que Simca est en train de préparer la suite en coulisses ! Les suppressions de modèles sont nombreuses avec la fin des Étoile 7, Montlhéry, Monaco et Monaco Spéciale, les Montlhéry continuant leur carrière. Arrêt de la production aussi pour l’ensemble des utilitaires de la gamme, à l’exception du Ranch.

Le sursis ne sera que de courte durée, car en janvier 1963 Chrysler devient actionnaire majoritaire de Simca, le 22 mai 1963 la Simca 1300 prend définitivement la place de l’Aronde sur les chaînes de production. Le 31 mai de la même année Henri Théodore Pigozzi quitte ses fonctions à la tête de Simca Automobiles alors que son entreprise emploie 23.000 personnes et produit 1400 voitures par jour. Une page de l’Histoire Automobile française se tourne.

En 12 ans, ce sont 1.442.155 Arondes qui sont sorties des usines de Nanterre et de Poissy. A noter que d’élégants coupés et cabriolets ont également existé, fabriqués par Facel-Métallon … mais c’est une autre histoire, dont on aura l’occasion de reparler …

En bonus, découvrez notre vidéo d’une magnifique Simca Aronde 1300 Élysée de 1957 :


1951-1955

L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca

La Simca 9


1956-1958

Simca Aronde

L’Aronde 1300


1959-1963

L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca

La P60

Cliquez sur les images pour retourner en arrière

Photos : http://webmaster.simca.free.fr/

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca

Sur le même thème

Nos derniers articles