Grand Prix de l’Age d’Or 2019, du beau spectacle à Dijon

Grand Prix de l'Age d'Or 2019, du beau spectacle à Dijon
Alexis Bonhomme
Alexis est un passionné de photo et d'automobiles bourguignon. Il a rejoint l'équipe de News d'Anciennes en Juin 2018.

À la une sur News d'Anciennes

[Vidéo] Le Saviez-Vous ? Les Renault et leur empattement variable !

Cela faisait longtemps qu'on ne vous avait pas proposé une vidéo "Le Saviez-Vous". Après vous avoir parlé des Renault Gordini, c'est à...

La Renault 12 à la conquête du monde

La Renault 12 on la connaît bien en France puisqu'elle y a été un vrai succès avec des millions d'exemplaires fabriqués et...

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la Triumph Sebring d’Eric

Après nous avoir présenté son Checker Marathon (le taxi new yorkais, c'est par ici), Eric nous présente une autre de ses belles....

Le plastique et l’automobile ancienne

Quand on parle de plastiques dans une voiture, on pense immédiatement aux voitures des années 80 et aux tableaux de bords. Mais...

Ce week-end s’est déroulé Grand Prix de l’Age d’Or 2019 sur le mythique circuit de Dijon-Prenois. Un événement immanquable puisqu’il allie un cadre magnifique et sympathique à de belles autos en course.

Le Grand Prix de l’Age d’Or 2019 sur la piste

Au Grand Prix de l’Age d’Or 2019, six plateaux de course différents ainsi qu’un plateau roulage ont pris la piste.

Dans un premier temps le Formula Junior – FIA Lurani Trophy, un plateau invité qu’on ne retrouve pas d’habitude lors des événements Peter Auto (voir les courses de Barcelone et de Spa Classic).
Il regroupait d’anciennes autos de courses, l’antichambre de la formule 2 à l’époque ! Mécaniquement parlant, les blocs étaient finalement proches de la série mais atteignaient quand même plus de 100ch. Quand à la cylindrée, celle-ci était comprise entre 1000 et 1100cm³ selon le poids de la monoplace.

Vint ensuite le Greatest Trophy. La crème de la crème de l’endurance des années 50-60. On a pu retrouver entre autres des Maserati Birdcage et autres Alfa Roméo Guilia TZ, Ferrari 250 LM…

Concernant la même période historique, se couraient la plus longue course du Grand Prix de l’Age d’Or 2019, celle du Sixties Endurance. Plus de 60 autos d’époques au départ. Un régal aussi bien auditif que visuel ! Malheureusement cette longue course de deux heures à été entachée d’un crash d’une Alfa Roméo Guilia Sprint GTA a la sortie du gauche des tribunes. Pas de blessés aux dernières nouvelles mais une autos bien mal en point. Les aléas de la courses font aussi ce charme si unique.

Beaucoup moins longs mais toutes aussi intéressantes, les passages des autos de l’Heritage Touring Cup. Là les BMW 3.0 CSL et autres Ford Capri sont reines des circuits, les Escort et autres Coupé Bertone pas en reste.

Les courses Classic Endurance Racing. Deux plateaux pour deux époques. Par contre on note que le Grand Prix de l’Age d’Or 2019 n’a pas forcément attiré des plateaux très fournis. Malgré tout on peu trouver des grosses Porsche 930 Turbo et autres Lola. On notera la présence de la Ligier JS2 de 1975 qui nous a autant régalé que pendant le Tour Auto.

Après tous ces plateaux multipliant les autos mythiques et toutes pleines d’intérêt, l’essence même de la course est toujours représentée tôt ou tard ! Je parle bien-sûr des courses monotype ou seul le pilote fait la différence ! Au Grand Prix de l’Age d’Or 2019 on retrouvait la 2.0 CUP regroupant un plateau de 30 anciennes 911. On a pu voir de belles bagarre et surtout de belles dérives à chaque courbe ! Un vrai spectacle à l’ancienne.

Dans les paddocks et les espaces clubs

Finalement après toutes cette animation c’était l’heure de rejoindre l’enceinte du circuit et l’espace club ! Comme à leurs habitudes on a pu retrouver le club des Alpina et des Alpines, ou un bel alignement de MX5. Pas moins de 650 exposants avec des autos, certes belles, mais toutes différentes les unes des autres avec beaucoup de modèles spécifiques. On peut retenir une Peugeot 405 de Supertourisme accompagnée d’un florilège de Mi16 et autres T16.

Les paddocks étaient totalement ouverts et permettaient aux fans de clés à molette de se délecter du travail des mécanos. C’est toujours un plaisir de retrouver ces monstres de la piste si accessibles finalement.

Comme les années précédentes le Grand Prix de l’Age d’Or 2019 a encore ramené du monde au bord du circuit et a permis de faire perdurer la passion de l’automobile ancienne. À l’année prochaine !

Le prochain rendez-vous Peter Auto, sur la piste, ce sera le Hungaroring Classic.

Grand Prix de l'Age d'Or 2019, du beau spectacle à Dijon

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Le Mans, le film mythique mérite-t-il autant d’éloges ?

Comment ça "on touche pas aux monuments" ? L'arrivée de Le Mans 66 sur les écrans de cinéma puis de télévision a...

La Renault 12 à la conquête du monde

La Renault 12 on la connaît bien en France puisqu'elle y a été un vrai succès avec des millions d'exemplaires fabriqués et...

Le plastique et l’automobile ancienne

Quand on parle de plastiques dans une voiture, on pense immédiatement aux voitures des années 80 et aux tableaux de bords. Mais...

[Vidéo] Le Saviez-Vous ? Les Renault et leur empattement variable !

Cela faisait longtemps qu'on ne vous avait pas proposé une vidéo "Le Saviez-Vous". Après vous avoir parlé des Renault Gordini, c'est à...