Classic Days 2018

Un avant goût du Mans aux Classic Days 2018

Pour sa 11 ème édition, les Classic Days 2018 réunissaient un nombre impressionnant de légendes du sport automobile. Au programme, les 70 ans de Porsche, Jacky Ickx et bien d’autres surprises. En piste !

L’année dernière, les Classic Days fêtaient avec succès leurs 10 ans avec en vedette les F1 de la marque au losange (retrouvez notre reportage en cliquant ici). Ces samedi 28 et dimanche 29 avril 2018, le circuit de Nevers Magny-Cours prenait des airs de 24h du Mans pour la 11ème édition des Classic Days. Pendant deux jours, différents plateaux ont défilé sur piste, enchaînant les sessions de roulage.

Les prototypes d’endurance

On attaque fort avec le plateau le plus impressionnant et assourdissant, celui des prototypes d’endurance. On retrouvait des modèles fidèles à l’événement mais dont on ne se lasse pas, comme la Matra MS 630 des 24h du Mans 1968, l’Alpine M63, la Moynet LM75 ou encore la Lucchini SP 92 dans sa livrée Martini Racing. Des autos en démonstration, le chrono ne compte pas, mais les tours pris par les moteurs ne trompaient pas quand aux envies des pilotes.

70 bougies pour Porsche

Porsche 356 - Classic Days 2018

A l’occasion des 70 ans de la marque de Stuttgart, le musée Porsche (visité par Gaultier ici) sortait sur piste quelques uns de ses modèles de compétition les plus emblématiques pour notre plus grand bonheur.

Commençons avec cette Porsche 917 “longue queue” de 1971. Arborant initialement les teintes de l’écurie Gulf, ce modèle sera rhabillé par Porsche aux couleurs de Martini Racing. Prêtée par le musée des 24h du Mans (à redécouvrir en cliquant ici), c’est le pilote français Romain Dumas qui en faisait la démonstration lors de cette 11ème édition des Classic Days.

Ce dernier était également au volant de la Porsche 935 Martini Racing de 1980. Un modèle élaboré sur la base de la 911, largement caréné et introduisant le turbocompresseur au sein des modèles de la marque.


Star des Classic Days, la Porsche 956 Rothmans était présente avec à son volant son pilote de l’époque : Jacky Ickx. Championne du monde d’endurance en Groupe C de 1982 à 1985, elle apportera au pilote belge une 6ème victoire sur le circuit des 24h.

Mais ces autos n’étaient pas les seules. On retrouvait aussi une 962 et une 906 sur la piste du Mans.

Les ancêtres des Classic Days 2018

Côté avant-guerre, il y avait également de belles choses sur la piste de Magny-Cours pour les Classic Days 2018. On commence par une monstrueuse Bentley Blower Le Mans de 1929 qui nous a marqué, et qui était accompagnée de quelques Bugatti Type 35 et Type 37 et de nombreuses MG .

Chaque année, l’événement s’associent à la Cité de l’Automobile de Mulhouse (la référence mondiale en matière de musées automobile à redécouvrir ici avec Benjamin) pour présenter un modèle oublié. Cette année, les Classic Days 2018 rendaient hommage à la Lambert Seize de 1949, conservée dans son état d’origine. Une automobile de compétition qui s’illustra au Bol d’Or sur le circuit de Montlhéry. Elle finira 3ème de la catégorie « 1100 course » en 1949 et 1951 puis elle remporta l’épreuve en 1952 à Montlhéry.

Un banc d’essai avant Le Mans Classic

Les Classic Days apparaissent également comme un tour de chauffe avant Le Mans Classic 2018. De nombreux équipages profitent des sessions de roulage pour tester leurs bolides avant l’épreuve mancelle, à l’image ce coach D.B HBR5. Une GT que nous avions essayé ici dans sa version civile. A bord, Antoine Laureau et Antoine Moreau avaient terminé 2nd à l’indice de performance au Tour Auto 2017 et membres de l’Equipe Los Amigos dont on vous reparlera très vite. Depuis, la préparation mécanique de la voiture a été revue pour améliorer ses performances sur piste.

Dimanche matin, j’ai pu monter aux côtés de Vincent Dursen, le préparateur du coach, pour un tour de piste. Lors de cette session de roulage, l’adhérence était très changeante, la piste était sèche dans la trajectoire et plus humide à l’extérieur. Un léger écart en virage a été sans appel, nous avons fini dans la bac à graviers. Plus de peur que de mal, la voiture n’a rien mais le test aura été écourté.

Une parade toujours prisée

Malgré la pluie, la parade du dimanche sur circuit au profit de l’ICM (Institut du Cerveau et de la Moelle épinière) aura réuni plus 700 véhicules ! Le chiffre des Classic Days 2018 peut paraître en retrait, mais n’oublions pas que l’événement se décline maintenant sur d’autres circuits, ce sont les Classic Festival et Classic Heritage, qui eux aussi ont leur parade.

Le grand intérêt c’est que chacun des participants venu en ancienne, et qui s’est inscrit auparavant, peut prendre la piste, au milieu d’un énorme peloton du coup, et derrière les ancêtres qui régulent le tout !

Conclusion : un événement génial, même sous la pluie !

Les Classic Days 2018 est un événement si riche que deux jours suffisent à peine pour pour profiter d’un tel spectacle. En un week-end, ils ont réuni la passion de l’automobile sous toutes ses formes et toutes les époques. Les autos n’ont pas été épargné par la météo et ont essuyé quelques travers mais le spectacle était bien là. Avec une telle mixité des plateaux (ancêtres, monoplaces, youngtimers…) et cette proximité avec le public dans les paddocks, on en redemande !




Vincent on Facebook
Vincent
Rédacteur à News d'Anciennes
Etudiant et passionné d'automobiles , il commence en 2011 en écrivant "Auto d'Antan", une revue amateur sur les voitures anciennes.
Trois ans plus tard il se lance sur la blogosphère puis rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2016 .
Il partage la route avec sa Motobécane N40T et de son Vélosolex 3800.

4 commentaires sur “Un avant goût du Mans aux Classic Days 2018”

  1. Romain Dumas n’a pas conduit la 917 LH… C’est Sébastien Crubilé, préparateur qui a restauré la voiture en 2010 qui était à son bord tout au long du week-end.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.