Plateaux Originaux et Public au rendez-vous à Automédon 2017

C’était l’un des événements à ne pas manquer ce week-end. Automédon 2017 a bien tenu son rôle de deuxième grand salon parisien. Un beau salon, avec beaucoup de choses à voir, mais qui changeait des précédentes éditions.

Avant de venir à Automédon 2017, il suffisait de se remémorer les années précédentes (le reportage de 2016 est à lire ici) pour se dire qu’on allait voir un salon avec des plateaux populaires et d’exception, beaucoup d’américaines, de Kustom, de Hot-Rods, des motos en vue, des exposants variés et de qualité et surtout un parking de folie.
Mais si on reprend ces certitudes, en fait cet Automédon 2017 est à part. On vous emmène faire un tour complet.

Photos : Bertrand Pierre


Les expos et les plateaux : plus pointus que d’habitude

Après les autos de compétition où les gloires du Monté Carlo, on s’attendait à voir des autos qui parlent à tous cette année encore. Le thème des carrossiers français est connu. Voisin, Chapron, Figoni et Falaschi, bref les grands noms allaient être au rendez-vous. Et bien Automédon 2017 nous prend à contre-pied sur ce coup.

On trouve certes de très belles autos, mais plus anciennes, d’un temps où ces carrossiers étaient plus nombreux… et tous n’ont pas eu l’honneur de voir leurs noms traverser les ages. Belvalette, Rheims & Auscher, Rotshild, Ansart & Teisseire, voilà des noms que seuls les plus pointus connaissent. En tout cas ce sont de belles trouvailles qui sont rassemblées sur plusieurs plateaux concoctés par l’organisation et la Cité de l’Automobile. De vrais morceaux d’histoire ! Les autos sont des années 10 et 20 majoritairement. Une époque qu’on voit assez peu sur ce genre de salons.

Plus près de nous dans le temps, un beau plateau de Panhard, marque toujours très en vue à Automédon, nous faisait (re)découvrir Pichon Parat, autre carrossier français, venu lui de Sens.

Enfin, beaucoup plus près, les Youngtimers. Un beau plateau rassemblait au fond du salon des productions de toutes marques (avec beaucoup de Peugeot) mais dont le point commun était d’avoir été dessinées par Pininfarina.

Américaines, kustoms, motos ? Présentes mais peu nombreuses

Que s’est-il passé ? Automédon 2017 voyait sa surface réduite de 20% par rapport à ce qu’on a pu connaitre les années précédentes. Et c’est sur la partie qui faisait la différence de ce salon que s’est fait l’écrémage. Les motos ? réduites à peau de chagrin ! A peine un petit plateau de Ducati fait-il de la résistance. En tout cas les vendeurs de pièces et nombreux négociants ne sont pas là… et ça se voit.

Constat moins visible au niveau des américaines, nombreuses malgré tout. On en voit plus que dans beaucoup d’autres événements, ok. Mais à Automédon 2017 on n’y trouve pas l’armada habituelle. Clubs, négociants et restaurateur assurent néanmoins une belle présence. Par contre les amateurs de kustoms et hot rods seront déçus, ils sont bien rares cette année à l’intérieur, mais se rattrapent sur le parking.


Des exposants en nombre, restaurateurs et vendeurs de pièces bien épaulés par les clubs

Les clubs sont chaque année très nombreux au Bourget. Automédon 2017 ne dérogeait pas à la règle et on trouvait de nombreux clubs de marque qu’on ne voit pas si souvent. Les belles autos sont de sortie et forment des expositions variées qu’on découvre au gré des allées. Mentions spéciales pour la Peugeot 204 Coupé Ducarme et la Porsche 928 qui a fait un tour du Monde.

Automédon 2017 rassemblait aussi des restaurateurs qu’on voit peu en salon. Exemple : PN Classic ou Lady Art Car, deux des officines qui apparaissent dans l’émission Vintage Mecanic. Le CNVA, un restaurateur de Facel Vega ou un autre spécialisé dans les Citroën étaient aussi présents.
Autour, les pros qui font vivre l’ancienne. Les amis de Classic Auto Elec ou Tourraine Radiateurs exposaient leurs pièces et leur savoir faire. On trouvait un peu moins de miniatures, c’est rare, et un peu plus de belle documentation. Les pros de la pièce étaient aussi présent à l’extérieur ou la bourse était la grande gagnante du soleil.


Le parking d’Automédon 2017, grand gagnant du beau temps

Quand il pleut sur le Bourget, le salon fait grise mine et est amputé d’une de ses atouts majeurs. Automédon 2017 a bénéficié du soleil et de la chaleur. Une recette gagnante pour remplir ce bel écrin de plus de 1000 places. Car c’est une des expositions à ne pas manquer à Automédon. Avec ses allées remplies d’autos classées par marque, Automédon 2017 a encore proposé une très belle exposition extérieure. Plus que des mots, on vous laisse découvrir tout cela en photos.


Conclusion : un beau salon qui manque de constance

Automédon 2017 n’a pas ressemblé aux éditions précédentes. Le salon reste un des plus beaux de France. Un salon à la fois convivial et étonnant, qui sait toujours nous étonner.

Pourtant il est sans cesse remis en question, notamment par ses exposants qui étaient ainsi moins nombreux cette année. Mais les visiteurs sont là, et c’est le principal. Nul doute que l’édition 2018 verra plus de stands et la diversité attendue se réinstaller au parc des expositions du Bourget.

la galerie de ce samedi est à voir ici.


Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


1 commentaire sur “Plateaux Originaux et Public au rendez-vous à Automédon 2017”

Laisser un commentaire