Les Autos de la Collection Dreye prochainement dispersées par Stanislas Machoïr

Le 28 Juin, Stanislas Machoïr revient à Cambrai, ville qui l’a vue grandir. Avec sa maison de vente Toulousaine, ils ont la mission de disperser la superbe collection crée par la famille Dreye.

L’origine de la collection Dreye

La famille Dreye est à l’origine une famille belge, établie à Liège et spécialisée dans la fabrication d’attelages hippomobiles. Alexis Dreye II, participe à des courses de vélo, notamment sur un Grand-Bi. Pas d’accord avec son père sur l’avenir, il part à Cambrai superviser une fabrique de vélos qui fait faillite.

C’est alors qu’il commence à s’intéresser aux automobiles. Il monte un garage pour s’en occuper et devient agent de la marque Hotchkiss, mais également des camions Saurer puis Berliet. Au cours de ces années, il commence à constituer une belle collection. Obligé de fuir Cambrai pendant la guerre, il abandonne ainsi son garage. Son fils, Alexis Dreye III reprendra les activités mécaniques en l’orientant beaucoup vers le machinisme agricole. Il continue la collection, mais voyant son age avancer, il vent une partie des autos à Adrien Maeght dont le musée ne durera pas…
Depuis sa mort en 1986, les autos n’ont pas bougé. Et c’est ce qui reste donc de la collection Dreye qui sera vendu le 28 Juin.

De belles pièces d’automobilia

Forcément, à chaque fois qu’un ancien garage est vidé, on trouve des belles pièces d’automobilia. Au catalogue, des lots de pièces, des calandres, des bidons, des plaques émaillées. Bref de quoi bien décorer le garage d’un collectionneur.

Les plus belles pièces de la Collection Dreye : les autos

Une pièce unique comme lot phare

Point d’orgue incontestable de la Collection Dreye : une Voisin C18. C’est une auto unique. Tant par sa carrosserie aérodynamique exceptionnelle, totalement dans le style voisin que par sa mécanique. Il n’a existé que trois V12 construits par la marque. Cette auto en a un sous le capot !
Une auto qui sera à coup sûr fort disputée, les collectionneurs américains étant déjà sur les rangs. Elle est estimée entre 500.000 et 800.000 €.

Les autres françaises haut de gamme

Dans la suite des lots de la collection Dreye, on trouve une étonnante GAR Type B5 de 1929. Cette auto relativement confidentielle possède une super ligne, aidée par un moteur 8 Cylindres de 1375 cm³ seulement. Elle est estimée entre 30.000 et 40.000 €.

La collection Dreye compte aussi deux Hotchkiss. Logique pour un garage qui représenta la marque depuis les années 1900 jusqu’à sa fermeture en 1954. On trouve ainsi une 13/50 Anjou de 1951 estimée entre 3.000 et 4.000 € et une 617 de 1935 estimée au même prix.

On ne vous parle ici que des lots les plus emblématiques mais bien d’autres sont proposés. Peugeot 201, 504, DKW Junior, Fiat 509, Citroën Traction, la collection Dreye est éclectique. Vous retrouvez tous le catalogue en cliquant ici.

Photos : Stanislas Machoïr

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire