Dossier : les anciennes et l’argent

On le sait tous, les voitures anciennes sont une passion qui peut s’avérer très dispendieuse. Mais ces dernières années, les voitures anciennes sont devenues la cible de spéculations et un investissement plus qu’une passion. Voici deux pistes pour se faire une idée.

1 Les anciennes, un placement à très forte rentabilité.

alfa-rm
Alfa Roméo 1900 C Sprint vendue 196.000 € en 2014

Si les anciennes sont pour certains une passion, pour certains il s’agit d’un placement. Pourquoi voir cela comme ça ?

Tout d’abord ce genre de réflexion n’apparaît pas dans tous les cercles. Deux cas pour y arriver : soit être amoureux des vieilles mécaniques, être fortuné et vouloir combiner les deux, soit avoir une collection chérie de plusieurs voitures qui, sans trop s’en soucier, prennent de la valeur.

Mais un placement de quel type ? Lorsque l’on regarde les millions d’euros que peuvent atteindre certaines voitures, lorsqu’elles appartiennent à la même famille depuis trente ou quarante ans, il devient évident qu’une plus-value va être réalisée. Attention, toutes les voitures ne sont pas concernées, mais il y a de beaux profits envisageables si l’on choisit bien.

Les voitures de collection sont ainsi devenues le premier placement par rentabilité. Une étude britannique récente, estime que la rentabilité de ces investissements est estimée aux alentours de 400 %, loin devant le marché de l’art, 195 %, les grand crus viticoles, 165 % ou l’horlogerie avec 72%. Attention, il convient de préciser que ce chiffre ne s’applique qu’au grand luxe.

Une Delahaye 135 MS Coupé était cotée entre 550.000 et 150.000 F en 1994 ce qui représentait alors entre 23.000 et 85.000€. Actuellement elle côte entre 33.500 et 105.000€ soit 23 % d’évolution.
Autre exemple avec une Ferrari Dino sur une période plus courte : 50.000 en 2002, 350.000 maintenant.

p1060616_resultat (1)
Vente Artcurial Retromobile 2014

Du coup, les spéculateurs se sont détournés de certains de ces produits pour assaillir le monde de notre passion automobile. Si certains achats sont dénués de sens spéculatif, il est cependant évident que pour d’autres, les voitures sont vues comme une oeuvre d’art qui rapportera beaucoup à la vente. On arrive par contre à certaines limites lorsque le désintérêt est total et que les voitures ne roulent pas. N’imaginez pas faire une plus value sur une voiture non entretenue !
Par contre, tous ces objets ont un point commun, ils sont souvent vendus lors de ventes aux enchères prestigieuses où l’effervescence fait encore grimper les prix.

On pourra cependant garder un peu d’espoir de garder des prix bas et des voitures accessibles à la plupart des passionnés. En effet, certaines populaires (hors 2CV et Méhari) voient leur prix grimper au fil des années sans pour autant devenir inabordable. Pour exemple, une Simca 1100, que l’on connaît bien ici, reste souvent en deça des 2500 €, et les perspectives de plus value sont quasi nulles.
C’est aussi vrai pour certains modèles de voitures plus haut de gamme, on notera par exemple la Ferrari 208 GT4, mal aimée du cheval cabré, que l’on peut s’offrir pour le prix d’une compacte diesel bien équipée.

Pour l’anecdote, le secteur bancaire a bien compris les avantages de ces placements. Plusieurs banques proposent en effet des prêts spécifiques pour l’achat de véhicules de collection.

2 Un moyen de défiscaliser.

artauto
Art et Automobile de Collection : Objectif defiscalisation

En plus de pouvoir espérer une belle plus-value lors de la revente de leur automobile, les investisseurs peuvent profiter de leur voiture pour défiscaliser. On suit ici une dynamique très répandue sur le marché de l’art depuis de nombreuses années, sauf que là, pas question de laisser une “croûte” à un musée pour payer ses impôts.

Car au même titre que les objets d’art, le mobilier ancien, les propriétés intellectuelles ou artistiques, les voitures de collection rentrent dans les biens déductibles de l’ISF. Le but recherché : essayer de garder le patrimoine automobile en France (vaste programme).

Attention cependant, les critères sont assez strictes pour définir un véhicule éligible, et ce dans un but purement restrictif.
En effet au regard des lois, il y a deux critères principaux :
– Le véhicule doit être un véhicule de collection
o Le véhicule doit être rare (subjectif mais cela exclut quand même les populaires)
o Le véhicule n’est pas utilisé “conformément à sa destination initiale” : oubliez le daily driver
o Le véhicule est vendu comme un autre véhicule et possède une valeur relativement élevée.
– Le véhicule possède un intérêt historique
o Le véhicule est dans son état d’origine, aucune préparation n’est acceptée
o Le véhicule est âgé d’au moins 30 ans
o Le type du véhicule n’est plus en production

On notera par contre qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une carte grise collection pour satisfaire l’un de ces critères, contrairement à certaines informations visibles ici et là.

p1090991_resultat (2)
La Ferrari 250 GTO, la voiture de tous les records de prix de vente

Si vous n’avez pas encore compris l’avantage : une villa de 5 millions d’euros sera imposable (combiné au reste du patrimoine, comptez environ 1.25 à 1.5 % d’ISF) tandis qu’une superbe Ferrari que vous pourrez engager au Mans Classic ne le sera pas.

Petit revers de la médaille, vous serez taxé à la revente. Mais là aussi, le placement est intéressant, il faut garder sa voiture longtemps. Une voiture de ce type est taxée soit à 7% du prix de la vente, soit à 34.5 % de la plus-value. Mais vous pouvez vous affranchir de cette taxe à condition de garder votre voiture au minimum 22 ans. Et lorsque l’on garde une telle voiture 22 ans, il est quand même difficile de ne pas devenir passionné !

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire