L’Autobrocante Festival de Lohéac, le coin de Bretagne des amoureux d’autos

Ce week-end en Bretagne le petit village de Lohéac était le siège de la 24ème édition de l’Autobrocante Festival au Manoir de l’Automobile et des Vieux Métiers. Un événement immanquable qu’on avait pas encore couvert. Alors on vous emmène.

Premier week-end d’Octobre, c’est le rendez-vous des collectionneurs pour le traditionnel Autobrocante Festival qui se déroule tout autour du Manoir, sur une étendue de 15000m². En bordure et sur le pourtour d’un grand étang, le site est plutôt plaisant. L’accès au circuit pour les démonstrations est facile. Chaque année les thématiques changent, même si celles-ci tournent principalement autour de la Marque au losange.

Cette année, les F1 sont à l’honneur et pas moins d’une douzaine d’exemplaires de 1977 à aujourd’hui, sont exposées et certaines feront plusieurs tours de piste, pilotées par le mythique Jean Ragnotti et Michel Leclère, qui a lui aussi écumé de nombreuses courses autos et notamment au volant de bolides Renault.
Les premiers tours de roue du matin se firent sous une légère pluie, il fallait du talent pour rester en piste.

Les 4L se réunissaient également pour la 10e fois à l’Autobrocante Festival. Depuis ces longues années, les visiteurs aussi ont pris leurs habitudes et reviennent régulièrement. C’est le rendez vous des copains, des familles, des fans…des passionnés en fait. L’engouement de ceux, venus en ancienne, voire en prestige, empruntant pratiquement tout le pourtour du circuit de Rallycross. En se garant religieusement en épis, sans aide de commissaires, démontre bien ce respect naturel des lieux. En épis bien sûr… en reconnaissance de la marque Hommell ?

Avec toujours un vif succès, les amphibies ne désemplissent pas et le vaste étang est constamment sollicité par les visiteurs assidus.

L’Autobrocante Festival bat son plein durant tout le week-end, avec pas moins de 400 exposants, de clubs, de particuliers, de professionnels et ceci à toutes les échelles. En pièces détachées anciennes, le visiteur est comblé avec la présence de tous les spécialistes professionnels hexagonaux. En miniatures, la concurrence est très rude… des stands et encore des stands. C’est le rush, au pôle du fabricant local OTTO/GT Spirit, spécialiste du 1/18ème et du 1/12ème .Un public attentionné s’empresse à découvrir les nouvelles réalisations mensuelles et ça ne désemplit pas.

Ici, tout se déroule dans la simplicité. Jamais on est sollicité par quelque abonnement de revue du groupe Hommell , qui pourtant est créateur de plus de cents revues et notamment dans le domaine sportif et mécanique. ECHAPPEMENT C’est pour moi la référence, la revue sportive à l’époque de mon apprentissage (68)…
Non rien de cela, c’est super cool, au rythme du propriétaire….tout au moins à l’image qu’il donne. Le visiteur participe activement aux questionnaires pour gagner des baptêmes de piste, ainsi qu’aux périodes d’autographes diverses, où notre Jeannot national s’y prête toujours dans sa naturelle humeur.

Je reviens avec plaisir, sur le Manoir. 14000m² supplémentaires tout de même. Depuis toujours, extraordinaire de pouvoir visiter ce magnifique musée avec le même billet d’entrée que l’Autobrocante Festival. Je m’y suis attardé et j’ai été scotché par tout ce que l’on peut visualiser. Les collections d’autos sont prestigieuses, on passe de l’hippomobile à la Formule 1, comme dans un rêve… Rien n’est délaissé.

On s’embarque dans les « avant-guerre » pour retrouver nos populaires puis c’est au tour des sportives et des extras sportives pilotées par des pilotes d’usine, ce sont ensuite, les mythiques et pourquoi pas les utilitaires qui ont desservi tous nos anciens petits commerces et puis c’est le tour des prestigieuses… Les deux roues et plus, motorisés ou pas, des avions, des bateaux, des jouets…

On prend son temps naturellement car les milliers de détails tels que les affiches, les documents, la déco, les œuvres d’art en tous genres et tous matériaux, les scènes historiques miniaturisées, les vidéos, les moteurs, les outils… c’est phénoménal ici. Un faible pour le secteur des Métiers d’Antan… c’est à tomber. Les reconstitutions des ateliers et notamment des métiers et petits commerces disparus… Wouah ! Du superbe ouvrage… Pas étonnant que l’on franchisse les frontières… pour s’enivrer d’histoire.

Une phrase de Michel Hommell, qui me tient bien. « Quand vous apportez gentillesse, bonheur, énergie et argent, on vous accueille à bras ouverts ».

Que dire de plus, sinon… à l’année prochaine pour l’Autobrocante Festival 2017.

Notre galerie photo complète est à voir ici.

Hommage au passage, à Michel Hommell, qui à la fin des années 80, décide de poser ses valises à Lohéac. Le village renaît au fil du temps et de devenir cet incontournable site touristique. Même si la voiture pour certains, n’est pas un attrait principal, au rayon des vieux métiers, personne ne reste insensible. Sous sa casquette de constructeur des véhicules Hommell, tous auréolés du sigle à « trois épis »… Personnellement, je lui ajouterais bien d’autres épis pour le résultat de ses entreprises diverses, menées dans ce petit village…. Merci encore pour ce magnifique mémorial.

Vous aimez ? Partagez !

3 réflexions au sujet de « L’Autobrocante Festival de Lohéac, le coin de Bretagne des amoureux d’autos »

  1. Bel article en effet qui nous replonge avec délices dans l’ambiance de ce superbe festival. Venus de la Drôme parce que nous rêvions depuis longtemps de visiter le Manoir, l’autobrocante n’était qu’un prétexte mais les deux vont très bien ensemble. C’était géant et magique: nous avons adoré! Au bas d’une descente d’escaliers, rencontre mythique avec le maître des lieux: Michel Hommel. Occasion de nous rendre compte que sa réputation de légendaire gentillesse n’est pas usurpée. Il a été charmant et nous a dédicacé notre livre « M.H. La passion à plus d’un titre ». Il faut avouer que nous étions accompagnés par des cousins Cousin, des fidèles de la première heure de l’aventure du Manoir. Si Michel Hommel a réalisé là quelque chose d’incroyable, en ce 24° anniversaire, je crois qu’il sera d’accord pour que l’on rende aussi hommage à tous les artisans locaux qui ont donné le meilleur de leurs compétences et de leur savoir-faire pour que la ferme d’origine soit aujourd’hui ce magnifique musée. Depuis sa retraite ardéchoise, André Cousin (22 tonnes de peinture, 3000 tableaux et posters encadrés, presque autant d’enseignes lumineuses suspendues) continue de faire la promotion du Manoir de l’Automobile! Rendez-vous est déjà pris pour le rallye-cross de 2017, un autre week-end incontournable de passionnés, même si presque 900km de route nous en séparent!

Laisser un commentaire