La Walter Junior, la Ballila Tchèque

Pfiou, pas facile de trouver des infos sur cette auto croisée lors des 48h Automobiles de Troyes 2016. Ok l’automobile faisait partie de la délégation tchèque et elle avait un air de Fiat 508 Ballila. Mais la Walter Junior est bien plus méconnue que les autres 508 sous licence !

Les origines de Walter

Premièrement on va planter le décor : Walter ce n’est pas une marque anglo-saxonne ou américaine. Vous l’aurez compris, Walter est bien une entreprise Tchécoslovaque. La marque est fondée en Bohème en 1911 par Josef Walter. C’est son père, serrurier, qui l’a initié à la mécanique. Au départ on construit dans l’usine des motocyclettes et des tricycles à moteur. Les moteurs sont réalisés en interne.

Les automobiles sont fabriquées à partir de 1913 mais ce ne sont que des petits véhicules avec de faibles puissance. Ils sont fabriqués dans une usine de Prague. L’usine ferme pendant la guerre et reprend en 1919. Après la guerre les autos sont plus puissantes, la WZ a même une déclinaison de course !
En 1922 Walter s’en va créer une entreprise d’engrenage. Il est en fait poussé dehors par ses financiers. La même année, l’usine commence à fabriquer des moteurs d’avions BMW sous licence.

Enfin, nouveau beau coup en 1931, la firme Walter signe un contrat avec Fiat. En l’échange de la fourniture de moteurs d’avion, Fiat autorise la marque Tchécoslovaque à produire des automobiles sous licence. La première à apparaître sur les chaînes de production de l’usine de Prague est la Walter Bijou, la version locale de la Fiat 514.
La même année on lance la Walter Royale, rien de moins qu’une concurrente déclarée de la Bugatti du même nom ! Equipée d’un V12 elle aura le même succès : 5 exemplaires seront construits.

1932, apparition de la Walter Junior

La Walter Junior, la moins connue des Ballila

Mais c’est 1932 qui nous intéresse. La firme tchèque continue sa collaboration avec Fiat et après la Walter Bijou, c’est la Walter Junior qui est présentée.

Cette auto est nouvelle en Tchécoslovaquie et elle arrive simultanément sur bien des marchés. Le marché unique n’est pas là, et la Fiat 508 Ballila qui nous intéresse ne peut pas être importée partout. On connaît bien mieux les productions polonaises nommées Fiat Polski 508 Junak, les allemandes Fiat NSU 1000, en France la Simca-Fiat 6CV. Fiat Hispania en produit également.

Et donc en Tchécoslovaquie, c’est la Walter Junior, d’ailleurs, c’est la seule licence à s’affranchir du nom de Fiat. Au passage c’est aussi la moins connue des productions sous licence. Extérieurement, comme la Walter Junior est semblable à une Fiat 508 jusque dans ses déclinaisons. Seule la calandre chromée change.
Du côté technique, le moteur est bien le même 4 cylindres en ligne de 995 cm³ pour 20ch. La voiture reste une propulsion de petite taille avec ses 2.25 m d’empattement.

La Walter Junior évoluera

En 1933 est lancée la Walter Junior S. Le moteur est un peu gonflé et monte à 30ch. On conserve tout le reste de la voiture, de la cylindrée à l’empattement.

En 1934 c’est la Walter Junior SS qui pointe le bout de son nez. Là, on revoit le moteur en profondeur. Si la cylindrée ne change pas, l’arbre à came latéral est supprimé et on monte une culasse avec arbre à came en tête. La puissance grimpe à 35ch ! La voiture est une terreur des circuits et gagne souvent sa classe dans les courses Tchécoslovaques de l’avant guerre.

Fin des activités automobiles et recentrage sur l’aviation

La Watler Junior était encore au catalogue quand Walter cesse sa production d’automobiles en 1936. En effet, la production n’est pas aisée, la commercialisation se limitant de facto à la seule Tchécoslovaquie…

La société Walter continuera ses activités d’aviation. Les moteurs à pistons seront absorbés par Avia, tandis que les turbo réacteurs continueront d’être construits par Walter. La société sera rebaptisée Motorlet sous l’ère soviétique avant de redevenir Walter en 1995. Depuis 2007, elle appartient à GE, et n’est plus du tout un producteur d’automobiles.

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire