Tentative avortée : la Ford F3L

On en a vu une à Retromobile cette année, une Ford F3L et beaucoup se sont demandé ce que c’était. Rien à voir avec une monoplace, la F3L est une auto très rare et qu’on a vu (trop) peu.

Pour le coup, on vous parle là d’un prototype qu’on a même pas vu à Le Mans Classic, puisque la voiture n’est simplement pas éligible !

Genèse de la Ford F3L

Replaçons nous en 1967, Ford domine l’endurance. Les Ford GT40, notre article ici, sont présentes, mais ce sont les déclinaisons MkII et MkIV, qui ne s’appellent d’ailleurs plus des GT40, qui dominent l’endurance. En plus de ça, le J.W. Automotive Engineering, notre article sur l’équipe ici, a créé les Mirage, sur base GT40.
La razzia est totale, avec notamment les 24h du Mans.

Mais les gros moteurs vont être bannis à partir de 1968, sur les prototypes, qui devront se limiter à 3L. C’est pour cela que les Ford GT40 MkI vont pouvoir continuer à se battre aux avant poste, ce sont des GT (on fera le même tour plus tard, en Allemagne avec les Porsche 917).
Si les Ford GT40 aux couleurs Gulf de John Wyer continuent, certaines équipes qui engageaient des MkII ou desMkIV se retrouvent à pied.

C’est le cas du Alan Mann Racing, qui va du coup développer un prototype. Curieusement, c’est le nom de Ford F3L qui va être utilisé. Car on fait confiance au moteur 3L DFV de Ford, tout nouveau et qui gagnera plus tard de nombreuses courses.
Pour le châssis, on monte une monocoque, en alu, solution alléchante, et on travaille beaucoup sur l’aérodynamique de l’engin.
Le travail est certes poussé, la voiture a un faible Cx et atteint jusque 350 km/h, mais la voiture est instable. A tel point que John Surtees ou Jack Brabham, contactés pour la piloter, refusent le volant.

Une carrière courte et peu d’arrivées

La première course des deux premières autos construites a lieu le 7 Avril 1968 sur les 6h de Brands Hatch. McLaren et Hulme arrivent à bien cerner la bête et obtiennent une belle seconde place sur la grille. Rindt et Spence seront eux plus malchanceux puisque leur moteur ne passera pas les essais.
En course, Spence remplacera Hulme, mais la voiture ne finira pas, la faute à des problèmes de transmission.

La sortie suivante ce sont les 1000km du Nürburgring. Spence est mort aux essais des 500 miles d’Indianapolis et les autres pilotes ne sont pas disponibles. Ce sont donc 4 nouveaux pilotes que le Alan Mann Racing engage sur les Ford F3L : Gardner associé à Attwood, Irwin à Rodriguez.
La Ford F3L va confirmer sa réputation d’inconduisible. Alors qu’Irwin entre dans Flugplatz aux essais, il perd le contrôle de la voiture et la détruit. Lui-même est si sévèrement blessé que c’est la fin de sa carrière ! L’autre voiture, 5e sur la grille, elle ne finira pas, problème de freins cette fois-ci.

Aux 1000km de Spa, seulement une semaine plus tard, il n’y a donc qu’une seule auto engagée. La Ford F3L est confiée à Gardner et Hahne. Le premier va donner le sourire a toute l’équipe en qualifiant la voiture en pole position ! Mais c’est le système électrique qui va cette fois entraîner l’abandon de la voiture.

Au Tourist Trophy à Outlon Park, début Juin, Attwood ne finit pas, c’est le différentiel qui lâche cette fois. A Silversone pour l’AMOC 500, c’est le moteur qui entraîne l’abandon… A Zeltweg, aucune auto ne vient se présenter.

Pour 1969, on construit une nouvelle voiture, évolution de la première. Une seule est prête pour la première course de la saison, les 6h de Brands Hatch.
La voiture est tellement inconduisible que Brabham, prévu sur la voiture avec Gardner, refuse de prendre le départ.


La version 68 reçoit quand même une grande aile reliée directement sur les suspensions arrières. L’effet est de réduire la hauteur de la voiture à pleine vitesse. Gardner remplace Gregory sur la voiture qui abandonne cette fois sur un problème de pression d’huile.

La dernière course sera celle de la version 1968 qui est engagée à Silverstone pour Gardner… qui abandonnera. Dernière course, et ultime abandon. La voiture était plutôt performante, mais la fiabilité l’aura miné.

De nos jours, il reste deux voitures, dont celle qu’on vous présente ici et qui était à Retromobile cette année.

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire