Renault 15 et 17, fausses jumelles et vrais succès

Renault 15 et 17, fausses jumelles et vrais succès
Renault 15 et 17, fausses jumelles et vrais succès
Alexis Bonhomme
Alexis est un passionné de photo et d'automobiles bourguignon. Il a rejoint l'équipe de News d'Anciennes en Juin 2018.

À la une sur News d'Anciennes

Les Panhard de la collection Duranteau font un carton sous le marteau

Bien que la maison de vente ne soit pas l'une des plus connues, la collection qui était dispersée le week-end dernier avait...

À la Visite de La Virée d’Antan à Brassac-Les-Mines

C'est au sud du Puy-de-Dôme, entre Clermont-Ferrand et le Puy en Velay qu'on peut découvrir un beau musée dédié à l'automobile :...

Fin Septembre Artcurial dispersera l’éclectique Collection André Lurton

Septembre sera le mois des collections chez Artcurial. La vente Trigano (certes prévue au printemps et repoussée) dont on vous parlait ici,...

8ème Rallye de la vallée de Chevreuse : Caritatif et addictif

Pendant que Bertrand est allé vous pêcher des autos de folie à la Normandy Beach Race (reportage à venir), et que se...

Les évolutions des Renault 15 et Renault 17

Phase 2 (1976 – 1979) :

La phase 2 prend place après quatre années de commercialisation ; elle commence au 1er Mars 1976. Il est donc l’heure de faire le point ! Personne n’est sans savoir les conséquences du premier choc pétrolier de 1973, la Citroën SM en témoigne.

Cette période a profité à la Renault 15 qui domine alors les ventes des coupés chez Renault atteignant les 74% en 1975 (la version TL peut se targuer de représenter la moitié des ventes totales). La Renault 17, en somme la mieux motorisée, n’était pas de taille à affronter ces épreuves face à une Renault 15 modestement motorisée et de surcroît plus abordable. Et puis les limitations de vitesse ont calmé les ardeurs de bien des conducteurs qui se détournent des modèles les plus sportifs.

Mécaniquement parlant, cette deuxième phase voit le doublement d’une version : la Renault 15 TL devient Renault 15 TL ou GTL selon les équipements que veux le client. La version GTL étant la plus équipée. Le code moteur est inchangé puisqu’il restera R1300 pour les deux finitions. La R15 TS et la R17 TL disparaissent, elles ne permettent pas assez de démarquer les deux autos.
Pour les Renault 17, la cylindrée des coupés et découvrables TS (type R1318 et type R1328 – ) se voit portée à 1647cm³ ce qui donne sur le papier une puissance de 98 chevaux à 5250Tr/min pour un couple de 135Nm à 3500Tr/min. La version Gordini en coupé et découvrable (type R1317 et type 1327) n’évolue pas.

Intérieurement, le très grand changement vient des sièges surnommés « Pétales ». Le bureau d’étude de Renault s’est fait plaisir puisque le mot d’ordre a surement été la qualité perçue ainsi qu’un gros zeste d’originalité. Son dessin fait penser à la légèreté et à la sensation de flotter dans l’habitacle. Son assise ainsi que son dossier sont annelés et les coussins réglables (deux latéraux, deux au niveau des cuisses) sont de la partie.

Une fois installé dans ces sièges, le conducteur pourra découvrir face à lui une planche de bord modernisée et moins extravagante. Il pourra découvrir également de nouveaux pare-soleil durant l’année 1977.

Enfin extérieurement cette deuxième phase de la Renault 15 et de la Renault 17 se distingue par des détails légers et plus modernes. En premier lieu la calandre qui ne fait plus tout l’entourage des phares. L’arrière se voit greffer d’un bandeau rouge rejoignant les deux feux et il y est assorti un becquet qui sera présent sur toutes les versions sauf sur les Renault 15 TL. Dernière modification improbable et rare, la Renault 15 gagne en accessoire les doubles optiques ronds sur sa face avant pour les modèles Français. Les versions export comme en témoigne une publicité étrangère (cf publicité Renault 15 Coupé ci -après) ont pour certaines eux à priori cette configuration d’origine.

Malheureusement en Juillet 1977, les deux versions Gordini et la versions TS coupé (R1318) de la Renault 17 se voient dans l’obligation d’être arrêtées tout comme l’option boîte automatique en Juillet 1978.

La fin de ce duo prendra effet en Juin 1979 puisque la Renault 18 qui remplace la Renault 12 dont elles sont issues prendra la relève de cette dernière. Après 8 années de production, il y a eu pas moins de 300.000 exemplaires vendus à travers le monde pour une cadence atteignant par moments les 270 unités par jours.

Revenir à la phase 1
1971-1976

Renault 15 et 17, fausses jumelles et vrais succès

Pour terminer
Anecdote, sport et cote

Renault 15 et 17, fausses jumelles et vrais succès

Page 3 de 4

Renault 15 et 17, fausses jumelles et vrais succès

Sur le même thème

1 COMMENT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Essai d’une Datsun 180B SSS, fruit exotique

Si on vous parle de Datsun, des années 70 et de sport, une lettre vous vient à l'esprit : Z. Mais on...

Les Panhard de la collection Duranteau font un carton sous le marteau

Bien que la maison de vente ne soit pas l'une des plus connues, la collection qui était dispersée le week-end dernier avait...

8ème Rallye de la vallée de Chevreuse : Caritatif et addictif

Pendant que Bertrand est allé vous pêcher des autos de folie à la Normandy Beach Race (reportage à venir), et que se...

À la Visite de La Virée d’Antan à Brassac-Les-Mines

C'est au sud du Puy-de-Dôme, entre Clermont-Ferrand et le Puy en Velay qu'on peut découvrir un beau musée dédié à l'automobile :...