Rassemblement des Vieilles Mécaniques du Fidelaire, c’est l’Eure du plaisir !

Rassemblement des Vieilles Mécaniques du Fidelaire, c’est l’Eure du plaisir !
Rassemblement des Vieilles Mécaniques du Fidelaire, c’est l’Eure du plaisir !
bertrand
rédacteur et photographe à news d'anciennes. Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

À la une sur News d'Anciennes

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Artcurial fait un carton avec la vente de la Collection André Trigano

La vente de la collection Trigano devait être une des ventes phares du printemps. Repoussée à ce dimanche 13 Septembre elle a...

Mon Tour Auto 2020 par Benjamin

Le Tour Auto 2020 s'est terminé il y a deux semaines. Je vous avoue que ce n'est pour autant que j'ai fini...

On a vu Wheeler Dealers Saison 14 : Le changement dans la continuité

Pendant que les collègues étaient à Epoqu'Auto, j'arpentais les allées du Salon de Birmingham de l'autre coté du Channel. C'était également l'occasion de voir...

Ce week-end pour voir du beau matériel, il fallait se rendre dans ma Normandie préférée, plus précisément dans l’Eure (27). Pour la troisième année, l’asso Au fil de l’air27, organisait sa réunion annuelle des Vieilles Mécaniques du Fidelaire.

Un rendez-vous très sympa avec des anciennes, des youngtimers, du matériel agricole, des deux roues et quelques petites pépites, comme seule la Normandie nous en réserve. Le tout avec une organisation au top !

Le Fidelaire, sa gare, son église, ses vieilles mécaniques !

Tout comme le voyage est aussi important que la destination, le lieu d’un rassemblement compte énormément, autant que les véhicules. Au Fidelaire, on est plutôt gâté car une des grandes rues du village est fermée, et la réunion est installée aux abords d’une ancienne gare. La bourse se trouve non loin, dans l’ancienne école. Le tout sous le regard de l’église, et sous un joli soleil, c’est juste charmant !

Le décor étant installé, on passe au réalisateur. Pour le coup, ils sont deux, c’est Nicolas et sa femme Adeline qui sont à la tête de ce rassemblement annuel. Ces deux passionnés n’en sont pas à leur premier coup d’essai, car c’est la troisième année qu’ils organisent ce rendez-vous. Le couple est aussi propriétaire d’une 204 et d’une caravane. Belle performance que d’avoir su monter un superbe rendez-vous, et ce malgré les difficultés actuelles. Un grand merci à eux et aux leur petit groupe de bénévoles.

Ça déballe au Fidelaire !

Normes de Covid obligent, la bourse ne comportait qu’une quinzaine de stands, mais c’était déjà bien sympa de retrouver l’odeur de la vieille graisse et de chiner un peu. Pour ma part, j’étais trop content de revoir un vendeur de miniatures, je suis quand même resté sobre.

Tracteurs et deux roues s’exposent aux Vieilles Mécaniques du Fidelaire

Plusieurs petites expos de deux roues étaient disposées façon petits ilots, j’ai trouvé ça une bonne idée ! Le Solex façon tricycle était bien surprenant !

Comme on est à la campagne pour les Vieilles Mécaniques du Fidelaire, le matériel agricole avait bien entendu sa place ce dimanche. Plusieurs anciens tracteurs nous étaient présentés. Les deux énormes International étaient juste énormes. On retrouvait également quelques tracteurs pour les travaux en forêt. Avec leurs airs de film de Mad Max, ils étaient bien impressionnants. Un Saviem SG5, pour Super Goélette, venait fermer la marche, avec comme particularité d’être en double cabine, mais avec trois portes. Toujours dans le rayon des travailleurs, un Citroën U23 de 1937, était présent en version dépanneuse. Ce dernier est à l’origine un transport de troupes de l’Armée française, comme me l’a précisé son propriétaire.

Les Mercedes en force aux Vieilles Mécaniques du Fidelaire !

Ce dimanche les Teutonnes s’étaient donné le mot pour venir aux Vieilles Mécaniques du Fidelaire. En effet les Mercedes avaient élu domicile, avec une belle 180 datant des années 50, dans une belle robe bleue. On retrouvait également un beau coupé 280 SLC, une 280 SL et une grosse berline 180 SEL. En revanche la 220 S, garée a la sortie du village était une petite perle de beauté.

Décidément, l’outre Rhin était en nombre, car avec une Audi 100L, plusieurs Coccinelles et quelques Porsche représentaient bien les marques allemandes. J’avoue que la 356 blanche était magnifique avec sa valise sur le capot moteur ! L’Opel Manta rouge n’était pas mal aussi, tout comme la Kadett Luxe datant de 68, en vieil or et toit vinyle noir, elle a de la gueule. On clôturera les Germaines avec une youngtimers, en l’occurrence une splendide BMW M3 528i, une des reines de la route.

La France libère le Fidelaire !

Bien entendu, le cœur des Vieilles Mécaniques du Fidelaire était constitué par des Françaises venues en nombre en ce dimanche matin. Pêle-mêle on retrouvait une forte proportionnalité de populaires, comme les incontournables Traction ou 203, mais aussi des 2CV, AMI et DS, bref toute la gamme des routières, avec une 305 pour les plus récentes.

Du côté de Panhard, un beau taxi Dyna Z, côtoyait une magnifique Dyna X en robe bicolor très sobre. Plus loin une 24, avait revêtue une tenue plus chatoyante.

Le losange, de son côté nous offrait une large gamme de sa production avec, pour la plus ancienne une KZ 5 limousine, mais aussi une R8 qui voisinait avec une R19, avec pas loin une R17. Cette dernière étant à deux pas d’une 4CV début de production avec ses 6 moustaches. Puis quand on sait que des R16 et R5 étaient également de la partie, les amateurs de Renault étaient bien servis ! Et avec ça ? Ben, je rajoute deux Estafettes pour faire bon poids !

L’hirondelle de Poissy était venue se poser en Normandie, avec une belle Simca 6 datant de 1949. Les deux best-sellers que sont les Ariane et les Simca 1100 étaient bien à leur place dans notre expo.

Les Américaines crânent au Fidelaire !

Pas de rasso sans ricaines, ça s’est dit ! Du coup, quelques Mustangs sont venues faire coucou, avec une Cadillac Eldorado, belle et grosse et comme on aime !

Mais les deux surprises étaient bien l’arrivée d’une Ford 55 Crestline avec le doux son de V8, un vrai régal, puis tout aussi belle, et surtout assez rare, c’est la LaSalle Phaeton de 1939. LaSalle est une marque compagne de Cadillac. General Motors la place entre Buick et Cadillac, mais LaSalle disparaît du paysage au début de la Seconde Guerre. Reste que cette auto est juste magnifique, une véritable découverte pour moi et aussi pour le large public qui s’est déplacé ce dimanche matin.