Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Musée Matra, la France et pas n'importe laquelle
Musée Matra, la France et pas n'importe laquelle
Henri Auriacombe
Henri Auriacombe a rejoint l'équipe de News d'Anciennes à l'été 2019. Belle occupation de retraite pour un photographe de presse dont la carrière a commencé en 1966 !

À la une sur News d'Anciennes

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...

Histoire de Carrossiers, ép. 19 : Vignale, vingt petites années et des beautés

Les carrossiers français ont majoritairement travaillé avant-guerre. Rares sont ceux qui se soient lancé après la seconde guerre mondiale. Du côté des italiens, il...

Nos Anciennes Abandonnées : les invisibles

Antoine est un chasseur de trésors. Pas de pièces d'or ou d’œuvres d'art... quoi que. Il sillonne les routes d'occitanie à la recherche d'anciennes......

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l’exposition, il serait quand même dommage de réduire le Musée Matra à cette seule auto. La collection proposée au public mérite quand même bien mieux et on vous le fait découvrir.

Le Musée Matra en bref

De son vrai nom l’Espace Automobiles Matra est situé à Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher, ville historique de la fabrication des automobiles Matra.

Ouvert en 2000 dans une ancienne usine de 3000m² au cœur de la ville il rassemble environ 50 autos, hors expositions temporaires, et des centaines d’objets en rapport avec le constructeur.

À la découverte du Musée Matra

Le Musée Matra est construit sur deux niveaux avec plusieurs salles thématiques.

Dès l’entrée on rentre dans la boutique. Bien achalandée avec beaucoup de posters, de miniatures et d’objets publicitaires divers dédiés à la marque, elle fait envie… Mais commençons par la visite ! Le personnel du musée présent à la caisse est sympathique et pas avare en conseils et renseignements qui faciliteront la visite.

Dès le début de la visite et pour les connaisseurs de matériel de cinéma, on retrouve une vitrine de cameras de la marque Beaulieu. Le rapport ? Il fut un temps où cette usine les produisait !

On prend tout de suite à gauche pour découvrir l’exposition thématique de l’année. Appelée une “Une Passion, des voitures et des hommes”, elle regroupe des autos variées. Ainsi on retrouve des avant-guerre avec une Hispano-Suiza H6 de 1932, une Amilcar ou encore une Rochet-Schneider.

Vient ensuite une belle brochette d’après-guerre avec une Salmson, une D.B mais également une Cadillac, un pick-up GMC, une Sunbeam Alpine ou une Peugeot 304 Cabriolet et plusieurs motos.

On termine enfin avec des autos plus récentes : une Smart Roadster et une Ferrari 550 Maranello.

Mais au Musée Matra on vient quand même voir… des Matra. Après quelques marches nous voici dans un espace regroupant quelques monoplaces de la marque.

Ensuite on arrive devant des Renault. Oui mais des Renault locales, les Espaces qui étaient construits par Matra, mais aussi l’Avantime, dernière auto de l’aventure. Évidemment le concept P19 est une bonne introduction.

On redescend quelques marches pour se retrouver dans un espace qu’on pourrait appeler “V12”. Les F1 y sont exposées, des Matra évidemment mais également une Ligier, dernière auto à avoir reçu le si mythique moteur.
Les prototypes ne sont pas oubliés et de la 620 à la 680 on retrouve toutes celles qui ont écrit la gloire de Matra, que ce soit aux 24h du Mans où… sur le Tour de France !

Pour bien être dans l’ambiance des écrans TV passent des images d’époque. Le V12 Matra s’y exprime bien mais cela n’a rien à voir avec le vrai son qu’on pouvait entendre en bord de piste à l’époque. J’ai la chance de les avoir réellement entendu ! Le Musée Matra agrémente le tout avec quelques moteurs, pièces de carrosseries et miniatures du plus bel effet.

Après la piste, la route. Les productions automobiles ne sont pas oubliées au Musée Matra. On commence évidemment par la Djet mais aussi les 530 et autres Bagheera, Murena et Rancho. On retrouve d’ailleurs au musée des autos uniques comme la Matra 530 Vignale, celle décorée par Sonia Delaunay (on vous en parle en détail ici) ou encore la Bagheera U8.

Maintenant on va descendre l’escalier au centre de ces autos. On se retrouve dans la salle des prototypes. Inondée en 2016 elle a été parfaitement remise en état.

Enfin on revient sur nos pas et on remonte vers une salle impressionnante du Musée Matra : la salle des moteurs. Un must pour tous les passionnés de mécanique qui peuvent voir les différentes versions du V12 mais également deux moteurs moins connus.

Le premier c’est le V6 Turbo qui ne verra finalement jamais la piste après des désaccords entre PSA et Matra. Le second est un 12 cylindres à plat qui restera également au stade de prototype puisqu’il n’apportait pas beaucoup plus que le V12.

Voilà, la visite est terminée. Dommage que le contexte de l’année 2020 n’ait pas permis de regrouper un plateau plus pointu pour fêter les 20 ans du Musée. On en ressort avec plein de belles images dans la tête. Vivement la prochaine !

Le Musée Matra en pratique :

Le Musée est fermé depuis le 30 Octobre, confinement oblige. Alors on prend son mal en patience.

En dehors de cette période à part, le musée n’est fermé que les 1er Mai, 25 Décembre et 1er Janvier. Sinon vous y accédez de 9h à 12h et de 14h à 18h en semaine et de 10h à 12h et de 14h à 18h les week-ends et autres jours fériés.

Le tarif normal est de 7€, les enfants de 8 à 16 ans payent 5€ et les plus jeunes ne payent pas. Des tarifs de groupe existent également.

Toutes les infos sont sur le site du Musée ici.

Musée Matra, la France et pas n'importe laquelle

Sur le même thème

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Renault F1, les années Turbo – Partie 2 (1978-1979)

Dans cette série d'articles, alors que Renault Sport a passé le flambeau à Alpine en Formule 1, nous continuons de retracer la saga de...

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...

Histoire de Carrossiers, ép. 19 : Vignale, vingt petites années et des beautés

Les carrossiers français ont majoritairement travaillé avant-guerre. Rares sont ceux qui se soient lancé après la seconde guerre mondiale. Du côté des italiens, il...