Collection Petitjean

Les résultats de la vente de la Collection Petitjean

Prévue à Essen et repoussée autant de fois que le salon, la dispersion de la collection Petitjean par RM Sotheby’s s’est finalement faite en ligne. Au cours d’une très grosse vente, entre le 3 et le 8 juin les acheteurs ont adhéré au principe et ont surtout fait de bonnes affaires !


La vente de la Collection Petitjean

Pour vous remettre dans le bain et en savoir plus sur l’origine de la collection, on vous invite à lire notre précédent article que vous retrouverez par ici.

Côté prix, sans réserve et dans un contexte incertain, c’est vraiment le moment d’y aller. Vous le verrez en dessous on retrouve des modèles iconiques à des prix bien plus bas qu’il y a 6 mois !

Les stars de la Collection Petitjean

La grosse estimation

La Mercedes 300 SL roadster était la grosse estimation de la vente puisque sans trop de suprise, l’estimation la faisait dépasser le million d’euros. Sauf qu’au final le prix d’adjucation est plus faible : 759.000 € !

Les autres gros prix, mais rognés

Parmi toutes les autos proposées par RM Sotheby’s, on retrouvait trois gros prix. D’abord la Porsche 904 GTS de 1964, une auto au petit palmarès, estimée entre 700 et 900.000 € et vendue 693.000 €.

On enchaînait avec deux Lambo. La première, la Miura P400 de 1968, était estimée entre 700 et 800.000 € mais ne part que pour 715.000 €. Un prix très contenu, surtout si on regarde celui de l’auto vendue par Osenat il y a dix jours
La seconde la Countach P400S de 1979, estimée entre 400 et 500.000 € change de main pour 451.000 €.

L’originalité paye, façon de parler

En plus des deux autos déjà évoquées, on retrouvait d’autres Lamborghini.
On commençait avec une belle Islero 400 GTS de 1970, une des 100 construites. Estimée entre 200 et 250.000 €, elle part au milieu pour 225.000 €.
Ensuite deux autos de 1971, la Jarama 400 GT qui fait un heureux à 60.000 € (est. 80-100.000 €) et la “familiale” Espada Serie II vendue 96.800 € (est. 120-140.000 €).

Enfin on retrouvait une Urraco P250 de 1974 vendue pour 58.300 € (est. 60-80.000 €) et une Jalpa de 1986 qui dépasse, elle, son estimation (40-60.000 €) à 66.000 €.

Pour rester en italien, la Collection Petitjean comprenait deux autos à moteur US. D’abord une De Tomaso Mangusta de 1971, une rareté estimée entre 200 et 250.000 € mais qui se contente de 187.000 €.
Encore plus rare, l’Intermeccanica Italia Spyder de 1970, estimée entre 90 et 110.000 € qui part à 82.500 €.

Ensuite une Alfa Romeo Giulietta SS de 1962. Une belle seconde série, peu kilométrée, estimée entre 80 et 100.000 € mais qui se contente de 72.600 €.
La Ghia 1500 GT Coupé de 1963 élégante et peu courante, était estimée entre 50 et 60.000 € et fait un heureux à 39.600 €.
Enfin on trouvait une Bitter CD, dérivée méconnu d’une Opel Diplomat. Cette première série, estimée entre 35 et 45.000 € part pour 40.700 €.

Quelques belles plus classiques

Après ces quelques autos très originales, des autos plus classiques de la Collection Petitjean.

D’abord une Aston DB6 boîte auto (est. 130-160.000 €) qui est une belle surprise puisqu’elle s’est envolée pour atteindre 203.500 €. Ensuite on retrouvait une Type E coupé de 1963 vendue à 73.700 € (est. 80-110.000 €), une Healey 100-6 BN6 de 1959 qui atteint 55.000 € (est. 60-70.000 €) ou encore une Elan S4 de 1970 qui fait plus qu’un heureux, puisqu’elle part à 13.750 € (est. 25-35.000 €).

Retour sur les belles italiennes, avec trois autos. La première Maserati, une 3500 GT de 1962 était estimée entre 130 et 150.000 € et se vend pour 126.500 €. La seconde, une Ghibli 4.7, estimée entre 150 et 180.000 € part pour 137.500 €. Moins chère et toute aussi belle, la Fiat Dino Spider de 1968 estimée entre 90 et 130.000 € se vend dans son estimation à 100.100 €.

Enfin on avait noté une américaine, il y en avait peu dans la collection, une Chevrolet Corvette C1 de 1961 estimée entre 65 et 80.000 €, celle-ci s’échange contre 52.800 €.

Les françaises de la collection Petitjean

On a connu des pilotes français avec plus d’appétence pour les productions hexagonales.

La plus ancienne est une Matra Djet V de 1965 estimée entre 20 et 30.000 € elle termine à 23.650 €. Ensuite on retrouvait une Alpine A110 1600 S de 1971. Estimée entre 100 et 120.000 € elle part à 104.500 € !

On enchaînait avec deux autos motorisées par le même V6. D’abord la “classique” SM, une auto de 1971. Estimée entre 25 et 35.000 € elle part à 25.300 €. Et puis une version plus sportive avec la Ligier JS2, estimée entre 60 et 80.000 € elle part à 49.500 €.

Enfin la der des der, une Renault, un Spider de 1996, estimé entre 20 et 30.000 € et vendu 38.500 €.

Si vous êtes curieux, les résultats complets de la vente sont là.


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.