La Vente de la Collection Petitjean par RM Sotheby’s se fera en ligne

La Vente de la Collection Petitjean par RM Sotheby's se fera en ligne
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l'exposition, il serait quand même dommage de réduire le...

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat dans le...

La MEP Daphné, le coupé chevronné et oublié

Quand on associe MEP et Citroën on pense à ces monoplaces en coin, bleu et blanches qu'on voit régulièrement sur des événements tels les...

Notre sélection de cadeaux de noël pour des passionnés d’anciennes

Même si on est loin de la frénésie de Noël avec l'ambiance actuelle, ça approche, c'est dans moins d'un mois maintenant ! Et si...

Initialement prévue en marge du salon Techno Classica à Essen en Allemagne, la dispersion de la collection Petitjean avait été repoussée à la nouvelle date du salon en Juin. Après une nouvelle annulation, RM Sotheby’s a pris les devants et proposera la vente uniquement en ligne.

La Collection Petitjean en quelques mots

Marcel Petitjean est bien un collectionneur français. Passionné de moto, il est convaincu par un proche de s’engager en course automobile. C’est ainsi qu’il achète une Porsche 904 GTS et qu’il court plusieurs saisons. Il aura par la suite entre les mains une 906 et une 910/8 Bergspyder. Au début des années 70 il arrête la course et se consacre à sa carrière.

Une carrière florissante qui lui permet de collectionneur des autos en plus de la 275 GTB qu’il a achetée en 1969. Mercedes 300 SL, Miura, Dino 246 GT seront ses premières autos. En bon connaisseur il achetait les autos d’occasion, une fois le prix initial bien descendu et avant qu’elles ne remontent. Les prix des anciennes augmentant sa collection a fini par ne plus s’enrichir. La collection Petitjean aurait dû être visible dans un musée sur la cote d’Azur mais le projet a été recentré sur un second, uniquement composé de Ferrari.

En plus de ses autos personnelles les enchères proposeront 9 autos appartenant à son fils. Plus de 90 autos seront ainsi proposées (le nombre exact n’est pas encore fixé). Il faut quand même noter que ces autos étaient prévues pour un musée et la plupart n’ont pas tourné depuis des années ! Cela explique les prix qui peuvent paraître bas… tandis que les autos seront mises en vente sans prix de réserve !

La vente en ligne

Contrairement à une vente en salle qui se déroule en quelques minutes pour chaque lot, la vente en ligne mise en place par RM Sotheby’s se tiendra entre le 3 et le 8 Juin. Le mécanisme est bien rôdé et devrait éviter les mauvaises surprises au moment de placer ses enchères… par contre il sera bien compliqué de voir les autos avant de se placer.

Les stars de la Collection Petitjean

La grosse estimation

Une seule auto comporte une estimation qui pourrait dépasser le million d’euros. C’est une Mercedes 300 SL Roadster de 1958 qui fait donc parti de la collection Petitjean depuis 1976 ! Elle se distingue par ses roues Rudge qui ont équipé une trentaine de roadsters. Elle est estimée entre 800.000 et 1.1 million d’euros.

Les autres gros prix

Parmi toutes les autos proposées, on retrouve trois autres gros prix. La première est une Porsche 904 GTS de 1964. Pas celle avec laquelle il a couru, mais une autre auto au palmarès plus réduit, estimée entre 700 et 900.000 €.

Ensuite on retrouvera deux Lambo. La première est la reine Miura, et cette P400 de 1968, à priori la première livrée à Paris et étant apparu dans plusieurs publications et films, appartient à Marcel Petitjean depuis 1979. Elle est estimée entre 700 et 800.000 €.
La seconde est une Countach P400S de 1979, peu kilométrée et estimée entre 400 et 500.000 €.

Des autos pour se distinguer

On a noté plusieurs autos pour ne pas faire comme les autres. Des raretés qui sont ici plutôt abordables.

On commence avec la série des “autres” Lamborghini. Ces autos qui ne sont pas les supercars descendantes de la Miura.
La première est l’élégante Islero 400 GTS de 1970, une des 100 construites, estimée entre 200 et 250.000 €.
On enchaîne avec deux autos de 1971, une Jarama 400 GT (est. 80-100.000 €) et une “familiale” Espada Serie II (est. 120-140.000 €).
Enfin on retrouve une Urraco P250 de 1974 (est. 60-80.000 €) et pour finir une Jalpa de 1986 (est. 40-60.000 €).

Ensuite on retrouve deux autos présentes dans notre article sur les italiennes à moteur US. La première c’est une De Tomaso Mangusta de 1971, une rareté estimée entre 200 et 250.000 €.
La seconde est également rare, en Europe qui plus est. C’est une Intermeccanica Italia Spyder de 1970. Elle est estimée entre 90 et 110.000 €.

Ensuite une Alfa Romeo Giulietta, d’accord, mais une SS de 1962. Une seconde série peu kilométrée et estimée entre 80 et 100.000 €.
Autre italienne, une Ghia 1500 GT Coupé de 1963. Une auto peu courante, reposant sur une base de Fiat 1500 et estimée entre 50 et 60.000 €.
Enfin on trouvera une Bitter CD, dérivée d’une Opel Diplomat. Cette auto de 1974 est une première série, estimée entre 35 et 45.000 €.

Quelques belles plus classiques

On trouve aussi des autos plus classiques dans cette vente de la Collection Petitjean. Ainsi sur la période des 60s on retrouvera beaucoup d’autos.

On commence avec les anglaises et une Aston DB6 boîte auto (est. 130-160.000 €), une Type E coupé de 1963 (est. 80-110.000 €), une Healey 100-6 BN6 de 1959 (est. 60-70.000 €) ou encore une Elan S4 de 1970 (est. 25-35.000 €).

Ensuite de belles italiennes, trois élégantes. La première Maserati, classique et indémodable, une 3500 GT de 1962 est estimée entre 130 et 150.000 €. La seconde, une Ghibli 4.7 est estimée entre 150 et 180.000 €. Moins chère et toute aussi belle, la Fiat Dino Spider de 1968 estimée entre 90 et 130.000 €.

Enfin une américaines, il y en a peu dans la collection, une Chevrolet Corvette C1 de 1961 estimée entre 65 et 80.000 €.

Les françaises de la collection Petitjean

On trouve au final assez peu de françaises dans le catalogue. En même temps ce sont surtout des coupés et des modèles sportifs qu’on y retrouve.

Côté tricolore la plus ancienne est une Matra Djet V de 1965 estimée entre 20 et 30.000 €.
Ensuite on retrouve une Alpine A110 1600 S de 1971 avec carrosserie et intérieur d’origine. Elle est estimée entre 100 et 120.000 €.

On enchaîne avec deux autos au même V6 d’origine Maserati. D’abord la “classique” SM, une auto de 1971 entrée récemment dans la collection et estimée entre 25 et 35.000 €. Et puis une version plus sportive avec la Ligier JS2, ici une auto de 1972 estimée entre 60 et 80.000 €.

On termine avec une Renault, un Spider de 1996, un vrai collector estimé entre 20 et 30.000 €.

Pour voir toutes les autos (on vous a pas tout montré, loin de là) c’est par ici.

La Vente de la Collection Petitjean par RM Sotheby's se fera en ligne

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Le Calendrier des Courses Historiques 2021

En 2020 on a pu voir quelques courses historiques sympathiques. Mais il faut bien dire que la saison a été réduite et ultra condensée....

Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l'exposition, il serait quand même dommage de réduire le...

Bixhope Art, des autos, des couleurs et Bull The Dog

Malgré son nom, c'est bien un artiste français qu'on vous présente aujourd'hui. Et même un jeune artiste car s'il est né en 1968, c'est...

La MEP Daphné, le coupé chevronné et oublié

Quand on associe MEP et Citroën on pense à ces monoplaces en coin, bleu et blanches qu'on voit régulièrement sur des événements tels les...