Le Mans Motors Cup 2020, un beau bouquet final

Le Mans Motors Cup 2020, un beau bouquet final
Elvis Bacq
Passionné de Rallyes et de Voitures anciennes, Elvis photographie tout ce qui roule et n'hésite pas à en faire profiter les lecteurs de plusieurs sites. Il a rejoint News d'Anciennes à l'été 2018.

À la une sur News d'Anciennes

[Acheter Une Voiture Ancienne] Contrôle technique, ce qu’il faut savoir lors de l’importation d’une voiture ancienne

Le contrôle technique pour les voitures de plus de 30 ans est devenu un véritable casse-tête pour les collectionneurs que nous sommes. Avec l’harmonisation...

Essai d’une Traction 15 Six H, digne fin de règne

J'avais déjà eu la chance il y a quelque temps de m'installer au volant du mythe de l'automobile française qu'est la Citroën Traction, c'était...

Distribution, tout est dans le timing

La distribution est l'organe vital de votre moteur. Sans elle, tout fout le camp, mon bon monsieur ! Penchons-nous quelques instants sur son rôle,...

Visite chez Méca Rétro Sport 76, l’atelier qui ne passe pas à la télé

Le patron de Méca Rétro Sport 76, en fait beaucoup de passionnés le connaissent. Aurélien est le mécano officiel de Wheeler Dealers France depuis la...

Après une saison bien remplie par l’Historic Tour, Les rouges et noirs de chez HVM ont terminé l’année au circuit Bugatti avec la Le Mans Motors Cup. Alors attachez bien vos harnais on y va !

La Le Mans Motors Cup en bref

La dernière visite de HVM en terre sarthoise remonte à 2018 et le final de l’historic tour (on y était déjà). Malgré les complications d’ordre sanitaire qui ont empêché la venue de pas mal de concurrents britanniques, ce sont tout de même 200 pilotes réunis en 6 plateaux que l’on a vu rouler.

Six plateaux, et six BEAUX plateaux ! La palme revenant, à mon humble avis, à l’ASAVE avec 38 autos au départ et pas des moindres (Chevron, 911 de tout types, Lotus Elan, Shelby Cobra etc…). Ajoutez à cela les Saloon Cars, les F3 et Formule Renault “Classic”, Les Formules Ford, ou encore les Trophées Lotus et Roadster Pro Cup et vous avez un aperçue très alléchant de ce qui vous attend. La “Le Mans Motors Cup”, c’est parti !

Youngtimers GTI Cup & Roadster Pro Cup

Un des rares étrangers présent s’est fait remarquer dans ce plateau. Le tout jeune irlandais Cameron Hawes (16 ans à peine !) emmène avec talent et panache sa Golf II GTI 16s et signe le deuxième temps des qualifications derrière Damien Benjamin sur une Civic VTEC. Hélas la mécanique trahit la japonaise en fin de séance et nous prive du duel annoncé.

C’était oublier Yoann Hervé (309 GTI) qui prend un bon départ dans la course 1 du samedi soir et mène la vie dure à notre jeune ami golfiste. La bataille sera sérée comme en témoigne l’écart final de 1,6 secondes à l’arrivée. Derrière c’est le trou. Le leader des Raodster pro cup, Steeve Hergault, place sa MX-5 sur la dernière marche du podium, mais à 25 secondes. Massimo Manganaro et Axel Castillou prennent les accessits chez les Mazda avec la aussi un écart très serrés.

Rebelote le dimanche pour la course 2. La golf et la 309 “oublient” le reste de la troupe mais la bataille n’aura pas lieu suite à un drive through pour Yoann Hervé suite à un départ anticipé. Cameron Hawes gagne mais n’oublie pas l’attaque au risque parfois d’en faire trop (chaud le freinage du garage vert hein…). Le fougueux irlandais devance le peloton des miata avec cette fois-ci Manganaro devant Hergault et Castillou.

Trophée Lotus

Il y avait 33 “seven” engagées à la Le Mans Motors Cup pour former un plateau de fous furieux. Si Anthony Delhaye se détachait en qualification avec 8 dixièmes de marge, on trouvait ensuite six pilotes en à peine 1 seconde.

Lors de la course 1 Delhaye ne met pas à profit sa pole, Florent Cazalot, Xavier Jacquet, et Nicolas Beloou prennent tour à tour le commandement de la course. Coup de théâtre à deux tours de l’arrivée, Jacquet qui avait repris le commandement doit abandonner (sélecteur cassé). Cazalot l’emporte devant Beloou, Koening et Vuilliez. Tous les quatre regroupés en une seconde et demie !

La course 2 sera tout aussi folle: Vuilliez, Beloou, Cazalot, Delhaye et Delplanque terminent dans cette ordre en 2 secondes. Parti bon dernier avec l’auto de son fils Cyril, Xavier Jacquet fera une folle et spectaculaire remontada jusqu’à la 7eme place !

Trophée Formule Ford Kent & Challenge Formula Ford Historic

La Formule Ford ou l’école des Champions : Mika Hakkinen, Ayrton Senna ou plus proche de nous Mark Webber ou Jenson Button en sont issus.

Nicolas Beloou n’en avait pas assez de la roadster pro cup lors de la Le Mans Motors Cup. Il cumulait aussi avec la Formule Ford où il signe brillamment la pole position devant le monégasque Geoffroy Horion et Xavier Michel. Le trio est en quatre dixièmes !

Pour la course 1, les pilotes doivent se méfier d’une piste humide (ils ouvrent la piste en ce dimanche). Le freinage à la célèbre chicane Dunlop est aussi chaud que la piste est délicate. Contact dans le peloton, dont sera victime Claude Thetiot. Il ne sera pas le seul à se faire piéger par la suite à cet endroit…

Le commandement de la course est tout d’abord propriété de Xavier Michel, Horion prendra la relève avant que Beloou ne reprenne l’avantage. Hélas pendant le dernier tiers de course Michel et Horion doivent se retirer (respectivement pour des problèmes de boite et d’allumage). Nicolas Beloou l’emporte donc devant Matthieu Midy et Michel Kozyreff.

La course de l’après-midi est marqué par l’incroyable remontée de Geoffroy Horion. Parti bon dernier à cause de son abandon matinale, il remonte un à un ses adversaires au point de recoller au leader Nicolas Beloou ! Dans l’avant dernier tour, Horion prend l’avantage et ne lâchera pas sa place. Il l’emporte devant Beloou tandis que Kozyreff arrache la 3eme place à Didier Barrois dans le dernier tour.

Trophée Saloon Car et GT Classic

Très beau plateau encore ici ! Toyota Supra, Dodge Viper, Porsche 911 de toutes générations, et même quelques “curiosités” comme une Subaru Impreza que l’on croise plus souvent sur les spéciales de rallye ou la très belle performante Audi Quattro de Fabrice Lefebvre.

Marc Louail (Toyota Supra) et Julien Grenet (Dodge Viper) se détachent aux essais. Le duel s’annonçait intéressant dans la course 1 mais Louail part à la faute à la chicane Dunlop. La japonaise en restera là. Gilles Ceron et son impressionnante Chevrolet Monza ayant également rejoint la liste des abandons, Grenet sa Viper ont donc la voie libre pour remporter cette première manche. Si derrière on retrouve les deux Porsche 996 de Olivier Morihain et Michaël Desmaele, cela n’a pas été si simple que ça car la Quattro de Lefebvre et l’Escort Mk1 de la famille Sechaud leur ont mené la vie dure.

Les courses de l’après-midi de la Le Mans Motors Cup sont décidément marquées par les remontés. Ils étaient partis en dernière ligne, ils finissent sur le podium ! Si Julien Grenet a mené à sa main la course en solitaire, Ceron est remonté de la dernière à la seconde place en l’espace de quelques tours. La Monza aura cette fois seulement un tête à queue au virage du musée à déclarer. Impressionnant ! Louail remonte, lui, à la troisième place. Lefebvre fera une course solide le plaçant quatrième.

Trophée F3 Classic, Trophée Formule Renault Classic, Formule Ford 2000 et Zetec,Formule Opel

Sous ce nom à rallonge se cachent divers plateaux prévus dans cette Le Mans Motors Cup, mais “réunifiés” car manquant d’engagés. Déjà titré au Vigeant la tête d’affiche de la F3 Classic, Frédéric Rouvier, pointe absent.

En attendant Les Formules 3 sont logiquement devant, et l’italien Davide Leone signe la pole-position sur une originale Alba-Alfa Romeo devant deux plus classique Martini Mk42 au moteur Volkswagen qui sont aux mains de Dino Lunardi et Pascal Gerbout.

Pour la course 1 c’est Dino Lunardi qui prend le meilleur départ. Un peu trop, au point de s’être élancé avant le vert et d’écoper d’un drive through. Davide Leone reprend son leadership pour ne plus le lâcher. Il l’emporte donc devant Eric Martin (Martini-Alfa Romeo) et Valério Leone, le père de Davide ! Dino Lunardi malgré sa pénalité terminera quatrième. Du coté des Formule Ford le jeune Sarène Ziffel l’emporte pour un dixième devant Arnad Dousse. Jeau-Paul Gobba domine quand à lui le plateau des formules Renault.

Dans l’après-midi, Davide Leone ne loupe pas son départ mais Dino Lunardi ne le lâche pas d’une semelle et prend l’avantage sur l’italien à deux tours de l’arrivé. Le régulier Eric Martin complète le podium. Arnaud Dousse prend sa revanche en Formule Ford tandis que Jean-Paul Gobba se fait cette fois devancer pour 4 dixièmes sur la ligne par Jonathan France en Formule Renault.

Asavé Racing 65 & Asavé Racing 75

Le Meilleur pour la fin ? En tout cas de superbes autos et des bons pilotes comme vous allez le voir. Le clou du spectacle du Le Mans Motors Cup !

Avec une redoutable Chevron B21, Carlos Antunes-Tavares (oui, le “big boss” de Peugeot) signe la pole avec 3 secondes d’avance sur la très belle Elva de François Derossi. Le redoutable duo Jean-Pierre Richelmi/Philippe Gache signe le troisième chrono, et premier des GT, sur une splendide 911 RSR. Deux Courses de 45 minutes (avec arrêt au stand obligatoire) sont prévues le dimanche.

Le matin Tavarès prend le leadership et dispose à l’ouverture des ravitaillements d’un pécule de 15 secondes sur Derossi. Si il ne change rien pour le patron de Peugeot, ces arrêts aux stands vont redistribuer les cartes derrière car un flot de pénalités va en découler (pour non-respect du temps d’arrêt minimum qui est de deux minutes trente secondes) dont François Derossi. Ce dernier sera d’ailleurs contraint à l’abandon sur des problèmes de freinage.

José Beltramelli (TVR Griffith 400) prend momentanément la seconde place Mais Eric Perou (Chevron B8) lui chipera le premier accessit en toute fin de course. Du Coté des GT Richelmi/Gache dominaient logiquement leur sujet mais le moteur sonnera la fin de l’aventure avant terme. Le Hollandais Michiel Campagne place donc sa Chevrolet Corvette à la première place de la catégorie et 4ème du général. Jean-Claude Basso, après des essais gâchés par une courroie, l’emporte en tourisme avec sa superbe BMW CSL.

La course de l’après-midi clôt la Le Mans Motors Cup. Elle voit le même scénario pour Tavares qui signe donc un doublé. Beltramelli et sa TVR sont de solides seconds même si Nicolas Chambron (Shelby Cobra) revient très fort en fin de course et fini à seulement trois petites secondes de la TVR. Encore une victoire hollandaise en Tourisme mais avec Jaap Van Der Ende sur une peu courante Ford Falcon V8.

Le Mot de la fin

Saluons Déjà le courage et la ténacité de toute l’équipe HVM Racing. Malgré les circonstances que l’on sait, l’Historic Tour s’est déroulé sur 5 meetings comme initialement prévus et en dehors de cela, seule la Motors Cup de Dijon est passée à la trappe.

Félicitons les ensuite pour la qualité de l’organisation et la bonne ambiance régnant dans le paddock. On a vu de très belles autos, parfois même peu courante (je pense par exemple à la March 813 de Brady Beltramelli) et de belles luttes en pistes. Même la météo a mis du siens en chassant la pluie !

Maintenant vient l’intersaison et les regards se porte sur 2021. HVM a déjà publié un calendrier provisoire. Espérons que ce dernier, ainsi que ceux des autres organisateurs, puisse se tenir car nous savons tous que le sport automobile à un coût certains et que les budgets aussi bien cotés pilotes, teams ou organisateurs risquent de pâtir de la situation actuelle…

Allez, soyons positif. Croisons les doigts les amis et rendez-vous dans les paddocks au plus tôt pour d’autres belles courses comme on a eut ce week-end au Mans !

Résultats complets sur le site du chronométreur et plus d’infos sur le site de HVM Racing. On se quitte avec encore d’autres photos de la Le Mans Motors Cup.

Le Mans Motors Cup 2020, un beau bouquet final

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la MG B d’Arthur

Après un cabriolet italien la semaine dernière, voici une anglaise. Et pas n'importe laquelle puisque Arthur a le cabriolet qui fut longtemps le plus...

Nouveau : des sérigraphies pour les amoureux d’anciennes

L'idée nous trottait dans la tête depuis quelques temps. Le salon de Rouen a été le déclic puisque nous avons trouvé LE bon partenaire...

Distribution, tout est dans le timing

La distribution est l'organe vital de votre moteur. Sans elle, tout fout le camp, mon bon monsieur ! Penchons-nous quelques instants sur son rôle,...

Essai d’une Traction 15 Six H, digne fin de règne

J'avais déjà eu la chance il y a quelque temps de m'installer au volant du mythe de l'automobile française qu'est la Citroën Traction, c'était...