Ferrari F40, icône automobile, symbole de la spéculation

Ferrari F40, icône automobile, symbole de la spéculation
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...

Choisissez les photos du calendrier News d’Anciennes 2021 (et précommandez-le) !

Déjà en 2019 et en 2020 News d'Anciennes vous a proposé un calendrier. Vous avez été nombreux à l'afficher chez vous. Cette...

Automobiles sur les Champs 16, Artcurial ne proposera pas que du classique !

Après les ventes sudistes de la Collection Trigano et de la Collection Lurton, Artcurial revient sur ses bases parisiennes pour Automobiles sur...

La Carrière de la Ferrari F40

La Ferrari F40 : symbole d’une bulle spéculative

Dès le lendemain de la présentation, Ferrari a reçu plus du double d’intentions de commandes ! Même en choisissant de livrer les meilleurs clients de la marque, il fallait déjà augmenter la production autour des 1000 exemplaires.

Mais c’est le 16 Août 1988 que tout s’emballe. La mort d’Enzo Ferrari est annoncée. La Ferrari F40 gagne des galons. En plus d’être la Ferrari la plus aboutie de tous les temps, elle est la dernière auto lancée par la marque du vivant du Commendatore. Certains y voient un testament roulant, et d’autres voient ce testament comme une opportunité inédite de business.

Alors que le bon de commande est déjà fixé à 400.000 $ et que seules quelques autos sont réellement sur le marché, la Ferrari F40 va être au centre d’une véritable bulle spéculative.

Avant même les autos, ce sont les bons de commande qui commencent à s’échanger ! On les rachète au dessus de la valeur initiale pour les revendre au double, voir parfois au triple de la valeur du bon ! La bulle gonfle, les prix augmentent… et de nombreux authentiques passionnés cèdent leurs droits sur la Ferrari F40. Peu d’acheteurs prévoient de réellement rouler avec l’auto. Certains veulent simplement placer leur argent pour la revendre encore après.

Mais les autos vendues sont elles aussi victimes de cette bulle. On citer l’exemple le plus connu, celui de Nigel Mansell. Alors nouveau pilote de la Scuderia en F1 il achète une F40 au prix catalogue de 150.000 £. Il est vite approché pour un rachat, on lui offre alors pas moins de 680.000 £ ! Il cède son auto peu de temps après… à un acheteur qui l’a déjà revendue en faisant une culbute !

Il tente de faire bloquer la vente mais une décision de justice l’oblige à laisser partir sa supercar… qui est de nouveau revendue. C’est ainsi qu’elle apparaît dans une petite annonce publiée par Modena Engineering. Sans que l’on ait le prix réel de cette dernière vente, il se chuchote que l’auto est partie pour près de 1 million de livres !

Mais derrière la Ferrari F40 c’est tout le marché qui va être touché. Ainsi une mécanique similaire va se mettre en place avec les bons de commande de la Jaguar XJ220, qui entraîneront aussi des procès.

Ferrari F40, icône automobile, symbole de la spéculation

Pour aller plus loin :
Histoire d’un semi-échec, Jaguar a-t-il survendu la XJ220 ?

Derrière c’est finalement tout le marché qui s’emballe et même l’auto de collection. Néanmoins, on parle d’une bulle spéculative, et une bulle explose toujours. Au moment où cela se produit certains se retrouvent avec une auto sur les bras… qu’il ne voulaient pas forcément et qu’ils ne feront pas rouler.

Finalement on ne s’arrêtera pas non plus à 1000 exemplaires. La Ferrari F40 est homologuée pour le marché américain. Et comme un contrat lie Maranello à son importateur en l’obligeant à livrer 22% de chaque production, à minima, on rajoute encore des autos au quota.

Au final en 1992 la dernière F40 est la 1315e !

Trois ans plus tard (seulement), Ferrari proposera une nouvelle auto sur le même modèle, qui ira encore plus loin, c’est la F50.

La F40 en course

Le potentiel de l’auto en compétition étant un peu une des bases du programme, Ferrari lance la préparation des F40 et c’est assez logiquement Michelotto qui va s’en charger. Il reprend la base de la supercar de route et en réintroduisant les solutions extrêmes de la 288 GTO Evoluzione.

Baptisée Competizione puis LM, car on ambitionne alors de l’engager au Mans, elle voit son moteur poussé à 720 ch, principalement avec une nouvelle cartographie, et il peut même atteindre 900 ch en qualif ! L’aéro est aussi retouchée avec une lame carbone à l’avant, un aileron arrière réglable et un diffuseur plus agressif. Enfin les phares pop-up sautent et laissent place à des prises d’air supplémentaires.

La Ferrari F40 LM séduit, notamment Pozzi qui en commande deux avec l’ambition de l’amener sur la piste mancelle. Finalement le règlement des championnats d’endurance européens et mondiaux étant trop restrictifs, c’est vers l’IMSA, en 1989, que se tournent ces autos. Dès la première course Jean Alesi l’amène sur la troisième marche du podium. La saison se conclura par plusieurs podiums mais aucune victoire et le programme Pozzi s’arrêtera là.

Néanmoins la voiture séduit et c’est une dizaine de Ferrari F40 LM qui seront fabriquées. Trois courront régulièrement, d’autres iront plutôt sur la route !
En parallèle, les F40 GT, avec une préparation moteur plus légère et sans préparation aéro seront utilisées dans les championnats GT japonnais et italiens de l’époque.

Mais la carrière en course de la Ferrari F40 va prendre un nouveau départ. Le championnat BPR nouvelle créé pour les nouvelles GT1 lui va comme un gant. Les Ferrari F40 GTE sont alors créées, ou modifiées à partir des LM, par Michelotto et s’engagent. Le moteur peut alors être modifié et sa cylindrée sera poussée à 3.5 litres puis 3.6 litres, mais les brides le limitent à 660 ch.
Les Ferrari F40 gagneront plusieurs courses, principalement les plus courtes. Mais surtout elles feront leur apparition aux 24h du Mans. Entre 1994 et 1996 on retrouvera plusieurs autos au départ de la classique mais peu figureront bien à l’arrivée. Surtout leur fiabilité nuit à leurs performances et le meilleur résultat sera une 12e place en 1995 pour la Pilot de Ferté-Thévenin-Palau.

Les F40 de nos jours, le retour de la bulle ?

Alors en fait, non. La Ferrari F40 n’est pas retombée dans la bulle spéculative du marché de l’ancienne de ces dernières années. Son prix a fortement augmenté, c’est vrai. Il y a une une quinzaine d’année l’auto se trouvait autour des 250.000 $. Et peu à peu elle est passée de supercar d’occasion à collector.

Les prix sont montés peu à peu et le volume de vente de l’auto aussi. Mais contrairement à d’autres autos, son prix n’a pas été touché il y a deux ans quand la bulle des anciennes s’est dégonflé. Ainsi une Ferrari F40 vaut désormais autour du million d’euros (ou dollars).

Tout dépendra des spécifications, des anciens propriétaires et du kilométrage, souvent ridiculement faible. Ainsi les modèles les plus usagés (qui dépassent les 30.000 km en gros) peuvent se vendre entre 900.000 et 1 million d’euros quand les modèles les mieux préservés, les voitures de musée en somme, peuvent atteindre 1.5 million d’euros.

Évidemment ces prix n’évoquent que les modèles strictement routiers, les F40 LM sont bien sûr beaucoup plus onéreuses. La bleue “Pilot” qui illustre en partie cet article s’est vendue pour 4.842.500 €.

Sources : DLEDMV, Arcturial

Ferrari F40, icône automobile, symbole de la spéculation

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Italian Meeting 2020, Grazie mille !

L’autodrome de Montlhéry accueillait l’Italian Meeting 2020 ce samedi. Malgré un temps gris, la journée consacrée aux Italiennes a été un franc...

Le Mans Motors Cup 2020, un beau bouquet final

Après une saison bien remplie par l'Historic Tour, Les rouges et noirs de chez HVM ont terminé l'année au circuit Bugatti avec...

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...