Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la Triumph Sebring d’Eric

Après nous avoir présenté son Checker Marathon (le taxi new yorkais, c'est par ici), Eric nous présente une autre de ses belles....

[Vidéo] Le Saviez-Vous ? Les Renault et leur empattement variable !

Cela faisait longtemps qu'on ne vous avait pas proposé une vidéo "Le Saviez-Vous". Après vous avoir parlé des Renault Gordini, c'est à...

Liberté Égalité Roulez 2020, des anniversaires bien arrosés pour les Françaises !

Pour ce Liberté Égalité Roulez 2020, les Françaises ont été arrosées comme jamais sur notre anneau de Linas-Montlhéry. En même temps, elles...

Certificat d’Immatriculation de Collection (ancienne Carte Grise Collection) : quelques rappels

En France on adore les lois. Et on en a tellement, qui sont amendées tellement souvent qu'on peut s'y perdre facilement. Du...

Alors que l’électrique Citroën Ami est en précommande, c’est le moment de reparler des premières autos du genre. Fruit d’une éternelle volonté des chevrons d’étendre leur gamme, elles ont été à la fois marquées par la controverse et le succès commercial pendant 17 ans.

La Genèse de la Citroën Ami 6

La gamme Citroën et sa disparité a été au centre de nombreuses attentions entre les années 50 et les années 70. D’un côté on avait la 2CV apparue en 1948 et située dans un segment relativement délaissé et très bas de gamme, de l’autre on avait les Traction 11 et 15 avant leur remplacement par la DS en 1955. Et entre les deux les clients de la marque n’avaient rien à se mettre sous la dent. Ils se tournaient alors vers Renault, Simca et Peugeot qui proposaient des 4, 6 et 8cv.

Michelin, le propriétaire de Citroën en était bien conscient et fait travailler le bureau d’étude des chevrons.

Les premières études

Entre 1953 et 1956 c’est une dizaine de prototypes qui sont construits par l’équipe d’André Lefebvre, sous le nom de projet AM (Automobile Milieu de gamme). Le but est d’utiliser le plus d’éléments possibles de la gamme existante, provenant plutôt de la deuche, tout en ayant de bonnes performances. Cela aboutit à la création de la C10, une auto mue par le 425 cm³ de la 2CV, ne pesant que 382 kg et avec un habitacle suffisamment grand pour quatre occupants et leurs bagages. Les performances sont majoritairement dues à l’aérodynamisme de l’auto, très poussée.

Mais le projet n’est finalement que difficilement industrialisable. Et pour parachever le tableau, la forme est beaucoup trop futuriste et pourrait nuire aux ventes.

On revient alors aux tables de dessin pour étudier une nouvelle auto.

Les solutions retenues

On réfléchit alors à doter Citroën d’une auto de milieu de gamme reprenant la suspension hydropneumatique qui a marqué les esprits sur la DS. Mais cette solution est encore trop chère. Plutôt que de faire un milieu de gamme proche du haut, on va le faire proche du bas. C’est donc sur une “Super 2CV” qu’on planche.

La voiture doit faire moins de 4 mètres et reprendre le châssis et la mécanique de la deuche. Par contre elle doit être plus habitable que cette dernière. En plus l’auto doit être une trois volume, pas question de partir sur une solution utilitaire avec un hayon, chose qu’execre Paul Bercot, directeur de la marque.

C’est ainsi que Flaminio Bertoni va proposer cette lunette arrière inversée, en Z. Elle offre plusieurs avantage. Tout d’abord elle n’impose pas aux adultes assis à l’arrière de pencher la tête vers l’avant. Ensuite elle permet l’ouverture d’une véritable malle arrière. En bonus, ni la pluie ni la neige ne se déposent dessus !
Pour le reste de la ligne, on ne retient pas les études menant à une auto proche de la DS pour l’avant. On va différencier la future auto des autres modèles de la gamme Citroën. Déjà avec l’apparition de phares rectangulaires, innovation à l’époque. Ensuite en adoptant un capot concave et plongeant, malgré des ailes droites.

Malgré l’emploi de polyester pour le toît la future auto sera plus lourde qu’une 2CV. De fait la mécanique 425 cm³ va s’avérer trop juste. C’est ainsi qu’on la modifie et qu’on crée le moteur 602 cm³ qui fera une belle carrière. Avec 22ch, il doit permettre d’emmener l’auto au dessus des 100 km/h.
Pour le reste de la mécanique on ne réinvente rien. On reprend un châssis dérivé de la deuche, il est notamment plus épais mais les trains roulants sont similaires à ceux de la 2CV. C’est le gage d’une bonne suspension avec ses systèmes à tirants et ressorts horizontaux et bien sûr les quatre roues indépendantes. Seule différence, le diamètre des tambours avant est majoré pour répondre à l’embonpoint.

Enfin, l’intérieur va être l’objet de bien des attentions. Pour justifier le milieu de gamme, et en dépit de l’emprunt des nombreux éléments de deuche, il faut mettre le paquet. Exit les sièges de la 2CV, ceux de la future auto se rapprochent beaucoup plus de la DS, épais et moelleux. Le volant aussi s’inspire de celui de la grande sœur avec une seule branche. Reste le tableau de bord, avec peu d’instruments et de décoration.

Reste la question du nom. On va reprendre dans le nom de l’Automobile de MIlieu de gamme. Ensuite le 6 fait directement référence à la cylindrée du moteur (et pas la puissance fiscale qui est de 3CV). C’est d’autant plus intéressant que Ami 6 se rapproche de l’anglais Mrs, quand l’auto vise clairement le titre de deuxième auto de la famille, celle de madame !

Poursuivre vers l’Ami 6

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Aller directement à l’Ami 8

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Cliquez sur les images pour naviguer

Page 1 de 4

Citroën Ami, la superdeuche qui a su se réinventer

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

La Renault 12 à la conquête du monde

La Renault 12 on la connaît bien en France puisqu'elle y a été un vrai succès avec des millions d'exemplaires fabriqués et...

Le plastique et l’automobile ancienne

Quand on parle de plastiques dans une voiture, on pense immédiatement aux voitures des années 80 et aux tableaux de bords. Mais...

[Vidéo] Le Saviez-Vous ? Les Renault et leur empattement variable !

Cela faisait longtemps qu'on ne vous avait pas proposé une vidéo "Le Saviez-Vous". Après vous avoir parlé des Renault Gordini, c'est à...

Des avant-guerre pour le catalogue “The Golden Age of Motoring” de Bonhams

Jusque l'an dernier c'est Bonhams qui était sponsor titre du London to Brighton. Si l'événement est désormais sous la bannière de RM...