Une épave ou une sortie de grange pour restaurer son ancienne ?

Restaurer son ancienne n’est pas toujours une épreuve aisée, surtout lorsqu’on veut le faire par soi-même. Les pièces sont souvent difficiles à trouver, ou parfois à un prix prohibitif, surtout si on sort des sentiers battus. C’est pourquoi avoir recours à une donneuse peut être une solution, mais… tout n’est pas si simple.


Attention, on ne peut pas tout faire avec une épave de voiture !

Pour rappel, depuis l’arrêté du 9 février 2009. Il n’est plus légal pour un particulier de vendre un véhicule non roulant, même en pièces détachées. De même, seuls les professionnels de l’automobile sont autorisés à acheter un véhicule non roulant.

Cependant, il est possible de conserver chez vous une épave de voiture, si vous souhaitez récupérer et réutiliser des pièces pour un usage purement personnel, ou bien évidemment si vous souhaitez le remettre en état. Il faudra juste penser à faire une déclaration de retrait de la circulation.

La seule chose possible, en restant dans le cadre légal, est donc de passer par un épaviste, que ce soit pour l’enlèvement de votre épave de voiture, ou pour trouver certaines pièces détachées. Cependant, faire le tour de l’annuaire à travers toute la France est une tâche longue et fastidieuse, voire vouée à l’échec, si votre véhicule sort de l’ordinaire. Un site comme Domicar, l’annuaire des épavistes Français, permet d’entrer en contact directement avec le réseau des épavistes, faisant gagner un temps fou.

L’intérêt économique d’une épave !

Faisant suite à l’arrêté du 9 février 2009 (que vous retrouvez ici), l’article L121-117 du code de la consommation, datant de 2015, oblige les garagistes à proposer des pièces d’occasion pour les réparations (pièces de carrosserie, vitrages, optiques, etc).

Le but est multiple. Il permet aux épavistes et casseurs d’assumer une partie des coûts de mise à niveau de leurs parcs, ainsi que les coûts de dépollution des véhicules hors d’usage. Mais il permet également au consommateur d’avoir une option moins chère, libre à lui d’y avoir recours ou non.

Autre intérêt pour l’Etat, ce circuit régulé laisse l’intégralité du circuit à l’intérieur des frontières, là où beaucoup de pièces neuves arrivent de l’étranger. En résumé, tous les bénéfices restent en France, permettant de faire tourner l’économie concernée. Utiliser les pièces d’une épave c’est presque comme utiliser du made in France !

Intérêt pratique… et écolo !

Avoir recours à une donneuse reste quand même très pratique. Cela permet potentiellement de se construire un stock de pièces détachées, surtout quand celles-ci sont difficiles à trouver. On pense notamment aux pièces de carrosserie, qui ne voient que très rarement des équivalents produits à nouveau. Cela permet aussi de continuer à utiliser des pièces d’époque, pour ceux qui souhaitent garder le maximum d’authenticité.

Dernier point, qui en fera peut-être sourire quelques-uns, et grincer des dents quelques autres. Cela reste une des solutions au plus faible impact environnemental. En effet, une pièce déjà fabriquée à l’époque ne nécessite pas d’autre énergie pour arriver chez vous que celle du transporteur, là ou une pièce neuve nécessitera un cycle beaucoup plus émissif.

Une voiture en fin de vie n’est pas une voiture complètement perdue, elle pourra donner une seconde vie à une autre en meilleur état, mais manquant quelques éléments critiques. Mieux encore, cela peut éviter que l’intégralité des éléments partent à la benne, et permet de faire de votre ancienne, un objet plus vertueux que certains ne l’assènent.

Et si vous aimez les histoires de sorties de grange, on en raconte plein par ici.


Pierre
Rédacteur à News d'Anciennes
Tombé dans la marmite automobile quand il était petit, il a rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2015. Expatrié en Angleterre depuis Mai 2016, il nous partage les évènements de là-bas.
En dehors de ça, il partage une bonne partie de son temps sur la route entre une Opel Ascona et une Mazda RX-8.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.