Vieux Coucous et Légendes des airs au Meeting aérien des Etoiles et des Ailes

Ce week-end, avait lieu sur l’ancienne base aérienne de Francazal, le meeting aérien des Etoiles et des Ailes. Durant tout un week-end, le public aura eu le plaisir de vibrer aux rythmes des prestations délivrées par les pilotes d’avions souvent mythiques. Au total, près d’une 100 d’aéroplanes étant présents sur le site, entre ceux qui volaient et ceux qui étaient en exposition.

Les choses sérieuses commencèrent avec le passage de la marche verte vers 11h30. La patrouille nationale marocaine nous gratifia pendant près d’une vingtaine de minutes d’une prestation à couper le souffle.

Après la patrouille nationale marocaine, le spectacle allait continuer à un rythme effréné. Ce fut d’abord au tour des parachutistes du 1er RTP de faire une démonstration de leur talent.

Voilà les historiques

Puis, centenaire de l’armistice de 1918 oblige, les vieux coucous de cette époque se succédèrent au dessus du meeting des Etoiles et des Ailes. Ce fut d’abord au SE5, un avion anglais de s’élancer. Puis vint le tour du Nieuport 17 Enfin, ce fut le tour du Bréguet  14 de voler à son tour. Ce dernier, bombardier pendant la 1ère guerre mondiale, allait ensuite être un des avions vedettes de l’aéropostale. Quant au Bücker Jungmann, apparu dans les années 30, il reste une évocation fidèle des appareils de cette époque.

Difficile de parler des années 20 sans parler d’une tradition un peu folle. Celle des wingwalkers, littéralement les marcheurs d’ailes. Ces hommes et ces femmes se livraient à l’époque à toutes sortes d’acrobaties sur les ailes d’un avion. Lors du meeting, ce fut l’italienne Danielle Del Bueno qui allait se livrer à cet exercice pour le moins spectaculaire.

C’est aussi durant les années folles qu’allait naître l’âge d’or des hydravions. Le Consolidated Catalina était un peu l’héritier de cette période. Ce bel oiseau connut ses heures de gloire comme avion de reconnaissance durant la Seconde Guerre Mondiale.

Restons dans le domaine de l’aéronavale avec quelques-uns de ses avions phares, le Bréguet Alizé et le Fouga Zéphyr, une version marine du célèbre Fouga Magister. Ils étaient ici associés au Morane-Saulnier MS733 et au Morane-Saulnier Paris.

Ce fut ensuite à un retour vers le deuxième conflit mondial que les Etoiles et des Ailes nous proposèrent. Ce fut d’abord le MS406 qui prit la voie des airs. C’était le plus célèbre des avions français de cette époque. C’était également le premier chasseur moderne de l’armée de l’air. Vint ensuite le tour du Curtiss P40 Warhawk. Cet avion, fort connu également, allaient être celui qu’utilisait l’escadrille des Tigres Volants. Puis vint le tour d’un autre avion mythique de voler dans le ciel toulousain, le Hawker Hurricane. Ni plus ni moins qu’un des héros de la Bataille d’Angleterre ! Enfin, un autre célèbre warbird se présenta pour faire sa prestation, le Vought Corsair. Une des légendes de mon enfance, c’était l’avion chéri des Têtes Brulées. C’était également la terreur des japonais. Ils l’avaient surnommé la mort qui murmure.

Revenons un temps sur les parachutistes du 1er RTP. Si trois d’entre eux furent largués à bord d’un Pilatus en début de meeting, c’est plus tard à bord d’un Noratlas qu’ils embarquèrent.

Bien sûr, sur ce meeting aérien, des avions plus modernes furent présentés. Parmi ceux-ci, l’Extra 330, l’Airbus A400M, L’ATR 72-600 et surtout le Rafale allaient assurer le show.

Enfin, difficile d’organiser un meeting aérien comme des Etoiles et des Ailes sans faire appel à la célèbre Patrouille de France. Si la Marche Verte nous avaient gratifié d’une superbe prestation quelques heures plus tôt, c’est à un spectacle encore plus impressionnant que nous allions avoir droit.

Ce meeting aérien des Etoiles et des Ailes offrait un bien beau spectacle ce week-end. Ce furent pas moins de 40.000 personnes qui y assistèrent durant les deux jours. Une belle affluence pour un superbe événement. Il m’en restera bien des souvenirs en tout cas. Des moments impressionnants, la Patrouille de France et celle du Maroc, la marcheuse d’aile italienne, le Rafale et d’autres chargés d’émotion, le dernier vol du premier prototype de l’ATR 72-600. C’était aussi la réalisation d’un de mes vieux rêves de gosse. Jamais je n’aurais pensé voir voler un jour le Corsair des Têtes Brulées. Quant au Hurricane, j’étais ado la dernière fois que j’en ai vu voler un.

 

Xavier on Facebook
Xavier
Rédacteur-photographe à News d'Anciennes
Il est le toulousain de la bande. Toujours armé de son appareil, il écume la ville rose et nous fait vivre de nombreux rassemblements mensuels sur place.
Il a rejoint News d'Anciennes à l'automne 2016.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.