Rétro’Villette 2018 un beau rassemblement et bourse d’échange

Ce dimanche 25 février se tenait l’exposition annuelle et la bourse d’échange Rétro’Villette 2018, à Villette d’Anthon. Retour sur un rassemblement de qualité et une bourse d’échange bien fournie, que les passionnés de la région connaissent bien.

En avant première

C’est en effet la 17ème édition. Depuis 2002, le club de la traction Rhône Alpes organise, tous les derniers dimanches de février, ce rendez-vous devenu incontournable. Cette année ce n’est pas moins de 200 véhicules de plus de 30 ans qui étaient attendus. Malgré le froid glacial, en deux heures de temps on a pu voir une petite centaine d’autos différentes, se relayant sur le parking, que ce soit dans leurs jus ou fraîchement restaurées. Retour en image sur cette exposition de Rétro’Villette 2018.

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js


(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Les plus vues

La marque la plus représentée était sans hésitation Citroën. Les 2cv de différentes silhouettes, des Tractions, un panier à salade et deux exemplaires plutôt rare. Le premier est le prototype M35, entre l’Ami 6 et l’Ami 8, à moteur rotatif. Citroën a vendu et fait tester ses 267 exemplaires directement à ses clients. L’exemplaire visible ici porte le numéro 464, ce numéro est bien évidemment faux puisque le constructeur a tenté de masquer l’échec commercial. Le deuxième est une Citroën Rosalie datant de 1933, équipé d’un moteur 6 cylindres de 57 chevaux. Il reste 5 exemplaires roulants au monde, avec son « moteur flottant » symbolisé par le sigle sur la calandre. Cette Rosalie de toute beauté cache un détail amusant sur ces pneumatiques qu’on retrouve dans le dernier paragraphe de l’article.

La bourse d’échange de Rétro’Villette 2018

Les visiteurs et les propriétaires exposant leurs autos ont pu se réchauffer dans le gymnase où se déroulait la bourse d’échange. Les nombreux stands, bien variés, se composaient de voitures miniatures, des livres automobiles et revues techniques, mais aussi toutes sortes de pièces pour voitures anciennes. Les vendeurs de pièces étaient aussi à l’extérieur, bravant le froid. Il y avait de tout : des sigles de calandre aux pièces moteurs, des joints, mais aussi des pièces de carrosserie, notamment un kit carrosserie de Renault 5 Groupe 2.

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js


(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

La plus marquante

Mon coup de cœur sur ce rassemblement Retro’Villette 2018 est la D.B Le Mans. Née en 1947 d’une collaboration entre René Bonnet et Charles Deutsch, la marque D.B devient l’écurie de compétition de la marque Panhard. Les véhicules D.B reprennent en effet le châssis et la base roulante Panhard. Ce modèle Le Mans présenté en 1959 est initialement un cabriolet. Ce n’est que quelques années plus tard que le coupé sera proposé. Un petit moteur sur une carrosserie profilée lui faisait atteindre la vitesse de 170 km/h. La commercialisation s’arrête en 1962. Pour plus d’information sur les D.B, c’est à retrouver ici.

Les détails qui tuent !

Pour terminer, une petite série de détails qui personnalisent ou donnent du caractère à ces voitures anciennes. Que ce soit par un sigle, un sticker, le modèle réduit sur le tableau de bord ou un modèle de pneu au nom évocateur, certaines autos se démarquent. Une Renault 17 a même refusé de démarrer pour se faire remarquer.

Les photos de la matinée à Retro’Villette 2018 sont à retrouver ici.

Thierry on FacebookThierry on FlickrThierry on InstagramThierry on Linkedin
Thierry
Passionné de voitures anciennes, au volant de sa 106 Rallye, il sillonne les routes de Rhône Alpes. Son appareil photo n'est jamais loin pour immortaliser les belles mécaniques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.