Le Mans Classic 2018 : premières infos

Toutes les années paires on attend avec impatience le rendez-vous manceau. Le Mans Classic 2018 se prépare et nous livrera petit à petit ses informations. La première liste des engagées est dévoilée, on en profite pour y jeter un coup d’œil ensemble.

Le Mans Classic 2018 le 1er week-end de Juillet

Ce sont les Vendredi 6, Samedi 7 et Dimanche 8 Juillet que se tiendra Le Mans Classic 2018. Le programme devrait ressembler grandement à celui des précédentes éditions. D’ailleurs notre article de 2016 est visible en cliquant ici. Le Vendredi et le Samedi matin seront dédiés aux essais des 6 plateaux plus de la “course de support” qui est presque la plus attendue par certains : les Groupe C. A partir du Samedi après-midi s’enchaîneront les courses. Les premiers plateaux auront droit à leur départ typique en épi avant un départ réel lancé.

Ça c’est sur la piste, mais Le Mans Classic 2018 regorgera de belles activités autour. Evidemment les espaces clubs seront des endroits à voir, avec un stationnement le long du “petit” circuit Bugatti, et des milliers d’autos garées pour le plaisir des visiteurs.
En plus de cela on pourra compter sur un village exposant, des stands de constructeurs, le chapiteau de la vente Artcurial, et des expos historiques pour animer tout cela.


En piste, premier détail des engagés de Le Mans Classic 2018

On commence par les autos engagées.

Plateau 1 : les avant-guerre, 1923 – 1939

Première période d’engagés au Mans Classic 2018 avec 53 voitures. Les modèles n’étaient pas si répandus ce qui permet de compter déjà 11 châssis ayant couru au Mans ! On comptera par exemple une Delahaye 135 S et une Delage 3 Litres Sports, 2e et 4e en 1937. Autour, on retrouve de grandes marques disparues, Talbot, Lorraine Dietrich, Alvis, Singer ou Invicta et certaines qui sont encore là près de 100 ans plus tard, Bentley, BMW, Aston Martin, Lagonda, Alfa Romeo ou Mercedes.

Plateau 2 : la reprise et les premières légendes, 1949 – 1956

Dans le plateau 2 de Le Mans Classic 2018 on retrouve les premières grandes légendes des 24h du Mans. Les Ferrari font leur apparition, historiquement, même si on ne les voit pas dans les engagés. Par contre on y retrouve des Maserati A6 et 250S, des Jaguar Type C et Type D, mais aussi Xk. En fait la colonie anglaise est énorme avec des Aston, Lotus, Triumph TR2, Austin Healey, Morgan, des plus rares AC, Frazer Nash… Mais dans le reste de l’Europe, des Porsche 356 et 550, DKW, Fiat 8V ou encore Skoda !
Côté français, c’est l’apparition des premières D.B et elles sont bien seules ! Sur les 52 autos présentes, ce sont 12 châssis qui ont effectivement couru les 24h du Mans.

Plateau 3 : 1957 – 1961

Un  plateau plus restreint en années. Donc en modèles éligibles. Pourtant, belle diversité avec des Lotus, des Aston Martin, des AC, Alfa Romeo Giulietta, Porsche 718, Saab 93 B ou Maserati Birdcage. On trouve aussi quelques artisans avec des Jaguar Knobbly, Tojeiro Climax, Lister ou Deep Sanderson. Enfin, des légendes avec les Ferrari 250 GT SWB et Breadvan, Aston Martin DP212, mais ni 250 TR, ni Aston DBR qui ont remporté l’épreuve dans ces années là. De la même façon, les Type D préfèrent s’engager en plateau 2, plus facile.
On notera la présence côté français d’autres D.B, dont le coach HBR5 de Laureau – Moreau – Dursen – Moreau qu’on connait déjà et dont on reparlera.
Dans ce plateau, 11 autos ont déjà pris le départ des 24h du Mans.


Plateau 4 : 1962 – 1965, batailles aux sommet

Le plateau 4 regroupe parmi ce qui se fait de mieux en VHC. On y retrouve les autos qui se battent aux avant poste de beaucoup de courses historiques, à savoir les AC Cobra, les Ford GT40 et les Jaguar Type E. Autour on retrouvera d’autres belles appelées Morgan, Iso Grifo, Chevrolet Corvette, Ferrari 275 et 250 LM, Marcos GT ou Abarth 1300 OT.
Côté français les amis Laureau engagent cette fois une René Bonnet Djet, une CD Panhard sera également présente ainsi que les Alpine M63 et M64.

Plateau 5 : 1966 – 1971, place aux gros cubes

Sur ce plateau les Lola T70 sont les épouvantails. Même si ces autos n’étaient pas aux avant poste à l’époque, elles sont ici redoutables. Il n’y a qu’au Mans Classic que leur domination est vraiment contestée par les Porsche 917 notamment. Remarquables également, la présence d’une Ferrari 512 S, ou d’une Howmet TX. Du côté des autos plus petites, on retrouve des Porsche 906, Chevron B8 et B19, Lola T210 ou Alpine A210.

Plateau 6 : 1972 – 1981, les dernières avant les Groupe C

Dernier plateau d’engagés au Mans Classic 2018, le plateau 6 qui représente les autos les plus récentes. Pour le moment les engagés montrent que les Mirages seront une nouvelle fois sur le devant du plateau. En 2016 seule les Porsche 936 avaient réussi à les déranger. Autour de ces protos, on attend une Matra ou une Alpine A442 qui ne sont pour le moment pas engagées… Mais on verra les spectaculaires Porsche 935, des Chevron, Ferrari 512 BB LM, Porsche 911, BMW M1 mais aussi des autos plus artisanales comme les Moynet et Inaltera qu’on vous a déjà présenté.


Les noms connus au départ de Le Mans Classic 2018

Sans surprise les noms connus sont rarement engagés dans les plateaux les plus anciens. Souvent on y retrouve les propriétaires des autos, éventuellement accompagnés de pilotes plus expérimentés. On retrouve quand même dans les deux premiers plateaux des noms connus comme les Halusa, sur une Alfa Romeo 8C 2300 ou le talentueux Webb et sa Type C.

Dans le plateau 3, Vincent Gaye se présentera sur une Ferrari 250, il sera surveillé, les Halusa seront engagés sur une auto identique, Sucari s’engagera sur une Porsche 356, et Vögele sur une 718 RSK. Peut-être moins performant on retrouvera Mahul qui nous avait fait peur sur une sortie de piste en 2016 repartira sur sa barquette Panhard.

Dans le plateau 4 on remarque un certain Ortelli engagé sur Porsche 904, Ludovic Caron sur sa Cobra, les France père et fils sur leur Cobra, Clive Joy sur sa Ferrari 250 LM, Jean-Pierre Lajournade sur sa Jaguar Type E, Guy Fréquelin engagé avec les amis Laureau sur leur René Bonnet Djet, ou Tromans qui se partagera entre sa Lotus Elan et une GT 40.

Dans le plateau 5, le fils d’Ietieren sera engagé sur sa Porsche 917, les France sur une Lola T70 MkIII, Richard Mille, sponsor de l’épreuve sera sur une Chevron BMW et sur une Lola T70 avec son compère Carlos Tavares, le PDG de PSA. Van Riet sera engagé sur une Lola T70 et une Chevron lui aussi et Carlos Vögele sera donc au volant de sa Porsche 917 rouge.

Enfin le plateau 6 voit l’engagement de Paul Belmondo avec Vandromme sur une Porsche 935, Dominique Guénat sur Porsche 935 et Lola T286, Arnoux au volant d’une BMW M1, Jacques Nicolet (patron de Onroak Racing qui a développé un département anciennes) sur une Duckhams Ford, et pour finir Pescarolo et Chambon sur une Inaltera qu’on connaît bien.

Ce n’est ici que la première liste. Le Mans Classic 2018 est encore loin et on pourrait encore avoir des surprises. On scrutera notamment le plateau des Groupe C. Pour voir la liste, cliquez ici.


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

2 commentaires sur “Le Mans Classic 2018 : premières infos”

  1. Ce Mans Classic 2018 promet de bons moments avec a nouveau de superbes plateaux en piste ainsi que des Paddocks avec de superbes autos nous en mettant plein les yeux
    Je prendrais un grand plaisir a etres présent à ce Mans Classic 2018

Laisser un commentaire