La BMW 3.0 CSL : Gueule d’Enfer et Palmarès d’Exception

De la série E9, la BMW 3.0 CSL est incontestablement la plus connue. Elle incarne la sportive de la gamme avec son palmarès envié par bien des prototypes et son design l’a fait devenir une icône, voire une oeuvre d’art quand les art-cars ont été lancées. On revient sur cette auto d’exception.

Au sommet de la gamme, la E9

En 1968, BMW lance sa gamme E9. Ce sont des coupés dont le premier modèle est la 2800 CS qui développe déjà 170 ch. Une belle auto qui adopte une gueule de requin pour allonger le capot et y loger le 6 cylindres en ligne M30.

L’auto est grande, 4.66 m de long, 1.67 m de large et 1.37 m de haut. Les trains roulants sont des classiques (désormais) roues independantes, mais encore des freins à tambours. Le tout est assemblé chez Karmann, comme sa devancière la la 2000 C/CS. Il en sort près de 10.000 exemplaires en 3 ans, l’auto est un vrai succès, notamment en course, on y reviendra. Mais BMW ne s’arrête pas là.

En 1971 le 6 cylindres grossit. La cylindrée passe à 3 litres et deux versions sont disponibles. La BMW 3.0 CS avec carburateurs et une puissance de 180 ch et la BMW 3.0 CSi avec une injection électronique Bosch et 215 ch à la clé ! Et si le palmarès s’étoffe encore, une version sportive entièrement conçue pour la course est décidée.


La BMW 3.0 CSL, la sportive de la gamme

C’est la BMW 3.0 CSL qui est dévoilée en Mai 1972. Développée par Alpina, c’est BMW qui la produira. Il faut en effet atteindre 1000 autos pour l’homologuer ! C’est une auto allégée dont les ouvrants sont en alu, les vitres en Perspex et dont l’équipement est réduit et le moteur boosté. On al reconnait notamment avec l’absence de pare-chocs.

A l’origine on utilise le moteur de la CS, mais il sera revu et sa cylindrée finira à 3.5 litres ! Avant que l’auto ne soit homologuée, plusieurs versions seront produites. En août on passe la cylindrée à 3003 cm³, pour passer dans la classe au dessus des 3L, qui permet de plus grosses modifications entre les autos homologuées et les autos engagées en course. Finalement avant l’homologation finale, le moteur sera porté à 3153 cm³. Ça, c’est pour la série en tout cas.

L’auto gagne aussi le surnom de Batmobile en raison de son aileron, son becquet et ses ailes larges, l’auto est affûtée aérodynamiquement.

Sur les 1265 exemplaires prévus pour la route, ces appendices ne seront jamais montés. En effet, en Allemagne, les ailerons sont interdits en dehors des routes.

Le palmarès de la BMW 3.0 CSL : tout simplement impressionnant

La BMW E9 n’a pas attendu la 3.0 CSL pour se forger un beau palmarès. La 2800 CS s’impose aux 24h de Spa 1970 avec Huber et Kelleners ainsi qu’aux 24h du Nürburgring 1972 avec encore Kelleners associé à Pankl. Déjà c’est Alpina qui est derrière ces deux victoires.

Débuts en course en 1973

La BMW 3.0 CSL apparaît en course bien après sa première présentation. Elle va être engagée dans différents championnats dès cette première année. En Championnat d’Europe des Voitures de Tourisme, avec BMW, Alpina et Schnitzer, mais aussi en endurance et sur certaines épreuves allemandes du DRM, le championnat national de tourisme.

Au final, l’année 1973 va être pleine de succès. La BMW 3.0 CSL gagnera à Monza (Lauda et Muir), double podium à Salzburg (2e et 3e), 2e à Mantorp, triplé sur le Nürburgring (Amon et Stuck vainqueurs), victoire aux 24h de Spa, à Zandvoort , au Paul Ricard (Quester et Hezemans)et pour finir à Silverstone (Bell et Ertl) !
Une razzia qui offre le titre constructeur à la marque à l’hélice, et le titre pilote au Hollandais Toine Hezemans.

En plus de cela, en DRM, la BMW 3.0 CSL gagne 4 courses et offre la 4e place du championnat à Harald Menzel. Devant lui notamment Dieter Basche avec une 2002 Ti !

Enfin en endurance, les succès sont d’estime. Aux 24h du Mans, remportées par la Matra MS670 pour la seconde fois, deux des trois autos engagés abandonnent. Mais Quester et Hezemans réussissent à prendre la 11e place, gagnant la classe tourisme… ce sont aussi et surtout les seuls à l’arrivée ! Sur les autres courses du championnat, un doublé en Tourisme aux 1000km de Spa, une victoire à la Targa Florio, aux 1000km du Nürburgring !

En plus de cela on ajoute la victoire de Lauda et Joisten aux 24h du Nürburgring ! Carton plein pour une première année !


1974, Ford se rebiffe

La Bataille avec Ford repart de plus belle en 1974 en Championnat d’Europe de Tourisme. BMW gagne successivement à Monza (triplé avec Peltier et Lafosse devant), Salzburg (Stuck et Ickx) et Vallelunga (Peltier et Lafosse). Aucun point n’est marqué au Nürburgring, et c’est Ford qui va remporter les courses suivantes, remportant titre pilote et constructeur.

Aux 24h de Spa, nouvelle victoire avec une 3.0 CSi emmenée par Peltier, Xhenceval et Dieudonné. L’équipe officielle n’est pas venue, la course étant en dehors de tout championnat. Toujours en Belgique, la BMW 3.0 CSL est championne au niveau national.

A côté de cela, deux victoires en DRM sont à mettre au crédit de Stuck. En endurance, nouveaux succès avec une nouvelle victoire en tourisme aux 24h du Mans (Aubriet et Depnic 15e), aux 1000km de Spa (Finotto et Mohr).

1975, la Grande offensive des BMW 3.0 CSL

Contrairement aux deux années précédentes, les BMW 3.0 CSL sont engagées de façon plus prononcées en championnat du monde d’endurance. Aux 24h de Daytona le succès n’est pas là. Même si les 12h de Sebring ne sont pas au championnat les BMW s’y engagent et remportent la course avec Redman, Moffat, Posey et Stuck !
Aux 1000km de Spa, derrière les Alfa Romeo T33, Peltier et Müller montent sur le podium, devant les Porsche Carrera RSR. Le même équipage gagne la classe tourisme aux 1000km du Nürburgring, et aux 6h de Watkins Glen.

Aux 24h du Mans, aucune auto n’est à l’arrivée. Mais l’auto de Posey, Poulain (le maître Poulain d’Artcurial) et Guichet sont engagés sur une auto peinte par Alexander Calder. La première Art Car de l’histoire.

En Championnat d’Europe de Tourisme, Peltier et Müller gagnent à Monza, à Brno, Zondler et Fitzpatrick à Salzburg. Au Nürburgring, triplé des BMW 3.0 CSL : Kellener et Grohs devant Peltier et Müller et Betzler et Bertrams. A Zandvoort c’est le doublé derrière les Porsche, et une nouvelle victoire est inscrite à Jarama.
Peltier et Müller sont champions, BMW gagne la division 2.

En bonus, toujours hors championnat l’auto gagne les 24h de Spa.


A partir de 1976, la BMW 3.0 CSL est installée !

Pour commencer l’année, la BMW 3.0 CSL va signer une victoire de prestige, hors championnat aux 24h de Daytona avec Gregg, Redman et Fitzpatrick. L’auto sera titrée en championnat d’Europe, amenant Xhenceval et Dieudonné au titre. Il faut y ajouter la victoire aux 24h de Spa, la victoire en championnat de France de Tourisme !
l’Art Car engagée aux 24h du Mans, peinte par Franck Stella n’est pas

En 1977, la BMW 3.0 CSL est encore championne d’europe de tourisme, c’est Dieter Quester qui est titré au championnat pilote. En Belgique, l’auto gagne à nouveau le championnat mais pas les 24h de Spa. Mais la voiture a désormais une concurrente en interne : la BMW 320i.
En 1978, nouveau titre en championnat d’Europe de Tourisme, cette fois c’est Umberto Grano qui est le pilote titré. L’auto remporte la classe IMSA aux 24h du Mans et une 8e place au général.

1979 marquera la dernière année de succès de la BMW 3.0 CSL. Elle est titrée en Europe, avec les italiens Finotto et Facetti au volant. Sur les autres courses et championnats, l’auto est peu à peu remplacée par la 320.

La BMW 3.0 CSL de nos jours

La BMW 3.0 CSL est devenue une voiture mythique. Sa déco avec les bases des couleurs de BMW Motorsport est connue et reconnue. Tout comme son profil exubérant de Batmobile.

On la voit sur de très nombreuses courses, et c’est logique, elle a couru partout, dans beaucoup de championnats. Par conséquent elle est éligible à de nombreux événements historiques et les propriétaires ne se privent pas.

La BMW 3.0 CSL est une auto qui vaut cher. En fonction de l’état et du palmarès, elle varie de 100.000 à 300.000 €. Par contre attention, de nombreuses répliques, sur base de 3.0 CSi ont été construites.


Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


Laisser un commentaire