L’histoire d’une Bugatti Brescia sortie de sa grange bourguignonne.

Artcurial proposera le 22 Juin la 8e édition de sa vente Automobiles sur les Champs. L’un des bijoux de la vente sera sans aucun doute cette superbe Bugatti Brescia sortie de grange dont voici l’histoire.

C’est en bourgogne que la voiture a été entreposée pendant plus de 50 ans. Artcurial en a parlé, mais au final peu de personnes sont au courant. Un membre de la famille qui possède la voiture nous aide à y voir plus clair, notamment avec la vidéo en fin d’article.

La dernière d’une collection de quatre Bugatti

Au départ il y avait un homme, Jean Terillon, à qui sa femme a offert une Bugatti. A l’époque, la voiture est une voiture d’occasion plus qu’un véritable objet de collection. De fil en aiguille, la collection s’agrandit jusqu’à atteindre 4 Bugatti. Il en donne deux à ses fils, deux Bugatti Type 13 Brescia. Les deux autres, des 8 cylindres, seront finalement vendues dans les années 1980.

La première Brescia celle que l’on peut voir carrossée de noir a appartenu à René qui l’a vendue dans les années 1980 elle aussi. En fait il ne reste plus qu’une seule voiture, la Bugatti Brescia 2628 construite aux alentours de 1925 et propriété de Bernard Terillon.
La voiture est équipée d’un 4 cylindres en ligne de 1327 cm³ qui développe 30 ch. La voiture reçoit une chose qui reste marginal, même de nos jours, un double allumage : chaque cylindre reçoit deux bougies. La voiture présentée ici est carrossée par la société Maron Pot & Cie de Levallois-Perret.
La voiture a été restaurée… dans les années 1950. A l’époque c’est l’usine de Molsheim qui se charge du chantier et rend une copie parfaite.

Et une Bugatti sortie de grange

Pourtant la voiture ne va pas rouler tant que ça. Elle est stockée en Bourgogne dans la ferme familiale, loin de la résidence principale de son propriétaire. Elle n’est pas oubliée pour autant, les plus jeune de la famille connaissent son existence mais on la consigne de ne pas en parler. Les aléas de la vie font que la voiture va devoir être vendue. Au moment de la (re) découvrir, la voiture est couverte par des matelas et des chiffons.

Contre toute attente, aucune souris n’y a fait son nid et les années ont eu peu de prise sur la voiture. La sellerie n’a pas bougée, le cuir reste aussi souple qu’à sa sortie de restauration, la rouille n’est presque pas présente. La mécanique est elle aussi en superbe état, le moteur ne suinte pas et n’est pas bloqué. Pour la sortir de la remise où elle est stockée, il faudra juste de l’air dans chaque roue et seule une ne se regonflera pas. Il faut bien évidemment la remorquer, elle ne sera pas en état de démarrer avant quelques travaux.

La voiture est maintenant entre les mains de la maison de vente Artcurial qui présentera la voiture à la vente le 22 Juin. Pourquoi les enchères ? Tout simplement parce que la maison Artcurial possède une vraie expertise sur ce genre de voiture, tant pour leur estimation que pour prévenir les éventuels intéressés.
Le prix demandé paraît faible à la vue de tous ces éléments et du fait que c’est l’un des douze exemplaires encore existants. Elle est en effet estimée entre 150.000 et 250.000 €.

On vous laisse découvrir l’intégralité de la vidéo ici :

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

0 commentaire sur “L’histoire d’une Bugatti Brescia sortie de sa grange bourguignonne.”

Laisser un commentaire