Groupe B, Anglaise et V6, la MG Metro 6R4 était à part !

Si on peut considérer que la Ford RS200 est une auto anglaise, la MG Metro 6R4 est la seule voiture 100 % British qui ait été engagée en rallye pendant la période dorée du Groupe B. Une auto à part qu’on vous détaille ici.

Une genèse longue pour une auto particulière

C’est fin 1980, après le retrait des rallyes de la Triumph TR7 que la British Leyland (regroupement d’industriels automobiles Anglais tels que Jaguar, Rover, Land-Rover…) décide en s’inspirant des modèles concurrents de créer la nouvelle arme de la firme. Sur base de l’Austin Metro, le projet consiste en une petite voiture à moteur central arrière à transmission intégrale. L’argument choc de John Davenport, dirigeant du département Motorsport de la firme, pour choisir la Metro pour base est que : « une petite voiture rend une petite piste plus large !  »

La voiture va être difficile à mettre au point puisque ce n’est qu’après 4 ans de développement, que la Metro 6R4 est présentée à la presse. Il faut encore attendre novembre de l’année suivante, une fois les 200 exemplaires de la version routière assemblée, pour qu’elle obtienne l’homologation en Gr B.

Sous la carrosserie composite en fibre de verre/carbone/kevlar, on retrouve un châssis tubulaire, un V6 atmosphérique, une rareté en Groupe B, de 3L en position centrale arrière accouplé à une boite à 5 rapports et une transmission intégrale avec une répartition du couple AV/AR de 35/65. Dans sa version routière, le moteur, dérivé du sempiternel V8 3,5L Buick/Rover amputé de deux cylindres, développe 250ch alors qu’il en produit 410 en version course soit 160ch de plus.
Avec son empattement court et son poids réduit, la Metro 6R4 conserve un comportement vif et une grande facilité de conduite.

Une (très) courte carrière

Premiers tests en 1984 et 1985.

C’est au York National Rally en 1984 que la MG Metro 6R4 fait ses grands débuts en compétition. Dans cette épreuve nationale elle va coller jusqu’à 3 minutes aux autres concurrents ! Par contre l’auto est jeune… et l’abandon est au rendez-vous.

Le développement va continuer en travaillant sur l’aérodynamique, la largeur des voies et l’empattement pour stabiliser la voiture. La première victoire sera obtenue au Skip Brown Cars Gwynedd Rally en Février 1985. La voiture à homologuer est dévoilée dans sa version définitive en Mai 1985. L’auto est vendue à des privés “prête pour le rallye”. Pour preuve, Ken Wood reçut sa voiture le Jeudi, dut apporter quelques petites modifications provenant d’un Kit, puis s’engage au rallye Sprint Tyres Trossachs qu’il remporte… 6 jours avant l’homologation. Une sorte de test ultime !
Cette homologation officielle tombe le 1er Novembre, après que les 200 auto réglementaires aient été produites nommées MG Metro 6R4 Clubman !

Le premier rallye du Championnat du Monde de la MG Metro 6R4 sera le RAC 1985. Tony Pond et Malcolm Wilson sont au départ de leur rallye national. Si Wilson est vite contraint à l’abandon, Pond va prendre une belle 3e place derrière deux Lancia Delta S4. Malheureusement ce premier résultat sera aussi le meilleur de l’histoire de l’auto.

Premier championnat du monde complet en 1986

Cependant, aucune voiture ne terminera durant les cinq premières épreuves. Après une absence sur trois rallyes, ce n’est qu’au rallye de Finlande que les trois voitures engagées finiront la course aux 7e, 8e et 10e places. Après une quatrième place au rallye de San Remo dont les résultats seront annulés, les six voitures engagées par Rover au rallye de Grande-Bretagne finiront aux 6e, 7e, 8e et 10e places.

Les autos ne peuvent vraiment viser mieux, les problèmes sont nombreux et la concurrence est sévère. Si l’auto est performante, les concurrentes le sont encore plus et les pilotes doivent choisir entre voir l’arrivée et bien figurer. Austin-Rover va finir le championnat à une anonyme 9e place avec 12 points…

Et ce sera tout en Championnat du Monde. L’auto sera interdite, comme toutes les Groupe B, dès le début 1987.

La MG Metro 6R4 n’a pas non plus un palmarès vierge

Les résultats en championnat du monde sont peut-être faibles, mais en 1986, la MG Metro 6R4 va s’offrir le luxe d’obtenir 5 titres nationaux ! En France, c’est Didier Auriol qui est sacré champion au volant d’une des voitures. Il sera d’ailleurs pilote officiel de l’écurie au Tour de Corse.

Photos : Wikimedia Commons, News d’Anciennes à l’Eifel Rallye Festival, News d’Anciennes au Luxembourg, Bonhams

Vous aimez ? Partagez !

thomartini
Rédacteur-Essayer à News d'Anciennes
Thomas est le premier à rejoindre Benjamin dans l'aventure News d'Anciennes, dès 2013.
Amateur d'autos sportives, il sait aussi jouer le copilote en Simca ou bricoler un proto qui ressemble à une 4L.

Laisser un commentaire