On a testé pour vous, la Jaguar Type E

Nouvelle rubrique sur News d’Anciennes, on a testé pour vous. Elle regroupera tous nos essais de voitures mais aussi de produits liés à la voiture ancienne. Aujourd’hui on vous emmène en Jaguar Type E, la mythique anglaise.

Nous avons déjà eu la chance de faire un reportage vidéo de cette magnifique auto (cliquez ici). Mais comme un plaisir ne vient jamais seul, quelques temps après le tournage, le propriétaire nous a gentiment laissé prendre le volant de sa Jaguar Type E 2+2 de 1968.

Rapide histoire de la Jaguar Type E

La Jaguar Type E naît en 1961. Conçue comme une voiture de compétition, elle intègre le moteur XK de ses devancières et certaines inovations Jagaur de l’époque tels les freins à disques.
Sa ligne est inimitable, superbe et Enzo Ferrari lui prêtera le titre de plus belle voiture du monde.

Elle va être disponible en version cabriolet et coupé, puis en 2+2 (comme celle essayée). Les moteurs seront des XK 3.8 et 4.2 litres sur les séries 1 et 2 puis la voiture recevra un V12 sur les séries 3. La puissance va donc de 265 à près de 300 ch.

Facile à conduire

Après un rapide briefing sur comment se conduit cette voiture, il est temps pour nous d’en prendre le volant. La première surprise est la facilité de prise en main !

Malgré le volant à droite, les premiers tours de roues s’effectuent sans encombre. La direction est légère (bien qu’un peu floue au point milieu) et le moteur, très souple, met très vite en confiance. La boite, bien que synchronisée, demande un petit temps d’adaptation.

Après s’être familiarisé avec la belle (environ 10 minutes !) il est temps de hausser un peu le rythme. Le moteur 6 cylindres en ligne de 4,2L est une pure merveille ! La sonorité de ce bloc est simplement magique, le couple impressionne et la puissance surprend. On se laisse très vite prendre au jeu tant la voiture est facile à conduire et enchaîne les virages.

Mais on est assez vite rappelé à l’ordre pas le freinage… C’est en effet un des seuls défauts de cet engin, la puissance est là, accompagné d’un châssis stable, mais les freins (à disques pleins) manque de mordant et d’efficacité.

Après 4O minutes de balade, on imagine bien la conduire tous les jours, pour aller travailler ou encore faire ses courses, tellement c’est agréable ! Seul inconvénient, la consommation de la belle : environ 15L/100km en conduite souple et plus de 25L/100km dès que l’on monte dans les tours !

En résumé, c’est une voiture confortable, facile à conduire et une sonorité hors du commun !

Conduire une Jaguar Type E

La Type E est plutôt répandue. Si les 2+2 sont les moins recherchées certaines voitures sont très chères, notamment les premières versions avec le plancher plat.
On comptera donc entre 38.000 pour une Jaguar Type E coupé 2+2 et 125.000 € pour un cabriolet 3.8 litres.

On la trouve beaucoup sur les courses historiques, préparée jusque 400 ch, et avec des freins améliorés. Jean Pierre Lajournade la fait souvent briller sur le Tour Auto par exemple.

Encore un grand merci à Jérôme de nous avoir offert cet excellent moment !

Note globale :

5 etoiles

Avantages

Inconvénients

– Voiture absolument mythique Freinage peu puissant –
– Moteur souple et puissant Consommation élevée –
– Sportivité et confor
– Une ligne à se damner !
Rareté 3 etoiles
Prix 38.000 à 125.000 €
thomartini
Rédacteur-Essayer à News d'Anciennes

Thomas est le premier à rejoindre Benjamin dans l’aventure News d’Anciennes, dès 2013.

Amateur d’autos sportives, il sait aussi jouer le copilote en Simca ou bricoler un proto qui ressemble à une 4L.


7 commentaires sur “On a testé pour vous, la Jaguar Type E”

Laisser un commentaire