Commémorations du débarquement en Normandie, les collectionneurs de mémoire

Le 6 juin 1944, aux premières lueurs du jour, une armada de près de 7 000 navires, transportant 150.000 soldats et plus de 20.000 véhicules en tous genres, se portent à l’assaut des plages normandes. C’est le plus débarquement qu’est connu l’histoire humaine. S’en suivront d’âpres combats afin de créer une tête de pont pour libérer la France du joug nazi. Depuis les années 80, chaque année, ce sont des milliers de collectionneurs de véhicules, venant des 4 coins de l’Europe, qui converge vers la Normandie afin d’y perpétrer et d’honorer la mémoire des milliers de combattants venues perdre la vie pour notre liberté. J’ai visité quelques sites emblématiques retraçant cette bataille.

Je commence par le premier village Français libéré dans la nuit du 6 juin. On se souvient tous du fameux film, “Le Jour le Plus Long” avec cette scène se déroulant au cœur du village de Sainte Mère Eglise, ou l’on voit des parachutistes Américains qui atterrissent en plein milieu des troupes allemandes. Dans ce village se trouve le camp nommé “Géronimo” ou au milieu des tentes se trouvent des reconstitutions d’un hôpital de campagne, d’une cantine ou des présentations de matériels.

Au niveau des matériels roulants, on pouvait voir des dizaines de Jeep, dont un rare châssis long de 6 places. Des camions GMC en cabines tollées ou torpédo. Pour les gros porteurs on trouvait les imposants Diamond T968, un Autocar U7144 et sa remorque 5T bâchée et un Federal en version shelter. Tous ces camions se révélèrent incontournable pour transbahuter l’énorme fret dont avait besoin la machine de guerre des alliés. Les engins armés étaient représentés par une Ford M8, un redoutable 6 roues motrices et son canon de 37mm, ainsi qu’un char Priest canon automoteur de 105mm ! Au milieu de tout ce matériel US, trônait un camion Citroën type 23 ! Un très rare ensemble, en tracteur GMC et remorque porte barque, un ensemble remarquable et dans un état de restauration sublime. Une partie de ces véhicules iront en expo statique sur la place de Sainte Mère église.

A une quinzaine de kilomètres de Sainte Mère, se trouve la ville de Carentan, qui fut le théâtre de très violents affrontements en les 10 et 15 juin 1944. Je visite donc mon second campement, celui-ci est appelé “Camp Arizona”, là aussi, je fus accueilli par une pléthore de Jeep. Normal avec une production de guerre de 650.000 unités, sans compter les fabrications d’après-guerre. Mais aussi d’autres véhicules de servitudes à roues, comme des Dodge de tous types, comme les ambulances, en transports de troupes ou en command car.

Une très belle surprise m’y attendait, un groupe de trois Chevrolet pick-up 1941, une version civile, deux autres en bâchés en gris de l’US Navy et un vert de l’Army, une belle réunion plutôt rare et bien complétée par une superbe Plymouth 1940 4DR Sedan, voiture de général. Une autre Plymouth, une 1941 P11 celle-ci, était également présente. Comme le camp précédant, plusieurs reconstitutions nous étaient présentées, comme des postes de combat, des jeep portants des aviateurs, ou même quelques civils français habillés comme à l’époque. Ceux-ci étaient venus avec quelques voitures, une Renault Monaquatre, une Simca 5 et une Peugeot 202 aux marquages FFI.



Le dernier lieu que j’ai visité, n’est pas un camp cette fois, mais une expo statique dans Vierville-sur-Mer. Cette expo réunissait plus d’une centaine de véhicule, depuiss la rue principale jusque sur le port. Outre tous les véhicules que nous avons déjà rencontré, on pouvait voir une pièce très rare avec un GMC, aux couleurs de la 2ème DB, équipé d’un canon Boford de 40mm. Ce type de véhicule fut principalement utilisé par les troupes françaises. Une pièce magnifique.

Un autre GMC pas commun, avec un compresseur Leroy. Comme toujours les incontournables Jeep étaient présentes en masses. Plusieurs motos Harley Davidson WLA aussi. Mais le gros morceau se trouve sur le port avec pas moins de 6 chars, dont 5 Sherman et un plus petit Stuart M5. On se serait cru au Musée de Saumur ! Toujours dans le matériel lourd, un half-track White tout hérissé de mitrailleuses ainsi qu’un dépanneur lourd de marque Diamond. On retrouvait également le GMC porte barques déjà croisé à Sainte Mère. Cette colonne effectuera un défilé en fin d’après midi.

Je n’avais jamais fait les commémorations du débarquement et étant un amateur d’histoire militaire et surtout de matériel, j’avoue que j’ai pris une énorme claque, tant sur le nombre que sur la qualité des matériels et des reconstitutions que j’ai pu voir. Je n’ai, bien sûr, pas pu tout faire, les commémorations s’étalant sur les trois jours du week-end et surtout sur l’ensemble de la Normandie.

Les camps visités étaient tous libre d’accès, seules les musées restent payant. Si l’année prochaine, le 74ème anniversaire, vous intéresse, je vous conseille de vous documenter et de faire un plan, pour ne rien rater des nombreuses manifestations proposées. Ceci afin de jamais oublier l’ultime sacrifie de tous ces jeunes hommes, de plus de 15 nationalités, venus mourir sur notre sol.

La galerie complète est ici.

Vous aimez ? Partagez !

bertrand
photographe/reporter
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

1 commentaire sur “Commémorations du débarquement en Normandie, les collectionneurs de mémoire”

Laisser un commentaire