Inédit, Osenat prépare une vente aux enchères en Alsace

Il est rare de voir les grandes maisons de ventes aux enchères françaises se déplacer en Alsace. Pour le coup, la maison Osenat a constitué un très beau catalogue. On vous propose de le détailler, et il y en a pour tous les goûts, automobilia, motos et automobiles.

La vente se tiendra un…  Lundi. Mais comme c’est le premier Mai, et que le catalogue fait saliver, on se doute que les locaux d’Art of Racer à Obenheim seront bien remplis.

Pour l’automobilia, Osenat vide un garage

Les lots d’automobilia sont nombreux, mais on évite ici les sempiternelles mascottes et insignes de calandre. Pour sa vente alsacienne la maison francilienne doit disperser le contenu du beau garage Saint-Etienne, situé dans le centre historique de Strasbourg mais dont les locaux seront prochainement vendus.
Du coup le catalogue d’automobilia se compose de servantes, d’outils et d’appareils en tous genres, mais aussi des revues techniques, des portes clés et des miniatures !

PHOTOS SUPPRIMEES A LA DEMANDE DU PHOTOGRAPHE

Les motos, nombreuses et variées

Osenat propose un joli choix de motos, comme lors de sa dernière vente à Fontainebleau, exposition et résultats ici.

Beaucoup de Harley Davidson, et quelques chopper sont présents au catalogue. Parmi les modèles à ne pas rater, on notera une Harley Davidson 43 WLSC avec side car donc qui a servi dans l’armée sud africaine et qui est estimée entre 21 et 26.000 €.
Plus sportive, une MV Agusta 4C6 de 1968, une des 20 premières de la série de 127 motos, estimée entre 50.000 et 70.000 €.
La plus chère du catalogue est une Munch Mammutt TTS4 de 1972. Cette auto produite avec son moteur de NSU TT a été produite à 450 exemplaires et elle est estimée entre 65.000 et 80.000 €.

Le reste du catalogue est varié, et on trouve un très grand nombre de deux roues. A noter, des choppers et motocyclettes notamment.

Les autos fabuleuses de la vente Osenat à Obenheim

Le catalogue recèle de très nombreuses autos. Et parmi celles-ci on notera plusieurs pépites à ne pas rater !

On commence avec une belle sortie de grange. Si l’auto est une ID 19 Cabriolet de 1962, sa face avant et sa mécanique sont directement issues d’une DS 21. Une auto saine mais qui nécessite une restauration complète, estimée entre 60.000 et 80.000 €.
Autre cabriolet Citroën, une Traction 11 BL Cabriolet de 1939, une rareté en parfait état estimée entre 90.000 et 120.000 €.

On notera tout de même qu’auprès de l’ID 19 Cabriolet le garage avait aussi deux autres autos. La première est une 2CV Camionette AZU, transformée en pick-up et reçue à titre isolé en 1968 ! Une auto estimée entre 3 et 4000 €.
L’autre est l’ancienne dépanneuse du garage, une Renault Monaquatre avec le marquage du garage bien visible sur la portière. Cette auto est estimée entre 4 et 6000 €.

PHOTOS SUPPRIMEES A LA DEMANDE DU PHOTOGRAPHE

On enchaîne avec une Bugatti Type 40 de 1928. Si son historique compte de nombreux propriétaires, il est très limpide et cela explique aussi le prix de l’auto. Elle est en effet estimée entre 200.000 et 300.000 €. Pourtant le plus gros prix de cette vente n’est pas cette auto.
Ce titre honorifique est en effet ravi par une Lorraine Dietrich Type B 3/6 Sport HM Le Mans de 1929. Achetée en Suisse puis envoyée chez Gangloff pour y recevoir une carrosserie et un intérieur très luxueux. C’est la seule et unique Lorraine Dietrich Sport cabriolet restante. En parfait état et bichonnée par ses anciens propriétaires, elle est estimée entre 500.000 et 700.000 €.

La voiture électrique a la cote, et bien Osenat proposera en Alsace une Henney Killowatt de 1959. Cette auto est une des rares conversions de Renault Dauphine en voiture électrique qui eut lieu aux USA. L’auto est excessivement rare, pourtant son prix n’est estimé qu’entre 30.000 et 40.000 €.
Beaucoup plus ancienne, et mue par la vapeur, une Milwaukee Steamcar de… 1900 ! Une auto en parfait état, récemment révisée et avec deux London to Brighton au compteur. Elle est estimée entre 70.000 et 90.000 €.

 

On termine avec des autos d’un genre plus sportif et plus bestial on trouvera au catalogue une De Tomaso Pantera de 1972, matching number et entièrement restaurée il y a 20 ans. Toujours dans un très bel état, son estimation est fixée entre 85.000 et 100.000 €.
Une seconde Pantera, bleu foncé de 1971 est une Push Button, qui désigne le mécanisme d’ouverture de la portière. Cette auto superbe est estimée entre 120.000 et 150.000 €.
Une dernière, au look plus particulier, elle aussi de 1972 est proposée avec une estimation entre 70.000 et 90.000 €.

Le catalogue complet est à découvrir en cliquant ici.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire