Sport Auto Classiques, tout bon pour les anciennes sportives

Au même titre que le Grand Prix de Jerez 1997, les Michel Vaillant, et le 4L Trophy 2009, Sport Auto, magazine auquel je suis abonné depuis 2000 a contribué à mon amour des autos. Maintenant que je suis plus tourné vers les anciennes, Sport Auto s’y met aussi avec Sport Auto Classiques, que j’ai lu… enfin plutôt dévoré.

Le magazine Sport Auto Classiques

On ne réinvente pas une équipe pour ce magazine. Le premier essai, sorti pour l’été, je l’avais raté. Mais quand j’avais croisé Jean-Eric Raoul aux 48h Automobiles de Troyes, il m’avait confié qu’il n’était pas exclu que Sport Auto Classiques devienne un magazine plus régulier. Dont acte.

Sport Auto Classiques est donc un trimestriel, toujours édité par Mondadori. Aux commandes on retrouve l’équipe de SA « normal » avec les essayeurs les plus « classiques » eux aussi et quelques petits renforts. Le format est beau, le papier aussi, le prix de 6.9 est correct, on est dans le milieu de gamme des magazines d’autos anciennes.

A l’intérieur de Sport Auto Classiques

On est bien en présence d’un Sport Auto. Les news sont rapidement expédiées, en même temps on ne cherche pas l’actu du véhicule anciens dans un trimestriel (nous sommes là pour ça voyons).
Ensuite, on se trouve vraiment en présence d’un Sport Auto, mais avec des anciennes. Les pubs des constructeurs sont remplacés par celles des grands négociants de voitures anciennes.

Les sujets traités sont vraiment à propos. Vous ne trouverez pas dans Sport Auto Classiques l’essai d’une Peugeot 403Non, dans Sport Auto Classiques vous retrouverez les essais des autos… que SA a déjà essayé depuis sa création. Vu qu’elle remonte à 1962, cela laisse un sacré réservoir d’anciennes sportives à passer. A chaque essai, on retrouve un extrait de l’essai original de la voiture dans Sport Auto.

Dans ce numéro 2 on retrouvera par exemple trois Alpines, A110, A310 et GTA. Petite satisfaction personnelle quand j’apprends que Yvez Bey-Rozet aura essayé une A110 après moi ! Par contre, je n’ai pas eu la chance d’avoir entre les mains les superbes Lamborghini Miura, Ferrari 250 GT, Alfa Romeo Montreal, Dodge Viper, peut-être que ça viendra !
Au milieu, on trouve très logiquement un guide d’achat. Cette fois-ci ce sera la Porsche 356.

Ensuite Sport Auto parle de sport, c’est logique. On retrouvera dans ce n°2 un interview de Jabouille, un article sur la première Honda de Grand Prix, et l’histoire d’un Grand Prix. Enfin on termine le magazine avec la reproduction du n°2 de Sport Auto, celui de Février 1962.
Au niveau du contenu et du style, c’est tout bon !

Au niveau de la maquette, c’est pas mal du tout. Sport Auto Classiques sait éviter le classicisme que l’on retrouverait dans Sport Auto. Les photos sont belles, la maquette est recherchée. Le texte est parfois un peu morcelé mais ce n’est pas si dérangeant. Mention particulière au superbe article comparant l’Alfa Romeo Montreal et la BMW 3.0 CS.On va quand même noter deux petites choses. Premièrement les photos du match Ferrari 250 GT contre Aston Martin DB4 sont ternes. Elles sont belles mais un peu de retravail aurait pu les rendre superbes et plus coller avec le côté extraordinaire de ces autos. Ensuite, les copains de chez Leclère seront étonnés de voir que leur vente a eu lieu chez Drouault !

Conclusion

Après avoir été déçu par certains magazines qui voulaient traiter de la même chose, j’ai adoré Sport Auto Classiques. Ok je suis déjà un grand fan et abonné de longue date de Sport Auto et j’aime particulièrement les sportives, comme beaucoup de monde en fait. Mais je peux dire que j’ai trouvé un magazine spé que j’ai particulièrement aimé !

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire