La GT4, quand Alpine Tente la Diversification

Trois Alpine A110 étaient engagées aux 48h Automobiles de Troyes. Les deux premières étaient des Berlinettes. Peut presque dire des Berlinettes « classiques ». Mais la troisième était plus originale, plus rare, c’était une GT4. Je vous propose de nous pencher sur l’histoire de cette auto particulière.

L’Alpine A110 GT4, la troisième de la gamme A110

Salon de Paris 1962, Alpine dévoile l’A110

La gamme Alpine de 1961 repose sur l’A108. La voiture a posé les bases de la grande aventure Alpine telle qu’on la connaît. Châssis poutre, carrosserie rondouillarde en polyester, ce sont bien les éléments qui vont faire l’Alpine la berlinette tant reconnue. Le bémol vient de la partie mécanique. Le moteur et les trains sont empruntés à la Renault Dauphine.

La sortie de la Renault 8 offre de nouvelles possibilité à Jean Rédélé. En effet son moteur type Sierra, le célèbre Cléon Fonte sur 5 paliers est beaucoup plus moderne que le Billancourt. Les trains sont plus récents et surtout, on trouve l’arrivée des freins à disque.

Alpine dévoile donc sa nouvelle gamme au salon de Paris 1962. On y trouve l’Alpine A110 Berlinette Tour de France, la Berlinette classique telle qu’on la connaît si bien et que j’ai essayée, c’est dans cet article.
Pour rouler cheveux au vent, un cabriolet est aussi au programme.
Enfin, pour avoir quatre vraies place, pas les ridicules sièges de la Berlinette, il faut se tourner vers la GT4.

La GT4, une Alpine construite en grande partie… en Seine et Marne !

L’A110 GT4 partage un point commun avec l’A108, c’est donc ce 2+2. L’A108 avait été proposée par Chappe et Gessalin, les pères des CG. Ces carrossiers maîtrisent eux aussi l’art du polyester. En fait en 1962 il y a peu d’officine pour pouvoir en dire de même en France.

L’Alpine GT4 voit sa carrosserie moulée à Brie Comte Robert chez CG. Ensuite, particularité de la GT4, la coque est boulonnée au châssis poutre. Ensuite l’intérieur et la peinture sont réalisés chez CG. Les autos y gagne un sigle CG sur l’aile avant droite. Les voitures prennent alors la direction de Dieppe pour la suite.
On leur greffe donc le train arrière et le moteur 956 cm³ de la Renault 8, et le train avant de la même auto.

L’Alpine A110 GT4 est donc une auto développant 51ch pour 615 kg. Elle embarque quatre freins à disque, file à 155 km/h, mais surtout, elle emmène quatre personnes !

L’évolution de l’Alpine A110 GT4

L’auto est au catalogue 1963 mais sa fabrication ne commence réellement qu’en avril. Cette première version ne va rester au catalogue que très peu de temps.

Très rapidement apparaît la version V70. Le moteur est toujours le cléon, mais dans sa forme la plus commune avec 1108 cm³. La puissance passe alors à 66ch.

En 1965, l’alliance de Renault, Rédélé et Gordini fait que l’A110 bénéficie de l’arrivé du moteur de la R8 Gordini. Le 1108 cm³ est toujours là, mais sa culasse très spécifique et ses deux carbus lui permet de sortit 95ch ! C’est la version V100 et la GT4 y a droit elle aussi.

Pour 1966 c’est toujours le moteur de la R8 Gordini qui fait la nouveauté. Simplement sur cette GT4 1300S on installe le nouveau moteur 1296 cm³. La puissance atteint maintenant les 115ch !

En 1967, l’Alpine GT4 recevra le moteur 1255 cm³ sur la version 1300. La puissance retombe alors à 105 ch.

La 1300 sera la dernière évolution de la GT4. Aux côtés de la V70, elle restera au catalogue jusqu’en 1969. 263 autos, seulement, seront construite. Ce qui fait du modèle aperçu aux 48h, une vraie rareté !

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire