La vente Gooding and Co à Pebble Beach propose elle aussi un superbe catalogue

Après les catalogues de Bonhams, Rick Cole et RM Auctions Sotheby’s, place maintenant au dernier catalogue, celui de Gooding and Co à Pebble Beach. Comme pour les autres, des lots d’exception vont être proposés.

Techniquement, la vente Gooding and Co à Pebble Beach est la seule de la semaine à se tenir à Pebble Beach, où se déroule aussi le concours. L’exposition et la vente se dérouleront au centre équestre de la ville. La vente en elle-même se tenant les 20 et 21 Août.

Les millionnaires sont nombreuses à la vente Gooding and Co à Pebble Beach

On est ici dans la même démesure que la vente RM Auctions Sotheby’s. Celle-ci propose 42 voitures avec des estimations dépassant le million de dollars. La vente Gooding and Co à Pebble Beach en proposera pas moins de 38 ! Et on a des autos exceptionnelles avec des estimations bien au dessus de ce million.

Une classe à part : Les Ferrari 250

La maison américaine est une habituée de la vente de Ferrari 250 GT California. Mais pour changer un peu, elle a trouvé une voiture tout à fait particulière. C’est une Ferrarit 250 GT LWB California Spider Competizione de 1959. Le mot de la fin fait tout. C’est en effet une voiture dont la carrosserie est en aluminium. Il n’y en a eu que 9 et celle-ci a notamment pris la 5e place aux 12h de Sebring 1960. La voiture est complète, et parfaite. Son estimation est donc élevée : entre 18 et 20 millions de dollars !

Ensuite une autre 250, une Ferrari 250 GT SWB Berlinetta Competizione de 1960. Superbe modèle ayant couru, en se classant 7e des 24h du Mans 1960 au sein du NART. Tout est encore d’origine sur la voiture, du moteur au châssis en passant par la carrosserie alu. Elle est estimée entre 15 et 18 millions de dollars.

Suit une autre 250 GT SWB Berlinetta de 1962, on ne va pas dire Stradale, mais c’est une version de route. Parfaitement restaurée et primée en 2012 à la Villa d’Este, son estimation est située entre 10 et 12 millions.

Trois autres Ferrari 250 seront proposées. La plus ancienne, est une « Alloy Coupé » de 1956, une des 14 produite et estimée entre 1.5 et 2 millions de dollars.
Plus récente, une 250 GT Coupé de 1960, carrossée par Pininfarina comme 150 autres. Elle est estimée entre 800.000 et 1 million de dollars.
Enfin, une GT Serie II Cabriolet de 1962, également carrossée par Pininfarina. Son estimation est comprise entre 1.5 et 2 millions.

Les autres Ferrari

Les Ferrari 250 sont des valeurs sûres, mais ce ne sont pas les seules production du cheval cabré à pouvoir dépasser le million. Cinq autre Ferrari peuvent le faire à la vente Gooding and Co à Pebble Beach.

La première a une grosse estimation. C’est une Ferrari 166 MM Berlinetta, de 1950 qui a premièrement été carrossée par Touring. La voiture fut la propriété de Nuccio Bertone qui l’engagea notamment aux Mille Miglia 1950 et 1951. En 1953, elle reçut cette carrosserie, signée Zagato. Son estimation se situe entre 6 et 8 millions de dollars.

On trouve ensuite une Ferrari 275 GTB/4 de 1967. Avec sa jolie couleur Nocciola, elle est estimée entre 3.2 et 3.6 millions.
Un beau spider 330 GTS de 1968 suit. La voiture n’a « que » 27.000 miles au compteur et est estimée entre 2.7 et 3 millions de dollars.
On trouve dans ces millionnaires une Daytona. Les Ferrari 365 de ce prix là ne sont plus légion, celle-ci est estimée entre 800.000 et 1 million.
Enfin une auto plus jeune, une Ferrari 288 GTO de 1985. Etre la première édition limité de Ferrari, ça chiffre, ici entre 2.25 et 2.75 millions.

La dernière est peut-être la plus étonnante. C’est une Ferrari 365 GTB/4 Daytona, mais recarrossée en Shooting Brake par Panther Westwinds. Son prix est celui de l’exclusivité, entre 800.000 et 1 million d’euros.

Des Porsche de qualité

On s’attaque maintenant aux Porsche. Moins nombreuses que les Ferrari dans les médaillées potentielles, il faudra les surveiller.

Pour commencer, la première supercar de la marque, la Porsche 959, ici en version Komfort. Bel exemplaire qui continue à surfer sur sa renommée. Son estimation est comprise entre 1.3 et 1.5 millions de dollars.
Ensuite deux gloires du Mans. On commence avec une superbe Porsche 550A Spyder de 1958, l’un des 50 modèles construits. Par contre, celle-ci a la particularité d’avoir terminé aux 24h du Mans 1958. Elle est estimée entre 5 et 6 millions.

La seconde a un palmarès encore plus fourni. En effet la Porsche 935, ex Dick Barbour Racing qui suit a été victorieuse. Pas du Mans où elle finira 2e en 1979, mais des 24h de Daytona et des 12h de Sebring la même année. Au volant, il y avait un certain Paul Newman ! Elle est estimée entre 4.5 et 5.5 millions de dollars.

Enfin, pour terminer avec les Porsche, deux 911. La première est une voiture de rallye ! C’est une 911 SC/RS de 1984, l’une des 6 construites pour l’écurie officielle avec la livrée Rothmans. Elle est estimée entre 1.4 et 1.8 millions de dollars.
L’autre est une 964 Turbo 3.6 S Flachbau. Avec son avant faisant croire à une Porsche 935 de route (ça a existé, on en parle ici) elle est estimée entre 1.4 et 1.8 millions elle aussi.

Les Mercedes en valeur sûres de la vente Gooding and Co à Pebble Beach

On commence avec deux Mercedes-Benz 300 SL. La coupé est superbe et dans un bel état. Elle est estimée entre 1.4 et 1.6 millions. Le roadster est parfaitement restauré mais étonnamment moins cher que le coupé avec une estimation comprise entre 1.1 et 1.3 million.

Enfin, une avant guerre avec une 540 K Cabriolet C de 1937 carrossée par Sindelfingen. Elle est estimée entre 1.2 et 1.4 millions de dollars.

Une belle délégation d’italiennes

Les italiennes ne seront pas que des Ferrari pour Gooding and Co à Pebble Beach.

On aura ainsi deux belles Maserati. On commence avec une Maserati 5000 GT Coupé Indianapolis de 1961. 34 voitures ont été produites, celle-ci aura été carrossée par Allemano. Elle est estimée entre 1.5 et 2 millions de dollars.
L’autre est plus ancienne, une A6/1500, la Maserati A6 originelle, ici carrossée par Pininfarina. Elle est estimée entre 800.000 et 1.1 million.

Suivent deux Lamborghini. La plus ancienne est une Miura, pas n’importe quelle Miura puisque c’est une P400 SV. Elle est estimée entre 2.2 et 2.6 millions.
Ensuite une Lamborghini Countach LP400 Periscopo de 76. Si vous avez lu notre article dédié au modèle, vous savez que c’est la première génération de Countach, ce qui justifie son estimation entre 1.2 et 1.5 millions.

Ensuite deux Lancia. La première est une sublime Aurelia B24S Spider America de 1955 estimée entre 1.65 et 1.95 million de dollars. La seconde est une Lancia Flaminia Sport, à carrosserie Zagato donc, estimée entre 750.000 et 1 million de dollars.

Les deux dernières sont les seules représentantes de leur marque dans ces millionnaires.
On commence avec une Alfa Romeo 8C 2300 Monza, une des dernières produites. C’est un modèle d’exception, champion d’Italie en 1947. La voiture est en parfait état et éligible à la plupart des grands événements. Son estimation est donc spectaculaire, entre 12 et 15 millions de dollars !

La seconde est également exceptionnelle. Cette Cisitalia 202 CM était la voiture de Piero Taruffi himself aux Mille Miglia 1948. C’est la deuxième et dernière construite et son estimation est située entre 2 et 3 millions de dollars.

Le reste des millionnaires, Américaines, Anglaises et Françaises

La petite française du lot est une Bugatti T55 Roadster à carrosserie d’usine. Elle a servi de monture à Achille Varzi aux Mille Miglia 1932. Dans un superbe état comptez entre 10 et 14 millions de dollars !

Ensuite on continue avec les anglaises. La première est cette superbe Aston Martin DB2/4 Spider de 1954. Si la ligne fait plus penser à l’Aston Martin DB1 dont on avait parlé ici, c’est qu’elle a été carrossée par Bertone. Elle a été notamment primée à Pebble Beach en 2007 et son estimation est comprise entre 3 et 4 millions.

Les autres anglaises sont des Rolls Royce. On commence avec la Phantom II Continental Three-Position Drophead Coupe de 1933 estimée entre 800.000 et 1.1 milion de dollars.
La suivante est une Silver Wraith Convertible de 1947 carrossée par Inskip et estimée entre 1.25 et 2 millions.
La troisième est une Phantom VI Four-Door Cabriolet de 1971 estimée entre 800.000 et 1.2 millions.

Dans les américaines, de la vente Gooding and Co à Pebble Beach on trouve une Packard 734 Speedster Runabout de 1930. Une voiture plutôt puisque seules 18 sont encore connues. La voiture est donc recherchée et estimée entre 1.2 et 1.5 million de dollars.

Ensuite on trouve deux Marmon. La première est de 1914, c’est un petit speedster type 41, l’une des 6 construites et estimée entre 1 et 1.4 million.
La seconde est une Sixteen Convertible Coupe de 1931 avec son V16, elle est estimée entre 1.2 et 1.5 millions de dollars.

Les deux dernières millionnaires sont une Cadillac Serie 62 Cabriolet de 1948. Carrossée par Saoutchik, cette auto flamboyante est estimée entre 1 et 1.5 million de dollars.
Enfin, une seule Cobra dans cette vente. C’est des 260 voitures produites avec le moteur 427 Ci. Elle est estimée entre 1.2 et 1.6 million de dollars.

Le catalogue ne comporte pas que des millionnaires, et vous le retrouvez en intégralité en cliquant ici.

Vous aimez ? Partagez !

Une réflexion au sujet de « La vente Gooding and Co à Pebble Beach propose elle aussi un superbe catalogue »

  1. Ping : Cent mille dollars au soleil de Gooding & Company - Morrissette Racing

Laisser un commentaire