Jolis plateaux et beau succès pour le Grand Prix de l’Age d’Or 2016

Ce week-end, entre Spa Classic et Le Mans Classic, les autos de course de tous âges avaient rendez-vous sur la piste de Dijon-Prenois pour le Grand Prix de l’Age d’Or 2016. Encore un magnifique succès, mais ce n’est en aucun cas un hasard.

Toute la semaine, organisateurs, pilotes et spectateurs ont regardé les cieux, vraiment pas cléments, et tout le monde avait un peu peur. Un week-end de course de voitures anciennes sous la pluie, on a vu mieux…

Mais ce Grand Prix de l’Age d’Or 2016 est presque passé entre les gouttes. Le ciel n’a pas été très clément, mais à partir de Vendredi après-midi la pluie avait laissé place aux nuages et une piste sèche.

Le vendredi n’a pas rempli les tribunes, peu de monde, mais des passionnés à coup sûr. L’espace club était lui aussi réduit. Par contre, le lendemain, c’est totalement différent. Les collectionneurs ont bien rendez-vous au Grand Prix de l’Age d’Or 2016, les tribunes se remplissent en milieu de matinée, pour voir les Groupe C, tout comme l’espace club. Malgré tout, on atteint pas la foule de l’an dernier, ni le nombre de voitures, en 2015 on avait eu une superbe semaine et 40° tout le week-end, c’est la grosse différence. Au total ce sont 14.000 spectateurs qui ont fait le déplacement sur le week-end !

En plus, les collectionneurs qui s’inscrivaient pouvaient participer à différents roulages clubs où la vitesse était plus faible que le reste de la journée, mais on a pas tous les jours la chance de rouler sur la piste de Dijon Prenois. Et en descendant de voiture, autre particularité de ce Grand Prix de l’Age d’Or 2016, les spectateurs avaient accès à tout l’intérieur du circuit, la passerelle menant au milieu de la parabolique et la porte menant à la partie sud étaient ouverts, pour la première fois depuis bien longtemps.

Une fois les moteurs arrêtés, le spectacle n’était pas tout à fait terminé. Pour ceux, comme moi, passionnés de mécaniques et toujours désireux de voir les entrailles des autos qu’on a vu en piste toute la journée, direction les paddocks. Ici, ils sont en effet totalement libre d’accès. On peut donc voir les mécanos s’afférer jusque tard, sur des autos qui ont eu « quelques problèmes » comme cette Lola qui a vu son triangle casser, ou simplement faire les derniers réglages, les boîtes de vitesses devant avoir le bon rapport pour franchir la parabolique.

Car c’est bien sur la piste que réside le spectacle principal du Grand Prix de l’Age d’Or 2016. On commence par le plateau le plus attendu, les Groupe C. Si certaines voitures n’ont pas pris la piste à chaque séance (personnellement je n’ai pas pu voir la Lancia LC2 en piste), d’autres ont bien joué le jeu. La vitesse est là, l’attaque aussi. Certes les écarts font qu’on voit peu de dépassement, en tout cas, le son est bluffant, la Peugeot 905 et son moteur digne d’une F1 d’alors (même cylindrée pour le V10) est la plus démonstrative… et la plus attendue. Concernant les résultats, ils arrivent dans un prochain article.

Les petites formule Junior étaient moins attendues. Leur aura est moindre, ces autos n’ont pas gagné de grandes courses, même si elles ont emmené certains grands, très grands pilotes vers leurs premiers succès. Par contre les courses sont plutôt disputées, les autos ayant un grip tout relatif et leur petite taille encourageant les dépassements.

Ensuite, deux plateaux de tourisme. Le premier, « les petites » le plateau U2TC pour les autos en dessous des 2L de cylindrée. Toujours des Mini, des Alfa Romeo Giulia et Giulia GT, des BMW 1800, et des Ford Lotus Cortina, toujours devant et toujours aussi rapides. Là aussi les dépassements sont nombreux, et ce n’est pas forcément évident lorsque la voiture glisse dans tous les virages !

L’Heritage Touring Cup rassemble elle des autos de plus grosse cylindrée, mais toujours des reines du tourisme. Les Ford Escort et Capri sont les plus rapides, et elles sont devant. On compte aussi des BMW 635, 530, et 2002, des Volvo, et même une Volkswagen Sirocco.

Ensuite on passe aux plus anciennes voitures sur place, celle du Trophée Légende. Ce plateau, créé par Peter Auto renaît de ses cendres spécialement pour le Grand Prix de l’Age d’Or 2016, voir les courses suivantes. Au programme, les gloires des années 30, Bugatti Type 35, la Maserati 8CM, des Alfa Romeo 8C 2300, dont une Zagato et une Monza. Bref des autos dont on se demande comment elles peuvent aller aussi vite malgré leur age !

Si vous aimez les italiennes des années 1950 et 1960, le Trofeo Nastro Rosso est pour vous. Uniquement des autos liées à l’Italie, pas uniquement des italiennes, des Porsche 356 Carrera Abarth étant de la partie. Les Ferrari sont en nombre, 275 et 250 surtout.

Trois plateau d’endurance pour terminer. Le Classic Endurance Racing 1 regroupe des GT des années 1966 à 1974 et des Protos de 1966 à 1971, le CER 2 est lui couru par des GT de 1975 à 1981 et des Protos de 1972 à 1981. Le spectacle est réel, les GT se battent avec les protos les moins rapides. On voit d’ailleurs certaines autos en nombre, Chevron, Lola, Porsche 911. Du coup, les batailles sont serrées et la gagne se décide sur la fin, malgré la durée des sessions.

CER 2 :

Enfin, le Sixties Endurance, LA course du Samedi en fin d’après-midi avec deux heures de course initialement prévues. Sur place, de nombreux équipages habitués du Tour Auto, même si quelques absents de marque sont à noter. On se réserve peut-être pour Le Mans Classic dans un mois. Les autos sont nombreuses en piste, 60, et entre les batailles pour les diverses positions et les dépassement des retardataires, il y a de l’animation en piste. Les Shelby Cobra et les Jaguar Type E se battent avec une Bizzarrini, les Porsche 356 et les Triumph sont plus loin. La course va d’ailleurs connaître quelques épisodes de safety car.

Voilà, le Grand Prix de l’Age d’Or 2016 a pris fin et on attend avec impatience de revoir les autos sur le circuit du Mans. Et pour Dijon, on espère que les doutes sur la météo permettront d’accueillir encore plus de voitures l’année prochaine.
En attendant, on vous donner très vite les résultats des courses.

Les 1900 photos du Grand Prix de l’Age d’Or 2016 sont à voir sur notre galerie en cliquant ici.

Vous aimez ? Partagez !

11 réflexions au sujet de « Jolis plateaux et beau succès pour le Grand Prix de l’Age d’Or 2016 »

  1. Ping : Tous les résultats du Grand Prix de l'Age d'Or - News d'Anciennes

  2. Ping : Le Mans Classic 2016, infos, engagés, tout ce qu'il ne faut pas rater - News d'Anciennes

  3. Ping : Résultat du plateau 1 du Mans Classic, Talbot devant - News d'Anciennes

  4. Ping : Une Morgan pas comme les autres, la Morgan SLR - News d'Anciennes

  5. Ping : La Gebhardt C91, plus rapide en 2016 qu'en 1991 - News d'Anciennes

  6. Ping : Dijon Motors Cup 2016, beau programme mais... - News d'Anciennes

Laisser un commentaire