Modèles à la Une : AC Ace

En voyant l’image, certains ont dit Cobra ! (ne mentez pas) Mais on vau aujourd’hui parler de l’AC Ace, la voiture qui servit de base au mythe Cobra et qui mérite tout autant ses lettres de noblesse.

Naissance de l’AC Ace

La marque AC, pour la resituer est une marque anglaise créée en 1901. A la sortie de la guerre, la marque sort la 2-Litre puis la petite. Mais la voiture qui va faire connaître AC en cette période, c’est l’AC Ace.

La marque est moribonde et c’est de l’extérieur que va venir le salut. L’ingénieur anglo-portugais John Tojeiro a créé une barquette de course, inspirée des MG Cooper et autres Ferrari 166 MM de l’époque.
Le pilote anglais Cliff Davis se porte acquéreur de la voiture, et pour la motoriser, installe un 6 cylindres en ligne bristol dans la voiture. La voiture est performante et se faire remarquer en course. Notamment par les frères Hurlock, propriétaires de la marque. Un deal est passé : AC va construire une voiture à partir de cette Tojeiro, et l’ingénieur percevra 5£ pour chacune des 100 premières voitures vendues !

L’AC Ace apparaît dont en 1953. Elle reprend le principe du châssis créé par Tojeiro, un châssis échelle, en H et fabriqué en acier sur lequel sont greffés deux blocs qui supportent les trains roulants. La carrosserie en aluminium est elle supportée par un armature en bois.
Le moteur Bristol n’est pas repris sur la version de série de l’AC Ace, la marque fait confiance au 6 cylindres Ditton conçu avant guerre.

La voiture ainsi créée arbore une belle ligne, et des performances tout à fait honorables. Le moteur de 2L et 100 ch a en effet seulement 765 kg à emmener. Les tests d’alors lui octroient 11,4 secondes pour passer de 0 à 100 km/h et 166 km/h en vitesse de pointe.

La voiture est présentée officiellement au salon de Londres 1953 et les ventes commencent alors.

1954 : L’AC Aceca arrive

La voiture est une bonne base mais c’est un pur roadster. Au salon de Londres 1954, AC présente donc un dérivé de l’AC Ace, l’Aceca, qui se dote d’un toit. La base technique reste la même. Beaucoup de pilotes préféreront cette version, mais c’est bien l’Ace qui sera engagée en compétition, on y reviendra.

La voiture n’évolue pas avant 1956. C’est à cette date que le travail de Ken Rudd commence à faire effet. Ce coureur automobile a acheté une AC Ace à l’été 1954. Il est connu pour être un bon préparateur, et sa voiture fait quelques étincelles. Le bloc Ditton a atteint 115ch entre ses mains. Belle performance, mais la voiture de base manque singulièrement de performance face à la concurrence, qui est, en plus, moins chère. Rudd a testé le 6 cylindres Bristol, monté originellement dans la Tojeiro. Et il veut ce moteur dans l’AC Ace.

C’est chose faite en 1956, les négociations entre Bristol et AC permettent à l’AC d’adopter ce moteur plus puissant, sans être véritablement plus moderne. C’est lui aussi un 2L, et la puissance est de 105 ch… de base, car préparé Rudd en sort 135 ch et John Cooper 150 ch ! Et pourtant, ce moteur est également un moteur d’avant guerre.
S’il a échoué chez Bristol, c’est grâce à la guerre, c’est une prise de guerre britannique, qui permet à Bristol d’utiliser le superbe moteur de la non moins superbe BMW 328 créée elle aussi avant guerre. Il est bien conçu, particulièrement le haut moteur où les soupapes d’admissions sont mues par un système de biellettes !
Les performances bondissent, et la vitesse est désormais de 187 km/h.

1957 : Début de l’AC Ace Bristol en compétition

Les premiers exemplaires de l’AC Ace équipés du moteur Bristol sont livrés en Mars 1957. La voiture en profite pour proposer un  inédit système de frein à disque en option à l’avant !

Le 23 Mars, la voiture fait d’ailleurs ses débuts en compétition, aux 12h de Sebring. Trois voitures sont engagées par l’usine, la 36 de  Fernandez / Droullers / Fayen se classera 17e et troisième des Sport 2L, la 35 de Dressel / Cullen / Woodbury se classe 22e et la 37 de Mull / Mull abandonne sur rupture d’axe de roue.

Aux Mille Miglia le 12 Mai, la seule voiture engagée, une Aceca, termine à la 142e place aux mains de Tom Clarke.

On ne voit pas la voiture au Nürburgring, mais la voiture est présente aux 24h du Mans. L’usine y engage une voiture qui portera le n°31 et qui sera confiée au duo Rudd / Bolton, Ken Rudd ayant participé à la préparation de la voiture.
La voiture va bien se comporter puisqu’elle voit l’arrivée, à la 10e place, mais surtout à la seconde place en Sport 2L !

Au Tour de France automobile, couru fin septembre. Sunley / Johnston termineront 14e.

Aucune voiture ne fait le déplacement en Suède mais cinq voitures sont engagées au Venezuela, la 74 de Gutierrez / Deblin se classera 16e, la 50 de Izquierdo / Uribe se classe 17e et la 58 de  Ottolina / Brandt 28e et denrière tandis que les deux dernières voitures abandonnent.

Les succès sportifs combinés aux nouvelles performances font que la voiture devient un véritable succès. Elle atteint peu à peu son record de vente.

1958 : L’AC Ace Bristol continue en compétition

En 1958 la voiture de route ne subit aucune modification. Une nouvelle voiture rejoint l’Ace et l’Aceca dans la gamme, la Greyhound, un 2+2 sur base d’Aceca.
En course, l’usine ne se rend pas à Buenos Aires pour la première course de la saison.

Sa saison commence à Sebring pour les 12h le 22 Mars. Quatre voiture prennent le départ de la course, et elles sont toutes à l’arrivée.  Stear / Norris / Harris se classent 15e, troisième de la catégorie Sport 2L remportée par la récente Porsche 718 RSK, Fuller / Tweedale / Briggs sont 16e, Milo / McClure / Forlong se classent 19 et Love / Jackson-Moore / Crowder sont 22e.

Aucune voiture n’est engagée à la Targa Florio, et aucune aux 1000 km du Nürburgring.
On revoit les AC Ace Bristol aux 24h du Mans, le 22 Juin, où les deux voitures se comportent bien. Bolton / Stoop se classent 8e et deuxième en catégorie 2L (une nouvelle fois derrière la Porsche 718 RSK), Patthey / Berger sont 9e et troisième de classe.

Une seule AC Ace s’engage au Tourist Trophy 1958, Patthey / Berger se classent seulement 19e à domicile.

1959 et 1960: L’AC Ace Bristol évolue, seulement sur circuit !

1959 voit une autre saison en championnat du monde des voitures de sport pour la marque AC. La saison commence à Sebrint où Burns / Jackson-Moore / Cook se classent 14e mais remportent la nouvelle classe GT 2.0L. Means / Kurtz / Wees sont 22e et deuxième de catégorie, Rix / Rahal sont 24e et troisième de catégorie.

Aucune voiture ne s’engage à la Targa Florio, et la seule voiture engagée aux 1000 km du Nürburgring le 7 Juin, pour Cockrell / von Saucken, ne termine pas la course.

Aux 24h du Mans 1959, c’est Ken Rudd qui engage la seule voiture pour Cockrell / von Saucken. La voiture se classera à la 7e place, première des GT 2.0L mais la catégorie c’est bien GT, où elle n’est que 5e.

Aucune voiture n’est engagée au Tourist Trophy 1959 à domicile.

L’année 1960 commence une nouvelle fois par les 12h de Sebring. Quatre voitures sont engagées, trois par l’usine pour Grossman / Rothschild sur la n°34, Mazzi / Schroeder sur la n°35, Hulsey / Washburn sur la n°36 et une par le privé Tony O’Sullivan qui roulera avec Procter et Stevens sur la n°77.
Si la 35 abandonne, Hulsey / Washburn se classent 20e et second en GT 2.0L, derrière une Arnolt Bolide dotée du même moteur Bristol, Grossman / Rothschild sont 21e et O’Sullivan / Procter / Stevens sont 28e.

Aucune voiture ne se déplace en Sicile pour la Targa Florio et on retrouve deux AC Ace Bristol aux 1000 km du Nürburgring le 22 Juin où Staples / Shepherd-Barron sont 33e tandis que Gachnang / Caillet abandonnent.

Aux 24h du Mans 1960, une seule voiture voit l’arrivée, celle de Gachnang / Wicky / Gretener engagée par l’Écurie Lausannoise mais elle n’est pas classée, elle n’a pas couvert assez de distance. Cette voiture est bien modifiée et adopte un look de coupé. La voiture de Boutin et Rambaux engagée par ce dernier abandonne.

Enfin, pour finir la saison, Alexandrovitch / Lamata se classent à une très honorable 7e place du Tour de France automobile.

1961: L’AC Ace rencontre Ford

La grosse nouveauté de l’année 1961, c’est Bristol qui en décide. L’antique 6 cylindres est mis à la retraite et les AC Ace et Aceca se retrouvent sans moteur. C’est du côté de Ford qu’AC va chercher le nouveau bloc propulseur. On choisit le 6 cylindres Zephyr, de 2.553 cm³ qui développe seulement 90 ch d’origine. Mais c’est Ken Rudd qui a poussé ce moteur, avec une idée derrière la tête, il propose le « Ruddspeed », une préparation opérée sur le bloc qui porte sa puissance à 170 ch, rien que ça !
Avec ce set-up, la voiture atteint les 209 km/h et passe de 0 à 100 km/h en 8.1 seconde.

La voiture reste cependant engagée en compétition avec son 6 cylindres Bristol.

On la retrouve aux 12h de Sebring le 25 Mars. Les deux voitures confiées à May / Johnston et Laughton / Bowers abandonnent.
Aucune voiture n’est engagée sur des courses internationales avant les 24h du Mans et deux engagements privés. La première voiture, la n°28 est engagée par l’Écurie Chardonnet pour Alexandrovitch / Magne et la n°29 est celle de l’Écurie Lausannoise engagée pour Wicky / Berney.
Les résultats seront moyens puisque seule la 28 voit l’arrivée, à la 17e place, mais elle est gagnante dans sa catégorie.

1962: Clap de fin pour l’AC Ace

En 1962, AC trouve un nouveau débouché : vendre à Caroll Shelby des châssis et des carrosserie. L’américain monte dans la voiture un V8 de Ford Fairlane. Le résultat, c’est la mythique AC Cobra ou Shebly Cobra, comme vous voulez.

Cette nouvelle voiture va précipiter la fin des AC Ace et Aceca, seule la Greyhound va continuer jusqu’à la fin de l’année. Il faut dire que la nouvelle version avec le moteur Zephyr n’a été produite qu’à 38 exemplaires, plus 8 Aceca.

En compétition, les privés continuent d’engager des voitures équipées du Bristol mais les abandons se succèdent. La relève assurée par la Cobra redorera le nom.

Photos : News d’Anciennes, Edward Eves, Bonhams, Tim Isles, les 24heures.fr, RM Auctions.

Vous aimez ? Partagez !

5 réflexions au sujet de « Modèles à la Une : AC Ace »

  1. Ping : Grand Format, les Coupes de Printemps 2016 - News d'Anciennes

  2. Ping : Les Grandes Marques à Monaco, Bonhams en principauté - News d'Anciennes

  3. Ping : Neuf Nouvelles AC Cobra 260 Vont Etre Construites - News d'Anciennes

Laisser un commentaire