Grand format : News d’Anciennes à Retromobile 2015

Ça y est le salon Retromobile a fermé ses portes. News d’Anciennes y était et vous l’a fait vivre en live, maintenant c’est l’heure du bilan.

Au moment d’écrire ses lignes, pas encore de chiffres officiels sur le nombre de visiteurs. Mais lorsque l’on regardait les allées tout au long de ces 5 jours, on pouvait se douter qu’un nouveau record était en train de se construire. Et on avait raison, le chiffre est tombé, 119.000 visiteurs !

Place maintenant à la visite. Première chose que beaucoup allaient voir : le hall 2.1, nouveau hall pour Retromobile. C’est là qu’Artcurial exposait toutes les voitures de la collection Baillon. Avant la vente, l’achat du catalogue était obligatoire pour pénétrer dans ce nouvel univers. En effet, rien à voir avec les expositions habituelles, les voitures sont faiblement éclairées, une musique d’ambiance annonce la couleur et les voitures sont idéalement espacées.
Les voitures en elle même, on en connaissait déjà l’état, mais pas encore les prix. On vous laisse juge, vous trouverez toutes nos photos et le résultat de la vente en cliquant ici.

Ensuite le hall 1 avec tout le salon. On rentre par l’espace « pièces, pros et automobilia ». En vérité, peu de vendeurs de pièces, Retromobile continue sur sa lancée et ces pros ne sont plus aussi présent qu’avant, faute au prix majoritairement. Mais les visiteurs le savent, ils viennent ici chercher un raviveur de cuir plutôt qu’un alternateur de Peugeot 204.
Les vendeurs sont surtout des fournisseurs de produits, de housses, de petit matériel et d’accessoires. On trouve aussi tout ce qu’on veut au niveau documentation et presque tout au niveau miniatures. L’automobilia est au rendez-vous, avec des bidons valant le prix d’une populaire ou des plaques émaillées valant le prix d’une Porsche ! Plus au fond, on trouve les magazines et de nombreux stands d’habits et accessoire pour le conducteur : chic, vintage et cuir à profusion.

Deuxième espace, on arrive sur trois des grosses expositions annoncées : le plateau Matra sur le stand Youngtimers, les trois Bugatti Royale de la Cité de l’Automobile de Mulhouse et enfin le char Tigre Royale du musée de Saumur.

Ensuite les clubs qui sont regroupés en un seul espace, plus regroupé que l’an dernier. Les stands sont bien animés mais on remarque vite le problème : la place pour les plus petits clubs. Les clubs ne peuvent pas se permettre d’avoir de grands stands et ça se ressent sur les aménagements. Les voitures sont mises en valeur mais la traditionnelle table des clubs est un peu tassée. Les clubs de « grandes marques » (Hotchkiss, Delahaye, Facel…) sont plus étendus et on retrouve des configurations plus habituelles.

On arrive ensuite à la partie dédiée aux constructeurs. On trouve Renault et Alpine, Peugeot, Citroën, Porsche, Skoda et Mercedes.
Renault tout d’abord, on trouve sur le stand deux ancêtres, deux concepts-cars mais surtout une flopée de Renault 16, qui fête en 2015 ses soixante ans. En plus de cela, super initiative de Renault, on peut conduire une R16 pour un bout de route autour du parc des expositions, avec un accompagnant qui connaît tout au modèle. Vraiment cool, on espère que ça se refera.
Alpine ensuite, qui expose le récent concept Vision, conçu pour le jeu Gran Turismo, et deux anciennes de la marque, une Interlagos (version brésilienne) et une A106.

Peugeot fête beaucoup d’anniversaires tout en laissant ses clubs tenir la vedette. Nous avons eu droit à une visite guidée du stand par Henri Auger, vrai puits de science qui nous a régalé d’anecdotes. La voiture la plus ancienne du stand est une Peugeot 163, retrouvée emmurée à côté de Lyon, revenue dans le giron de l’Aventure Peugeot, et qui est à ce jour le plus vieux véhicule utilitaire léger de la collection. On passe ensuite à la 205 T16, qui fêtera cette année les 30 ans de son premier titre mondial en rallye. Elle est aussi là pour mettre en valeur la 208 GTi 30th postée à coté. On arrive aux anniversaires, la 204, 50 ans cette année avec 4 modèles exposés (berline, break, coupé et cabriolet), puis la Peugeot 402, 80 ans, avant de passer à la 604, 40 ans, et la Peugeot 403 avec 50 ans. Enfin, la « star » du stand : la Peugeot 401 Cabriolet de Mistinguett, que la star avait fait carrosser par Crouzier . Restaurée dans une configuration d’origine, elle est superbe.

Citroën enfin laisse à ses clubs le soin d’occuper l’espace. Tous les symboles de la marque sont là, de la 2CV à la SM en passant par les Tractions et CX. La DS est un peu à l’écart, proche d’une récente DS, mais pas beaucoup plus mise en valeur que ça, surtout quand on sait que la mythique voiture a 60 ans.

Porsche, Skoda et Mercedes enfin. Les voitures sont ici plus espacées. Mercedes ne se cache pas de présenter deux récentes au milieu des anciennes, avec la 540 K Streamliner en tête. Skoda présente seulement un concept car, qui pourrait préfigurer un futur modèle, mais rien de la gamme. Porsche enfin présente une récente Carrera 4 GTS au milieu d’anciennes. Les voitures ont été restaurées par les centres Porsche de France et sont resplendissantes.

On passe ensuite sur la collection Lopresto. Du nom de son propriétaire Italien, elle regroupe une série de modèles uniques, italiens pour la plupart, inédits en France.

On enchaîne ensuite par la seconde exposition Artcurial. Les voitures ici exposées sont bien plus présentables que celles de la collection Baillon. De beaux modèles, avec, comme pour le reste du salon, une nette prépondérance pour les Italiennes. On notera quelques modèles inhabituels, comme la Renault 4 de plage, une Lamborghini LM002 ou deux Jaguar XJ 220.

Ensuite, c’est une grosse partie du salon, les vendeurs de voitures. Peu d’entreprises françaises, et peu de voitures françaises aussi. Beaucoup de Maserati, de Ferrari, de Porsche, Mercedes… Bref du beau, un vrai musée, où tout est à vendre… à prix d’or. Au milieu se cachent aussi des promoteurs d’événements, on notera la présence de Peter Auto, Paris Auto Event (autodrome de Montlhéry), Zaniroli Events, Millesim Classic Rally), et oui, il faut les sortir ces belles voitures !

Dernière exposition à noter, celle des Pegaso. Cette marque espagnole a disparu depuis longtemps. Mais les voitures sont superbes et l’opulence des voitures de l’an dernier (voiture des Maharadjas) laisse place à l’élégance des Pegaso.

Enfin, on termine par les artistes, toujours présents et toujours plus nombreux. Ils présentent de belles œuvres et on les reverra probablement bientôt sur ce site.

Pour conclure sur ce salon : du très très beau. De belles voitures dans un bel écrin. De belles expositions, mais surtout du luxe, des voitures pas courantes, et de l’inédit. Certains déploreront le peu de pièces, d’accord, on l’entend et on le déplore aussi. Mais ne nous arrêtons pas à ça. Lorsque l’on dit que c’est cher payé pour un tel salon, demandez vous le prix d’une place pour un musée !

Toutes les photos sont visibles sur ces deux albums :

Photos de Julien En cours
Photos de Julien
322 Photos
Album de Benjamin 800 photos
Album de Benjamin
800 photos

Et pour retrouver nos articles live, c’est par là.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

24 commentaires sur “Grand format : News d’Anciennes à Retromobile 2015”

  1. Bonjour
    Dommage que ce rassemblement soit devenu si élitiste, alors que les premières éditions étaient bien plus conviviales, malheureusement la spéculation est passée par là.

Laisser un commentaire