Modèles à la Une : les Alpine M63 / M64 et M65

Rédélé s’est vite fait un nom avec en rallye, d’abord avec des 4CV modifiées, puis avec sa propre marque, Alpine. Mais il a aussi l’ambition de participer au Mans et l’aventure d’Alpine au Mans va commencer en 1962.

Grosse gestation pour l’Alpine M63

Cette année là, Renault accepte de fournir le 4 cylindres à  paliers et deux arbres à cames en tête développé par Gordini à… René Bonnet. Rédélé est furieux et se débrouille pour lui aussi obtenir ce moteur. Avec pour but de battre les René Bonnet…
Le châssis est, à la base, dessiné chez Lotus, Rédélé ayant pris pour parole d’évangile le conseil du journaliste Gérard Combrac, proche de Chapman qui dit que les français ne sauront jamais faire un aussi bon châssis que les anglais. Les plans sont donc dessinés par Len Terry… Avant de devoir être intégralement repris, ce dernier n’ayant pas pris en compte le dernier règlement imposant un seuil de porte bas.
C’est donc l’équipe Alpine qui redessine le tout. Le châssis est une base poutre, comme sur la berlinette A110, avec un tube de 12 cm supportant à chaque bout les berceaux.

A l’avant, c’est la direction, dont la crémaillère est empruntée à la 4L, et les suspensions qui sont soutenues par le berceau, à l’arrière, c’est le moteur central, la boîte et les suspensions triangulées.
Par soucis d’économie, certains éléments sont achetés directement, les roues sont des roues magnésium Lotus avec pneus Dunlop, la commande de boîte vient d’une 4CV et les fusées avant de la R8 ! Le pare brise est, lui, emprunté à la Berlinette, décision du patron !

La carrosserie est dessinée par l’aérodynamicien Marcel Hubert qui a déjà travaillé sur les CD. Il reprend l’idée d’alors de faire une goutte d’eau, sans pour autant négliger la tenue de route.

L’Alpine M63 en 1963

La voiture est prête la veille des premiers essais au Mans où trois exemplaires sont engagés avec des moteurs 1108, 996 et 716 cm³. Les tests ne sont pas concluants, notamment à cause de la boîte. L’adoption d’une boîte 5 est salvatrice et l’Alpine M63 ne va être retenue qu’avec le 996 cm³.

La saison de l’Alpine M63 commence au Nürburgring, le 19 Mai, pour les 1000 km où Casner et Rosinski remportent leur classe en terminant 11e.
Aux 24h du Mans 1963, les trois voitures abandonneront. La n°50 de Boyer / Verrier parcourant 227 tours alors qu’ils pouvaient viser la victoire à l’indice. La n°49 de Richard / Frescobaldi boucle 63 tours avant que l’embrayage ne cède. La n°48 de Rosinski / Heins couvre 50 tours avant que la voiture ne sorte et s’encastre dans un poteau, s’enflammant et causant la mort de Heins.

La saison 1963 continue championnat du monde des voitures de sport avec une apparition lors du Trophée d’Auvergne à Charade le 7 Juillet, Rosinski termine 13e et Grandsire est 15e, ils sont 2e et 3e de leur classe.
Le premier remporte le championnat, mais en s’étant partagé entre Lotus et Alpine.

Apparition de l’Alpine M64 en… 1964

Pour 64, le règlement est revu et la M63 doit être modifiée pour devenir la M64. Le châssis poutre est abandonné, le seuil de porte relevé permettant l’adoption d’un châssis tubulaire. Les dimensions de la voiture sont également revues à la baisse et l’aérodynamique est repensée. Le poids baisse de 20kg. En plus, les moteurs de moins de 1 L sont interdits, deux moteurs sont donc proposés sur la nouvelle voiture : un 1001 cm³ et un 1149 cm³. En complément de la M64, Alpine continue d’engager une M63 B, reprenant mécanique de M64 et carrosserie de M63.

Pour la première course des Alpine, ce sont pourtant des M63 « A » qui sont envoyées au 12h de Sebring. Trois voitures sont engagées, la première, celle de Richards et Rainville engagée par Autosport International est loin au classement, 29e, en même temps les voitures sont engagées en catégorie Prototype de Moins de 3L. La seconde à l’arrivée, celle de Bianchi et Rosinski engagée par l’usine est 33e, la seconde voiture d’Autosport International, celle de Cuomo / Tullius abandonne.

La M63B débute à la Targa Florio le 26 Avril aux mains de Bianchi qui classe sa voiture 15e, second de sa classe.
Au Nürburgring, l’usine engage une M63B et une M64 qui abandonnent.

Aux 24h Alpine engage une M63B, trois M64 et une A110. La n°46 de De Lageneste / Morrogh remporte la catégorie P 3.0 avec le moteur 1150, à la 17e place au général en couvrant 292 tours. En plus, ils remportent aussi l’indice au rendement énergétique !
La  M63B de Masson / Zecoli se classe 20e du général et 2e de catégorie avec 284 tours. La n°47 de Bianchi / Vinatier n’est pas classée (distance inférieure à 70% du vainqueur) en parcourant 230 tours avec de gros problèmes de boîte. La 54 de Vidal / Grandsire abandonnant après 133 tours, là aussi sur des problèmes de boîte.

Après les 24h, les M64 signeront le triplé aux 12h de Reims avec De Lageneste et Morrogh en tête devant Rosinski / Grandsire et Bianchi / Vinatier. Il faut préciser qu’elles sont aux 3 dernières places !
En fin de saison, Grandsire – Rosinski gagnent leur classe aux 1000 km de Paris en terminant 16e, l’autre voiture confiée à Delageneste et Morrogh sont deuxième de classe et 20e de la course. De Lageneste est sacré champion de France.

L’Alpine M65 arrive en 1965

Pour 1965, la M65 est créée dans le but d’améliorer encore les performances, notamment aérodynamiques. Deux dérives sont installées avec un becquet pour stabiliser la voiture à haute vitesse. L’arrière évolue aussi avec une bulle en plexi au dessus du moteur moins plongeante que sur la M64. Les suspensions sont améliorées, et Alpine conçoit des roues en magnésium avec des Flasques, comme celles apparues sur la M64 aux essais l’année précédente.
La moteurs sont un 1005 cm³ dérivé du moteur de F2 qui sort 105 ch et un 1296 cm³ de 125 ch, le 1149 légèrement revu est conservé.

Aux essais, une M65 est engagée avec trois M64, une M63B et une A110. On teste uniquement le vieux moteur pour bien se situer au niveau des performances. Niveau technologique, une M64 reçoit une suspension oléopneumatique pour test. La M65 est très prometteuse.

A la Targa Florio elle subit un grave accident qui la détruit en blessant gravement Grandsire.
Deux M64 sont donc engagées au Nürburgring, Bianchi-Vinatier étrennant le 1300. Mais les deux voitures abandonnent.

Alpine_49317_global_frAu Mans, les René Bonnet et les CD sont absentes, les Alpines sont donc favorites pour les victoires dans les deux indices. Une M65, trois M64, la M63B et une A110 GT4 recarrossée sont engagées.
La déception va être grande, aucune voiture ne voyant l’arrivée. La M65 #46 de Bianchi-Grandsire étant la première à abandonner après 46 tours, la M64 #47 de Vinatier- De Lageneste abandonne après 196 tours à la 16e heure, la #50 de Vidal-Revson, en tête des deux indices à une heure du matin abandonne trois heures plus tard, la #51 de Verrier-Masson avec sa suspension expérimentale a un problème de fuite d’eau. Ils remplissent sur le bord du circuit ce qui vaut leur exclusion.
La M63B avait pris la tête de l’indice au rendement lors de l’abandon de la M64 mais elle cassera une bielle à 7h30. L’équipe Alpine est forcément déçue et mettra cet échec sur le dos des cadences infernales dues aux multiples programmes (F2, F3, Sport Proto, Rallye…)

La saison continue aux 12h de Reims en Juillet. Les Alpines débarquent en nombre, a M65 de Bianchi-Grandsire sera 7e aux 12h de Reims devant la M64 de Vinatier-De Lageneste avec même un quarté dans leur catégorie, les deux autres M64 complétant le tableau.
Aux 500 km du Nürburgring Maura et Lucien Bianchi remporte la catégorie face aux Abarth favorites sur ce tracé., Delageneste est 31e sur une M64.
A Bridgehampton, on trouvera Alpine M63 engagée par William Baldwin et qui finit 5e de la course des moins de 2L.

L’Alpine M65 en 1966

En 1966, les M64 et M65 vont continuer à courrir. En fait elles commenceront la saison avant qu’Alpine ne renomme ses voitures Alpine A210 après avoir validé toutes les évolutions.
On verra ainsi trois M65, dont une petite 1000 et deux M64 aux essais préliminaires du Mans où les voitures feront sensation niveau des performances (en trichant un peu avec un réservoir de seulement 15l).
Les voitures ne participeront pas à la Targao Florio mais aux 1000 km de Monza où aucun résultat ne sera au rendez-vous.

La voiture changera ensuite de nom pour devenir l’A210 dès la course de Spa.

En Photos, les M63 et M64 de l’exposition Rédélé à Retromobile 2014 et la M65 du plateau 4 de Le Mans Classic 2014, plus des photos de la collection Renault Communication.

Vous aimez ? Partagez !