On a lu pour vous, L’écho de Taïga, la dernière aventure de Jacques Gipar !

On a lu pour vous, L’écho de Taïga, la dernière aventure de Jacques Gipar !

Avec L’écho de Taïga, sortie aux éditions Paquet, le reporter Jacques Gipar nous entraîne dans le monde des Russes blancs de Paris. Toujours flanqué de son fidèle acolyte, Petit Breton, les deux compères partent à la recherche de Irina, la fille du rédacteur en chef du journal l’écho de la Taïga. Une enquête plutôt mouvementée, dans laquelle nos deux amis vous y laisser quelques plumes !


Jacques Gipar, c’est qui ?

Pour planter rapidement le décor, on est à Paris en 1956. Jacques Gipar est journaliste à France Enquête. Il a en charge des affaires assez embrouillées, il est aidé par Petit Breton, qui n’est pas le dernier pour le coup de poing !

Dans cet album, nos deux compères seront au cœur d’une affaire bien opaque. Les évènements vont s’enchainer a haute vitesse, avec des poursuites dans Paris, on va leur tirer plusieurs fois dessus, bref, une enquête pas de tout repos !

Jacques Gipar voit rouge dans l’écho de la Taïga

Cette BD débute par l’enlèvement d’une jeune fille, tout de suite l’ambiance des années 50 est vraiment bien rendue. C’est grâce au dessin de Jean-Luc Delvaux qui nous croque parfaitement les véhicules de cette époque. Le père de la disparue, lui-même rédacteur en chef d’un journal pour les Russes vivant en France, vient demander de l’aide Jacques et son patron.

La petite équipe pense immédiatement à un kidnapping politique. Nos deux détectives partent donc a la recherche de la jeune disparue. Lors de leurs pérégrinations, Jacques et Petit Breton visiteront Paris, à bord d’un taxi Renault KZ 11. Les cases devant l’Opéra de Paris sont superbes, et que dire des scènes dans les encombrements parisiens. C’est que du très beau !

Comme je vous l’ai dit plus haut, cette histoire comporte quelques jolies poursuites dans la capitale. J’ai particulièrement apprécié celle opposant une Simca Ariane contre une Opel Kapitan, plusieurs scènes sont superbement représentées, comme celle où l’Opel passe devant le Grand Palais !

Gipar et les autos !

Vous l’avez compris, cette BD regorge des belles autos des années 50. On y retrouve même des camions et des utilitaires. La liste des voitures serait trop longue à faire, mais on pourra citer, une belle Prairie, un D3 Peugeot, un superbe coupé Traction. Beaucoup d’autres sont à découvrir dans les cases.

Mais la star de cet album sera la Facel Vega FV, une auto de légende, aussi belle que puissante. Une auto qui sera bien mise en avant dans différents décors !

L’écho de la Taïga, première partie de l’aventure

Avec Jean-Luc Delvaux aux dessins, on découvre un scénario aux petits oignions, écrit par le camarade Thierry Dubois ! Celui-ci mélange faits réels et fictions magistralement. La mise en couleur étant réalisée par Béa Constant, c’est très bien réalisé et fidèle. Le trio accouche d’une belle histoire, celle-ci est disponible dans chez Calandre-Collection aux éditions Paquet. Alors si vous voulez savoir si note duo de choc retrouvera la jeune disparue, et pourquoi ils se font tirer dessus, vous n’avez plus qu’à craquer. Mais attention, l’histoire est en deux parties, alors patience !

Cliquez ici pour acheter l’Echo de la Taïga.


bertrand
photographe/reporter
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.