L’Orient Express avait remis ses machines en route du côté de la Normandie

L'Orient Express avait remis ses machines en route du côté de la Normandie
L'Orient Express avait remis ses machines en route du côté de la Normandie
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Au volant d’une Panhard PL 17, l’addition gagnante !

Panhard et Levassor c'est une marque automobile aux nombreux qualificatifs. Doyenne de l'Automobile, sportive, ingénieuse... Ses automobiles sont aussi réputées pour leur confort et...

L’Atelier des Coteaux, Visite au Pays des Merveilles

Quand on m'a demandé "Il nous faudrait un point d'intérêt à visiter entre Paris et Lille", je me suis dit qu'un détour serait le...

Pourquoi les françaises sont-elles mal aimées à l’international ?

Il y a une certaine part de frustration à suivre les enchères des voitures anciennes les plus prestigieuses. On y retrouve rarement nos belles...

Grand Soleil au mensuel de l’Auto Rétro Pornic

Ce dimanche, nous avons passé une matinée sous un ciel bleu azur, un temps idéal pour faire sortir nos chères anciennes de leur paisible...

Après les articles de Vincent en Angleterre, puis de Laurent en Lorraine, je vous emmène pour une nouvelle incartade dans le milieu ferroviaire ancien. C’était la semaine dernière et la star n’était autre que le célèbre Orient Express !

C’est le 28 juillet 2017 qu’une circulation de rodage était organisée entre Sotteville les Rouen et Serquigny en Normandie, avec la Pacific 231 G558. Cette machine ex-réseau ETAT a circulé sur les lignes du réseau Ouest jusqu’en 1969. Sauvegardé par les amis de la traction vapeur à Sotteville, elle entame une deuxième carrière avec un classement au monument historique en 1984. Le Pacific Vapeur Club qui assure la sauvegarde et la restauration de la machine avait alerté via son site internet les amateurs ferroviphiles de ce roulage exceptionnel.

Afin d’assurer un reportage le plus complet possible, il s’agissait de mener une course contre la montre et surtout contre cette belle locomotive rebaptisée par les amateurs la «Princesse» sur les différentes gares du parcours.
Délaissant volontairement la banlieue rouennaise et le dépôt de Sotteville lès Rouen, c’est donc en gare de St Aubin les Elbeuf que nous croisons le convoi pour la première fois, lors d’un arrêt technique de 10 minutes de 8h50 à 9h00.


Après ce premier arrêt dans la lumière naissante du matin, c’est à Glos Montfort deuxième arrêt technique de la locomotive entre 9h35 et 9h50, que nous retrouverons l’ensemble du convoi dont l’attelage avec des voitures Orient Express fournies par la SNCF magnifie l’élégance. Il est à noter que le train « fait l’heure » comme on dit dans le jargon SNCF car il circule sur des voies du réseau ferré national et doit s’insérer dans un « sillon » programmé afin de s’intercaler entre les circulations régulières.

Enfin, c’est en gare de Serquigny que le convoi termine sa course du jour. Deux voitures de l’Orient Express (voiture restaurant, et voiture pullman) ont été ouverte à la visite permettant aux amateurs d’admirer les marqueteries impeccablement restaurée, et les verreries réalisées par Lalique. Une voiture restaurant et une voiture Pullman, Riviera et Flèche d’or (du nom d’un célèbre convoi de l’Angleterre à Paris dans les années 30).

Néanmoins, un petit coup d’œil indiscret a permis de découvrir l’intérieur d’une deuxième voiture restaurant dans laquelle le couvert était mis, offrant un cachet supplémentaire au charme suranné de ces bijoux de l’artisanat ferroviaire.

Cette rame Orient Express avait été affrété pour le compte de la chaîne de télévision Arte qui tournait un reportage sur ce train mythique qui sera diffusé en décembre prochain. Figurants et membres du PVC avaient revêtu des tenues d’époques ajoutant un cachet particulier à cette sortie.

Le président de l’association Pacific Vapeur Club avait lui aussi revêtu pour l’occasion la tenue d’époque.

C’est à 17h22 que le train repartit de Serquigny pour un retour à Sotteville lès Rouen prévu à 18 h 34. Une bien belle balade en nostalgie que cette journée de circulation exceptionnelle.

N’hésitez pas à contacter le Pacific Vapeur Club sur leur site, deux trains ouvert aux voyageurs en direction de Dieppe circuleront les 11 et 25 août prochain.

 

L'Orient Express avait remis ses machines en route du côté de la Normandie

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Grand Soleil au mensuel de l’Auto Rétro Pornic

Ce dimanche, nous avons passé une matinée sous un ciel bleu azur, un temps idéal pour faire sortir nos chères anciennes de leur paisible...

Alfa Romeo Giulietta, une légende construite par ajouts

Giulia par ici, Giulia par là. On oublierait presque qu'avant elle, l'idée qui a fait le succès de la Série 105 avait été introduite...

Au volant d’une Panhard PL 17, l’addition gagnante !

Panhard et Levassor c'est une marque automobile aux nombreux qualificatifs. Doyenne de l'Automobile, sportive, ingénieuse... Ses automobiles sont aussi réputées pour leur confort et...

Jean Alesi et René Arnoux dans des Ferrari 312, on fait un point sur les engagés du Grand Prix de Monaco Historique 2021

À deux mois du Grand Prix de Monaco Historique 2021, et trois ans après la dernière édition, le voile est enfin tombé sur la...