La Bugatti Type 55, confidentielle et très en vue en 2020

La Bugatti Type 55, confidentielle et très en vue en 2020

Depuis le début de l’année les Bugatti Type 55 sont sous le feu des projecteurs. Bonhams en a vendu deux coup sur coup (au passage ce sont les autos les plus chères de l’année aux enchères) et permit à beaucoup de découvrir cette auto.


L’histoire de la Bugatti Type 55

Une 51 pour la route ?

Chez Bugatti les modèles sont nombreux. Et avant de parler de la 55, il faut parler des autos qui l’ont précédé dans la belle histoire de la marque de Molsheim. Dans les années 20, la reine de la course c’est la Type 35. Mais tant qu’à faire on va capitaliser sur ses succès en proposant une version de route. C’est la Type 43 qui en sera dérivée.

En 1930 Bugatti expose au Salon de Paris la Type 51 qui doit prendre la relève de la Type 35. Dès lors, on réfléchit à en créer une version de route, mais on ne va pas forcément utiliser les mêmes recette.

La Bugatti Type 55 Super Sport : une supercar avant l’heure

C’est au salon de Paris 1931 que sera dévoilée la nouvelle Type 55. Sauf qu’on s’est éloigné de la Type 51. Pas du côté de la mécanique, puisque le moteur reste le 8 cylindres en ligne compressé de 2.260 cm³. Il est cependant dégonflé, passant de 185 à 145 ch, une belle cavalerie pour l’époque. La boîte est empruntée à la Type 43, mais son carter est spécifique.

La Bugatti Type 55, confidentielle et très en vue en 2020

Mais côté châssis, on est loin de la Type 51. Jean Bugatti aurait poussé son père à faire quelque chose de différent. On utilise donc une plate forme en échelle proche de celle utilisée pour les 47, robuste car il devait embarquer le 16 cylindres de la marque ! L’empattement est plus long de 50 mm, les voies avant et arrière également. On reste fidèle aux constructions d’époque en adoptant des essieux rigides suspendus par des lames semi-elyptiques.

La carrosserie est un dessin de Jean Bugatti. Il n’a alors que 22 ans mais propose une magnifique ligne, et contrairement à la Type 43 et ses 4 places, c’est ici un roadster strictement réservé à deux personnes qui est proposé.

L’auto est sportive et luxueuse. Son prix est proportionnellement bien plus élevé que celui de la Type 43. Elle s’adresse aux plus fortunés… et doit faire rentrer de l’argent dans les caisses après l’échec de la Royale.
La production de la Bugatti Type 55 débute en 1932 et même si elle se poursuit jusqu’en 1935, plus de la moitié des 38 autos produites le sont lors de cette première année. (La marque Bugatti n’en annonce que 22)

La Bugatti Type 55 en course

Alors que c’est une voiture de route, la Bugatti Type 55 n’en demeure pas moins une auto très performante. Et cela donne des idées à certains pilotes.

En avril 1932 Varzi et Castelbarco sont au départ des Mille Miglia mais abandonnent.
Bouriat en commande une et l’inscrit aux 24h du Mans 1932. Il fera équipe avec un grand nom : Chiron. Une seconde auto est au départ engagée par le Comte Czaikowski qui fait équipe avec Friderich. Les deux autos abandonneront.

En 1934 et 1935 deux exemplaires seront à chaque fois engagés sur la classique mancelle. Néanmoins aucune Type 55 ne verra jamais l’arrivée !

Les Bugatti Type 55 de nos jours

38 exemplaires, forcément ça en fait une auto recherchée. On en croise parfois… et surtout lors des ventes aux enchères.

En ce début d’année 2020 c’est donc la maison anglaise Bonhams qui en a proposé deux. La première, 55221, on a pu la voir à Paris. C’est l’auto qui fut commandée par Bouriat et engagée au Mans en 1932. D’abord elle a eu une carrosserie d’usine. Ensuite elle fut vendue à Jean Dupuy qui commanda une carrosserie à Figoni.
Elle a atteint les 4,6 millions d’euros lors de la vente Les Grandes Marques au Grand Palais 2020.

Ensuite on en a retrouvé une autre, 55220, à Amelia Island. Équipée d’une carrosserie d’origine, elle a notamment gagné sa classe à Pebble Beach en 1993. Elle a atteint 7,1 million de dollars (6.263.232 €) sous le marteau.

Auparavant on avait croisé d’autres autos. À Chantilly Arts et Elegance 2014 c’est 55211 qui se présentait :

Bugatti en exposait une sur son stand à Rétromobile 2019. Une auto sortie de la Cité de l’Automobile de Mulhouse.

Il y a d’autres Type 55 dans le merveilleux écrin de Mulhouse. 8 autos furent achetées par les frères Schlumpf sur les 38 existantes ! D’abord plusieurs roadsters, les deux premiers sont de 1932, le jaune est de 1935 :

Mais dans le musée on trouve aussi des coupés !

Les autres sont également des autos vues lors de vente aux enchères. Chez Bonhams, à Monaco en 2008 on présentait 55208 qui a été vendue pour 2.097.500 €.

Ensuite on en a vu passer trois chez Gooding & Co. La première, cette rouge c’est 55201, la toute première Type 55 livrée. Elle a été vendue 4.070.000 $ à Scottsdale en 2018 :

La Bugatti Type 55, confidentielle et très en vue en 2020

Ensuite on retrouve 55206, une auto carrossée chez Billetier et Cartier et non-vendue à Pebble Beach en 2012 (est. 5-6.5 million de dollars) :

La Bugatti Type 55, confidentielle et très en vue en 2020

Enfin, la Type 55 la plus chère est celle pilotée par Varzi aux Mille Miglia 1932. Elle a été vendue par Gooding & Co à Pebble Beach en 2016 pour 10.400.000 $ !

La Bugatti Type 55, confidentielle et très en vue en 2020

Photos : News d’Anciennes, Gooding & Co, Bonhams, Anciennes autos d’Achy

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.