Alpine A310, l’histoire du Poisson Dieppois aux 24h du Mans

Alpine aux 24H du Mans, c’est une habituée depuis 1963. Mais pour cette édition 77, c’est une auto qui deviendra mythique qui s’y engage. C’est de l’A310 « Poisson Dieppois » dont je veux parler. Cette fois, ce n’est pas un prototype, mais bien une voiture de série ! Enfin quand je dis, pas un prototype, je me m’emballe… voyons ça dans le détail.


Poisson Dieppois, un sacré défi !

L’histoire de notre Alpine commence en 1976. Bernard Decure, qui travaille déjà chez Alpine, est aussi pilote à ses heures. Il achète une A310 qui « traînait » dans un recoin d’atelier, avec pour objectif de courir, pourquoi pas, les 24H du Mans. L’auto ainsi récupérée est déjà pas mal préparée. L’équipe Gordini de Viry-Châtillon, l’avait préparée pour des courses en Gr5, la voiture pesait 830Kg et était équipée d’un moteur V6 de 320cv.

L’Alpine est revendue sans son moteur, mais avec son châssis poutre et sa carrosserie polyester ultra légère. Pour son projet, Bernard Decure demande alors un soutien officiel à Alpine-Renault, mais ceux-ci refusent, car déjà fort occupés par le développement des A442. L’usine refusant d’associer leurs noms à une initiative privée et somme toute un peu folle.

Malgré ce refus, il en faut plus pour décourager notre normand ! Il décide donc de se lancer seul dans cette aventure. Mais le nerf de la guerre étant l’argent, notre Bernard part en chasse de sponsors, la légende est en marche…

L’aventure du Mans pour le Poisson Dieppois !

L’histoire commence lors d’un déjeuner dans un restaurant des Hunaudières, un certain Hervé Poulain donne l’idée à Bernard Decure d’engager sa voiture pour la course mythique. En recherche de sponsor, il commence sur les terres d’Alpine et contacte la Chambre de Commerce de Dieppe. Celle-ci cherchait alors à promouvoir son port de pêche. C’est donc avec son slogan que la voiture sera vêtue, la devise légendaire est née.

Après le plumage, il faut penser au ramage. Dans sa maison de Cléon et avec l’aide bon nombre de copains, Bernard Decure attaque la préparation du moteur V6 PRV dans le sous-sol. Il faudra presque 3500 heures de travail à la petite équipe pour sortir 225 CV du moulin. Le bestiau est gavé par des carburateurs triples corps Weber 46 et est couplé à une boite de vitesse ZF à 5 rapports. Cela permet au Poisson de débouler au bout des Hunaudières à plus de 250, un peu faible quand même. Quand on sait que des 911 montaient à 400 CV et plus de 300 km/h.

Dans la carrosserie groupe 5 et ses ailes larges, c’est la célèbre marque Gotti qui se charge des jantes, sur mesure, et à écrou central forcément. Un impressionnant aileron, comme le bouclier à l’avant plaque est en charge de l’appui aéro. Les freins à disques ventilés viennent d’une CX ! Bien sûr, la suspension est également renforcée. Le réservoir souple de 90 Litres, de type aviation et est du même type que celui qui équipe déjà les Berlinette de course. De nombreux renforts sont montés sur le châssis et la caisse, afin que tout résiste à cette infernale ronde que sont les 24 heures.

Poisson Dieppois, déco de choix !

Bernard Decure et son team ont maintenant terminé leur auto. Mais pour aller au bal, il faut une belle robe. Le sponsor étant local, on reste dans la région et c’est à André Le Guen, qui tient un magasin de photo et de publicité à Neuville-lès-Dieppe, qu’est chargé de réaliser la décoration. C’est sûrement grâce à elle que la voiture est si connue. La livrée est haute en couleur et sied parfaitement à l’Alpine.

La course du Mans 1977

Pour ce samedi 11 juin, c’est bien entendu, Bernard qui tiendra le cerceau de notre Poisson Dieppois pour cette édition 1977. Il engage Jacky Cauchy, dis « Cochise », pilote chevronné sur Alpine notamment. Pour compléter le trio, c’est Jean-Luc Thérier qui vient s’ajouter. Ce dernier est un pilote expérimenté, tant en rallye qu’en piste. Un équipage 100% normand comme le reste de la voiture !

L’Alpine N°87 se qualifie avec le 55e temps et partira de la dernière ligne. Malgré un manque de vitesse de pointe, à peine 256 km/h, les pilotes découvrent une voiture agile, scotchée à la piste et sans mauvaise réaction. Un poisson taillé pour la piste.

À 16H, le départ est donné et après 11h de course l’A310 pointe à la 29e place, elle bastonne dure sur le ruban manceau. La nuit tombe et les ennuis arrivent, sous forme de chauffe moteur. À 6h47, fatalitas, le couperet tombe et c’est la mort dans l’âme que l’abandon est décidé ! Rapidement la panne est diagnostiquée, un tube d’eau emprisonné dans une poutre avait une fuite, la panne bête, comme souvent quoi !

Insuccès en 1978 et retraite

Pour l’édition 78, Bernard Decure revient au Mans, dans une nouvelle livrée bleue n°73, mais la voiture ne se qualifie pas.

Dans les années suivantes, Bernard l’engage sur plusieurs épreuves, course de côte ou rallye, toujours sous la livrée originale. Elle prend définitivement sa retraite en 85 et est toujours la propriété de Bernard.

En 2017, la voiture a été restaurée par Équipe Europe. Celle-ci a su conserver la patine de la carrosserie. Toute la partie châssis et moteur a été refaite. Dès lors, on a pu la voir engagée lors des éditions du Mans Classic.

L’aventure humaine marquera les esprits, la 310 et sa déco deviendront mythique et rentreront au panthéon de l’histoire des 24h du Mans et de la marque Alpine. Les trois pilotes deviendront eux aussi des légendes. Merci eux de nous avoir fait rêver avec cette incroyable histoire et surtout, une auto a la ligne et à la déco à couper le souffle !

Depuis quelques années la voiture se cherche un nouvel acquéreur, dernièrement elle était en vente chez Aguttes, on retrouve les résultats ici, où elle ne se vend pas. Alors si vous cherchez une véritable pièce issue de la légende des 24h du Mans, elle est faite pour vous !

Merci à Yves Ronga pour ses clichés du Poisson prisent lors de cette édition 77, retrouvez-en bien d’autres sur sa page Facebook dédier au 24H du Mans, pour ça on clique ici.

Crédits photos : lemans.org, lesalpinistes.com, aguttes.com, artcurial.com, newsdanciennes, Yves Ronga.


bertrand
photographe/reporter
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

1 commentaire sur “Alpine A310, l’histoire du Poisson Dieppois aux 24h du Mans”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.