Equipe Europe, visite d’une des références de la compétition historique

Au cœur de la Seine-et-Marne, derrière l’église d’un petit village, se cache un imposant prieuré. Ce-dernier abrite un atelier aux milles merveilles : Porsche 935, Ford GT 40, AC Cobra, Peugeot 905 et bien d’autres légendes dorment en ces lieux… Aujourd’hui, News d’Anciennes vous emmène à la découverte d’Equipe Europe, un des leaders français de la préparation d’automobiles anciennes de compétition.

Les débuts d’Equipe Europe

Pour Yvan Mahé, le maître les lieux, les voitures anciennes ont toujours été une évidence. Au lycée il roulait déjà en MG B. Puis le goût de compétition et des belles anciennes l’ont poussé vers la course automobile.

L’histoire d’Equipe Europe débute alors en 1987, à l’époque Yvan Mahé courrait en MG Midget. Pour bien faire les choses, il crée une association, recrute un mécanicien, puis deux autres. Peu à peu, Equipe Europe s’agrandit avant de devenir une entreprise en 1991. A la fin de la décennie, Yvan Mahé renonce à ses autres activités pour se consacrer exclusivement à Equipe Europe. Une entreprise qu’il dirige aujourd’hui avec son fils Guillaume et qui s’est établie dans un prieuré, ancienne propriété de Jacques Louis David, le peintre de Napoléon.

L’atelier d’Equipe Europe, le meilleur des deux mondes

Lorsque l’on franchit les portes d’Equipe Europe, on se retrouve plongé au cœur d’une véritable écurie. L’atelier est empli de prototypes d’endurance plus ou moins démontés. L’ensemble dégage une atmosphère à la fois authentique et chargée d’histoire.

En s’approchant de plus près, on remarque alors toute la brutalité du monde de la compétition. Les Lola ont les entrailles ouvertes, sur la table d’opération. Les appendices mécaniques sont acérés, rutilants et de haute technicité.

Equipe Europe concentre les trois quarts de son activité sur la préparation de voitures de courses mais s’occupe également de la restauration et de l’entretien de voitures de route (principalement des Porsche et Ferrari). D’habitude, l’atelier abrite entre 15 et 20 personnes. Un effectif pouvant monter jusqu’à 60 lors des plus gros événements de l’année.

Les technologies des années 1960 à 2010 requièrent des compétences et un savoir très vaste. C’est pourquoi l’équipe compte deux ingénieurs et est décomposée en différents ateliers spécialisés par époque : sixties, seventies-eighties, voitures de tourisme de 1960 à 1980, les Groupe C et les prototypes de l’European Racing Legends. En effet, Equipe Europe s’est récemment investi dans la préparation de voitures plus modernes, à l’image des Peugeot 905 et 908.

Le souci du détail

Chez Equipe Europe, un client peut amener sa voiture, la faire préparer et revenir la chercher. D’autres la laissent en dépôt. Le spécialiste s’occupe alors de la préparation technique, trouver les pièces, fiabiliser l’auto et l’emmener sur les circuit. Le propriétaire a “juste” à enfiler ses gants, son casque et rouler !

Que ce soient les voitures de route ou de piste, certaines autos ont droit à une restauration totale et sont démontées jusqu’au dernier écrou. La mécanique, les boîtes de vitesses et la fabrication de pièces est faite en interne, à l’exception de certaines pièces, sous-traitées avec une société d’aéronautique. La carrosserie, qu’elle soit en aluminium, fibre de verre, ou de carbone est réalisée en interne. Dernièrement, c’est l’intégralité de la carrosserie d’une Peugeot 905 qui a été refaite avec de nouveaux moules. La peinture est quant à elle faite chez un partenaire.

Equipe Europe suit les heures d’utilisation du moteur, de la boîte de vitesse, l’usure des roulements et des différents organes de chaque auto. Le travail effectué est réalisé avec une grande exigence. Une porte peut être montée en un quart d’heure mais il peut se passer trois jours avant de trouver l’ajustement parfait.

On ne travaille pas sur quelque chose de moyen, seule la perfection nous intéresse. La compétition ne laisse pas de place à l’erreur.

Les restaurations utilisent le maximum de pièces d’origine afin conserver l’âme de la voiture. Cependant, quelques modifications sont apportées pour améliorer la fiabilité. Cette dernière est également accrue par l’utilisation de matériaux et composants de meilleure qualité que ceux d’époque.

Pour Equipe Europe, le montage aussi a son importance. Un bon montage assure une fiabilité sur route et en course. Les faisceaux, durites et gaines, tout est fixé sur le châssis. Leur position est étudiée en fonction des chaleurs et des vibrations. Cela demande de la conception, beaucoup de temps et de la documentation auprès des constructeurs pour améliorer tout en restant dans le respect de l’authenticité. Cette qualité de travail n’empêche bien évidemment pas les pannes mais réduit fortement leur risque d’apparition. Elle est aussi gage de sécurité dans un milieu où le risque reste présent à chaque instant. De plus, les voitures sont contrôlées par ressuage, en radiographie, aux ultraviolets, pour détecter les micro fissures.

Under pressure

Equipe Europe est présent sur la plupart des circuits européens (où News d’Anciennes vous emmène également) : Spa, Monza, le Castellet, Silverstone, Nurbugring… mais aussi les événements du calendrier Peter Auto : Le Tour Auto, Le Mans Classic… En 2018, le spécialiste de le course en anciennes alignait 23 voitures à l’épreuve mancelle !

La compétition demande un travail rigoureux tout au long de l’année permettre la victoire. Toute au long de l’année Equipe Europe fait face à planning et des commandes chargés.

Il faut gérer la pression et le temps. Il y a une date fixée et on s’engage à ce que les voitures soient prêtes pour celle-ci. On est conscient de cela coûte cher, et même s’il peut toujours y avoir des aléas, on fait le maximum pour que tout se passe bien.

Après trois décennies, Equipe Europe est devenu un acteur d’envergure dans la restauration et la préparation de voitures de courses historiques. Equipe Europe est désormais reconnu pour son expertise et respecté en France et en Europe tant par leurs clients que leurs adversaires.

Merci à Yvan Mahé et Equipe Europe de nous avoir reçu dans leur atelier. Plus d’infos sur leur site et leur page facebook.

Vincent on Facebook
Vincent
Rédacteur à News d'Anciennes
Etudiant et passionné d'automobiles , il commence en 2011 en écrivant "Auto d'Antan", une revue amateur sur les voitures anciennes.
Trois ans plus tard il se lance sur la blogosphère puis rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2016 .
Il partage la route avec sa Motobécane N40T et de son Vélosolex 3800.