On a testé pour vous : Le Mans 66

C’est surement le film le plus attendu de l’année pour les amateurs de compétition automobile. Ce mercredi 12 novembre 2019 sortait le film Le Mans 66. J’ai pu le voir avec les membres du club Auto Rétro Sport et Prestige 56 et voilà ce que j’en ai pensé.

Préambule, retour sur le contexte de Le Mans 66

Les 24h du Mans et le 7ème Art

Le film Le Mans 66 n’est évidemment pas le premier film reprenant l’épreuve mancelle pour conter son histoire. La référence en la matière reste le film Le Mans de 1971, avec Steve McQueen. Un duel opposant les mythiques Porsche 917 aux Ferrari 512. Le film ne brille pas par son scénario mais revêt une esthétique réaliste et se regarde aujourd’hui comme un documentaire (Benjamin en parle en détail ici).

Le second film qui nous vient à l’esprit, c’est Michel Vaillant, une fiction issue de l’oeuvre en bande dessinée de Jean et Philippe Graton. Un film à l’histoire rocambolesque et aux plans spectaculaires. Vous ne l’avez pas vu ? Pas grave.

L’Histoire Ford vs Ferrari

Dans les années 1960, Ford souhaite percer en Europe, notamment aux 24h du Mans. Ferrari y reste invaincu depuis 1960 mais fait face à des difficultés économiques. Ford propose alors de racheter la marque au cheval cabré mais tout ne se passe pas comme prévu. Enzo Ferrari veut garder la main mise sur le département compétition et les négociations sont stoppées net. Vexé, Ford décide alors de se venger et de mettre fin à la domination de Ferrari au Mans. C’est ainsi que va naître la GT40 en 1964.

Le film se concentre sur la reprise du programme compétition Ford par l’ingénieur américain Carroll Shelby (joué par Matt Damon) et le pilote de course britannique Ken Miles (Christian Bale).

Le Mans 66, une production US “en brut”

Le film est réalisé par James Mangold, à qui l’on doit les très réussi Walk the line, un film sur Johnny Cash (avec Joaquim Phoenix) et Logan (spin-off des X-Men avec Hugh Jackman).

A ceux qui auraient peur d’un film uniquement en images de synthèses, soyez rassurés, pratiquement toutes les séquences ont été tournées en décors réels !

“Aujourd’hui, l’action au cinéma se veut généralement spectaculaire et renforcée par des effets numériques. J’ai voulu au contraire quelque chose de profondément analogique, de réel et de brut. Je désirais montrer ce qu’il y a de séduisant dans ces bolides, la mécanique, les moteurs, le danger. Ces hommes roulaient à plus de 300 km/h coincés dans une fine coquille d’aluminium autour d’une piste. C’était un vrai miracle qu’ils aient une telle audace, un miracle qu’ils survivent dans de telles conditions. Et je voulais que les spectateurs puissent le ressentir aussi.” – James Mangold

Une partie de ces décors et costume est par ailleurs à retrouver exposée au Musée de l’Automobile Club de l’Ouest au Mans. News d’Anciennes vous emmène à cette exposition ici.

Les armes du duel

Ce règlement de compte va donc se jouer sur la piste. La star du film, la Ford GT40 devra en découdre avec la Ferrari 330 P3. Le film utilise également des répliques de Shelby Cobra, le roadster personnel de Carroll Shelby et une Daytona Coupé en aluminium poli. On retrouve également des voitures historiques prêtées par l’Automobile Club de l’Ouest comme une une Ford GT40 MKI et une Peugeot CD SP66. Enfin 34 voitures de courses ont été construites pour les besoins du film.

Ford GT 40 aux musées des 24h du Mans

Projection avec l’ARSP 56

Ce jeudi 14 novembre, j’ai rejoint les membres de l’ARSP 56 (club organisateur du très réussi Ouest Motors Festival de Lorient, dont la dernière édition est à retrouver ici) pour la projection privée du film Le Mans 66 au cinéma CGR de Lanester près de Lorient. Le club, avec le concours de l’ACO offrait un pot avant la séance à quelques 200 passionnés parmi lesquels ont retrouvait deux gentlemen drivers : André Ségolen (8 participation aux 24 h du Mans) et Alain Gadal (deux participations aux 24 h).

Stéphane Ruaud (Tour Auto 2019), André Gahinec “Ségolen” et Alain Gadal

Pourquoi voir Le Mans 66 ?

Rentrons dans le vif du sujet. Le Mans 66 est-il un bon film ? SPOILER. La réponse est oui.

Côté réalisation, les prises de son sont un régal pour ceux qui aiment entendre rugir les grosses cylindrées, sans pour autant vous donner une overdose. Les images, qu’elles traitent des personnages ou de l’action sont belles mais peut être un peu trop synthétiques. Les plans dynamiques sont réussis et rythment bien le film.

Sur le fond, on a affaire à une production américaine. De multiples scènes d’action, un brin d’humour mais aussi des moments plus graves, des duels et des rivalités multiples. L’histoire est romancée, peut-être imparfaite mais reste dans l’ensemble cohérente et tente de retranscrire l’aventure et ses enjeux à tous points de vue.

Pour les initiés et ceux qui ont vraiment connu cette époque, le film est correct dans son approche des 24h du Mans. De nombreux clins d’œils et détails sont faits aux passionnés, tandis que d’autres éléments leur rappelleront que cela reste une histoire contée pour le grand public, et non un documentaire. Mais Le Mans 66 n’en sera pas moins apprécié et divertissant.

Pour les néophytes, c’est un bon film qui correspond très bien à l’image populaire des courses de l’époque. Il est parfois difficile de déterminer ce qui appartient à la fiction de ce qui est authentique et cela pousse même à vouloir se documenter sur le sujet en sortie de séance. Enfin, nul besoin de s’intéresser à l’automobile pour apprécier Le Mans 66, car les personnages et l’intrigue sont suffisants pour apprécier ce film.

Le Mans 66 est un film spectaculaire et un bel hommage à une époque ainsi qu’à ces hommes et ces femmes. Il se regardera aussi bien en famille qu’entre amis.

Réalisateur :James Mangold
Acteurs :Christian Bale (Ken Miles)
Matt Damon (Carroll Shelby)
Caitriona Balfe (Mollie Miles)
Tracy Letts (Henry Ford II)
Date de sortie :12 Novembre 2019

Merci à l’ARSP et l’ACO pour l’invitation à cette projection privée.

Crédits photos : Twentieth Century Fox

Vincent on Facebook
Vincent
Rédacteur à News d'Anciennes
Etudiant et passionné d'automobiles , il commence en 2011 en écrivant "Auto d'Antan", une revue amateur sur les voitures anciennes.
Trois ans plus tard il se lance sur la blogosphère puis rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2016 .
Il partage la route avec sa Motobécane N40T et de son Vélosolex 3800.