Les résultats de la Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019

C’était l’une des attractions de ce Dimanche du salon Lyonnais (qu’on vous raconte en détail par ici). La Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019 avait attiré beaucoup de monde, voici les résultats.

La Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019

73 lots étaient proposés par la maison Osenat, en ce qui concerne les automobiles. Après deux journées ou le stand de la maison de vente n’a pas désempli, la vente était attendue. Au final, 47 autos vendues, un score honorable quand on voit les “performances” d’autres maisons.
Les résultats donnés tiennent compte des frais.

Quelques photos de l’exposition :

Les stars de la Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019

L’accent italien réussit bien

Trois des plus grosses estimations de la Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019 étaient d’origine italienne. On commençait avec le “top lot”, la Dino 246 GT de 1975, ex Michel Hommell, estimée entre 250 et 300.000 € qui se vend finalement pour 240.000 €.
Autre production de Maranello, la 365 GT 2+2 de 1968, avec son intérieur réalisé par Chapron. part contre 234.000 €, dans l’estimation fixée entre 230 et 280.000 €.

La troisième de la bande, la DeTomaso Pantera Groupe 3, estimée entre 120 et 150.000 € n’a pas trouvé preneur.

Les autres grosses cotes

Pour les grosses cotes, les Porsches n’ont pas eu de succès. L’Alpine A110 1600S de 1971 estimée entre 90 et 110.000 € n’a pas non plus séduit. Côté Jaguar, la première Type E, un Coupé 3.8 Litres de 1963 estimée entre 80 et 100.000 € atteint 98,400 €, tandis que la seconde était une véritable affaire : un cabriolet 4.2 litres estimé entre 90 et 130.000 € et parti pour 73.200 €.

Les françaises de la Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019

Les autos françaises étaient en nombre pour cette vente. On avait noté plusieurs avant-guerre. La Ballot 2LT de 1927, estimée entre 25 et 30.000 € part à 18.000 €. La curieuse UNIC de 1933 carrossée comme une évocation d’une Bugatti Type 57 Atalante, estimée entre 40 et 50.000 € dépasse l’estimation à 54.000 € !

Toujours dans les avant-guerre, la Renault qu’on retrouve, une Nervastella, et son 8 cylindre, estimée entre 50 et 60.000 € part pour 55.200 €.
Plus populaires, deux autos de 1938. La Simca 5 Découvrable estimée entre 6 et 10.000 € atteint 7800 € tandis que la célèbre 202, Félicie (on en dit plus par ici) estimée entre 6 et 9000 € ne se vend pas.

Après-guerre on retrouvait une Simca 8 de 1950, estimée entre 5 et 8000 € et partie à 6600 €. Une Renault 4CV découvrable estimée entre 19 et 23.000 € se vend contre 18.000 € tandis que la Frégate Transfluide est vendue pour 8520 € (est. 10-14.000 €). La Matra Djet VS, prête à courir, estimée entre 40 et 50.000 € ne se vend pas.

Enfin deux youngtimers notables. La première une 205 GTI était estimée entre 8 et 12.000 € et part pour 11.400 €, le prix “normal” d’une auto dans cet état et avec ce kilométrage. L’autre, une rareté, une CX Concorde, dont seulement trois exemplaires était estimée entre 30 et 50.000 € mais se contente de 18.000 € sous le marteau.

Pour la plage :

On retrouvait plusieurs françaises “de plage”. La plus emblématique, la Méhari “normale” la Orange part pour 10.200 € (est. 9-11.000 €), tandis que la 4×4 atteint 13.800 € (est. 15-18.000 €). Côté française, on retrouvait la JP4 que nous avions essayé quelques jours plus tôt, c’est à voir par ici, qui part pour 14.400 €.

D’autres remarquables de la Vente Osenat d’Epoqu’Auto 2019

On termine avec quelques autos qui nous avaient marqué dans le catalogue. D’abord une rare “Mini”, une Riley Elf Clubman de 1974, rare auto en France, estimée entre 10 et 14.000 € et partie pour 10.800 €. On ajoutait les deux Jaguar XK120 FHC, la blanche de 1952 et la verte de 1953 qu’on avait essayé (c’est par là). Estimées toutes deux entre 70 et 90.000 € toutes les deux, la première atteint 67.200 et la seconde 66.000 €.

On retrouvait encore l’accent italien, avec un autre V6 Dino, mais en 2L, sur une Fiat du même nom de 1967 estimée entre 30 et 35.000 € et partie à 34.200 €. Côté américaines, la vente était bien pourvue. On avait noté une Corvette 427 Turbo Jet de 1966 partie à 63.200 € et une imposante Lincoln V12 Convertible de 1947, estimée entre 40 et 50.000 € qui atteint 43.200 € sous le marteau.

Si vous visiez d’autres autos, les résultats complets sont à retrouver ici.

Pour terminer, quelques photos supplémentaires de la vente, histoire d’avoir un aperçu du monde présent !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.