Rassemblement du Siècle

Rassemblement du Siècle : Citroën a frappé fort à la Ferté Vidame

Oui, c’était bien ce week-end. Normalement vous aviez entendu parler à l’avance. Si vous habitez le Perche, la concentration de deuches, DS et Traction sur les routes vous aura mis la puce à l’oreille. Le Rassemblement du Siècle a été remarqué… et il a été remarquable. On vous propose d’en faire le tour.

Arriver à l’entrée, ça se mérite !

Après avoir commencé à croiser des Citroën dans tous les sens sur la N12 puis sur les axes menant à la Ferté Vidame, nous voilà… bloqués. Nous sommes Samedi, il est 10h15 et on se croirait place de l’Étoile à 19h… Rien n’avance. En fait peu d’axes convergent vers les lieux. Et comme les visiteurs n’entrent pas par les mêmes accès que les collectionneurs inscrits, ça se croise sur de minuscules routes dans un joyeux bazar.

Du coup, tant qu’on a encore un poil de réseau, c’est l’occasion de se renseigner sur les lieux. La Château de la Ferté Vidame a eu de gros problèmes aux XVIIIe. Vendu à un entrepreneur qui disperse ses matériaux pour les revendre, il connaît une histoire à rebondissement. La famille d’Orléans essayera bien de lui redonner de sa superbe mais il ne pourra que restaurer le “Petit Château” (les dépendances). Le château de la Ferté Vidame a cependant un gros atout : son immense parc. Il est utilisé pour des fêtes de l’aviation et des courses hippiques dans les années 20 et 30.

Citroën rachète les lieux au début des années 30… juste avant la faillite. Ce sont donc les chevrons sauce Michelin qui transformeront les bois en un centre d’essai toujours très utilisé par le groupe PSA. Le château, lui, n’a pas bougé et sera donc le décor de ce Rassemblement du Siècle, cinq ans après avoir accueilli les 80 ans de la Traction.

4600 autos pour le Rassemblement du Siècle

Après les embouteillages, nous voilà arrivés. Commençons par faire le tour des immenses aires réservées aux collectionneurs.

Les Traction se taillent la part du Lion

Impressionnant. Dans l’immense parc à l’ouest du château, on rentre pour se prendre une vague noire dans la figure. Les Traction sont bien présentes et elles ont un des meilleurs emplacements de ce Rassemblement du Siècle.

Citroën a eu la bonne idée de “ranger” proprement les autos. Plus on se rapproche du château, plus les Trac’ sont anciennes. Alors qu’au bout on trouve surtout du noir et au final assez peu de modèles différents (hormis quelques autos affichant fièrement les périples qu’elles ont couvert), on retrouve près du château des pare-chocs différents, des 7 également, des couleurs qui varient plus, et même une belle quantité de vrais et faux cabriolets (on ne parle pas de leur authenticité, mais bien de leur désignation commerciale de l’époque).

Un horizon de DS au Rassemblement du Siècle

Elles ne sont pas dans l’axe du château mais l’allée qui les sépare des Traction permet de dominer le champ de bataille. Je n’ai JAMAIS vu autant de Citroën DS et ID réunies au même endroit. L’horizon est tout bonnement impressionnant et il sera bien compliqué de compter les autos.

Comme pour leurs devancières, plus les autos sont à l’est, plus elles sont anciennes. L’avantage c’est que la large gamme des DS et ID fait qu’on retrouve des beautés dans toutes les travées. Les breaks sont autant de sortie que les 23 ie, les ID et DSuper sont là également.
Proche de la tente Aguttes, on en reparle plus bas, on retrouve les carrosseries spéciales, Coupés et Cabriolet Chapron (et usine) en tête.

Les “propulsion” ne font pas de la figuration

La crainte de certains était que les autos représentant vraiment les débuts de l’histoire de la marque n’aient pas fait le déplacement. Au final celles que les puristes appellent globalement les “propulsions”, sont bien représentées. Alors évidemment on ne parle pas ici de centaines d’autos. Mais elles sont suffisamment représentées pour qu’on ne les oublie pas.

SM, CX et récentes excentrées

Il fallait chercher un peu pour les voir En effet il fallait tout le parc pour caser autant d’autos et certaines sont devant le château, côté est donc. Au premier rang on retrouve Sa Majesté SM. Étonnant de voir le nombre de 6 cylindres rassemblés. Étonnant aussi de voir les versions. Quelques américaines sont de la partie, des versions préparées aussi. On retrouve également une Opéra ! En tout cas, s’il n’est pas aussi grand que celui des Traction ou DS, le nombre de SM fait plaisir à voir.

Ensuite on remonte vers notre époque en découvrant les travées adjacentes. On passe à la CX, là aussi représentées par toutes les versions, des 2.5 diesel aux GTI, du break au Tissier.

Suivent vraiment les plus récentes. Le Rassemblement du Siècle c’est toutes l’histoire de la marque et il faut que tous les modèles soient représentés. Ainsi on passe en revue les XM, les Xantia, quelques Xsara et pour terminer les C5 phase I et II, mais surtout un impressionnant regroupement de C6.

Byclindres sous les arbres

Pour retrouver les deuches, c’est à l’extérieur. Et ce qu’il faut noter c’est que ces populaires sont accessibles sans avoir besoin de s’acquitter des 12€ de l’entrée. Deux plans d’eaux sont en effet séparés du parc principal par les grilles et la route. Autour de ces plans d’eaux, des allées ombragées envahies par les bicylindres.

Les premières auto que l’on voit sont des autos… qu’on a déjà essayé il n’y a pas si longtemps. Les Dyane dans un premier temps (à revoir par là) et les Ami (à revoir ici). Evidemment la variété est ici amenée par les couleurs de carrosseries (pas tant pour les Dyane d’ailleurs) mais aussi et surtout par les états des voitures. Du jus d’époque au bel état en passant par la restau concours, on trouve de tout.

Ensuite on retrouve un impressionnant alignement de deuches. On parle ici des dernières versions de la voiture, avec 602, et des couleurs très variées. On peut détailler les différences entre les autos tranquillement car au final la grande foule n’est pas ici.

Étonnamment les Méhari sont bien peu nombreuses. On enchaîne donc direct avec deuches les plus anciennes. Les pré-6 sont rassemblées ensemble et à part… dommage qu’elles n’aient pas été avec les autres deuche, là elles semblent relativement peu nombreuses. On note aussi la présence d’une rare Dagonet.

On oublie personne au Rassemblement du Siècle

Entre les deux travées, le long d’une route on retrouve… toutes celles dont on a pas encore parlé. Et il y en a ! On commence par le bout avec de beaux camions. Les Type H et 23 sont mélangées et font ressortir les belles peintures de leurs carrosseries. En face on retrouve des Xsara musclées, et un regroupement de sport avec notamment une MEP, un étrange proto et une BX 4 TC !

En redescendant vers le château, justement, on en voit des BX. Mais aussi des GS, nombreuses, des LN, un peu moins, des AX… bref là on rassemble les oubliées de l’histoire Citroën. Celles qui ne sont que trop peu mises en avant par les grandes expos. Pourtant elles sont toutes aussi adorées, il suffit de voir l’état concours de certaines pour s’en convaincre !

La vente Aguttes et ses trésors

Une fois qu’on a fait le tour de toutes ces autos, direction l’espace réservé à la vente Aguttes. En attendant les résultats, si vous voulez quelques infos sur les autos exposées, je vous renvoie à cet article.

La vente du siècle présente en effet quelques beaux spécimens. Celle dont on est la plus fière est bien mise en avant. C’est un faux-cabriolet 7C en superbe état. Déjà c’est remarquable. Et en plus il est venu au Rassemblement du Siècle… par la route depuis la Suède !

On vous tiendra vite au courant des résultats de la vente.

Citroën avait sorti ses joyaux

Forcément Citroën ne pouvait pas laisser à ses propriétaires le soin de construire l’exposition. Du coup on trouvait un bel espace du côté du chapiteau officiel. Si celui-ci abritait surtout deux concept cars, une rétrospective de modèles de route et de compétition de la marque côtoyait la gamme actuelle sur le côté du château. Une belle expo dont la scénographie rappelait celle de Rétromobile, mais en bien plus grand.

Près de l’espace partenaire on retrouvait ensuite trois chapiteaux avec des autos notables. Le premier abritait un hélicoptère équipé du birotor. Dans le second et la première partie du troisième ce sont des prototypes qui sont exposés, mais aussi quelques pièces intrigantes comme ce tracteur ou cette moto à moteur GS.

Enfin, quatre autos focalisaient l’attention des visiteurs. Ce sont les autos présidentielles, des 15-6 carrossées par Franay et Chapron, mais aussi l’impressionnante DS !

Partenaires et vendeurs ont répondu à l’appel

À côté de ces chapiteaux on retrouvait les tentes accueillant les partenaires de l’événement, notamment le camion Total qui sera un bel abri au moment des quelques averses qui émailleront l’après-midi. Mais surtout on retrouvait ici la DS de présentation du salon 1968, celle qui montrait l’intérieur en enlevant les portières gauches, et les phares directionnels. Un bon spot photo.

Ensuite on passait à l’espace bourse. Et il était impressionnant. Beaucoup de salons aimeraient avoir autant d’exposant que le Rassemblement du Siècle Citroën. Restaurateurs, services, detailling, documentation, pièces à profusion sortant de granges ou de refabrication, je ne m’attendais pas à ça… et les vendeurs non plus !

Conclusion, le Rassemblement du Siècle portait bien son nom

Les organisateurs avaient vraiment mis les petits plats dans les grands pour ce Rassemblement du Siècle et le succès de l’événement montre qu’ils ont eu raison de le faire. C’était une vraie fête populaire et bon enfant. Le public était nombreux et brassé, les autos au rendez-vous et variées, vraiment bien. Les difficultés de circulation et l’absence presque totale de réseau téléphonique auront été oubliés par la qualité du rassemblement.

Il convient enfin de souligner qu’en France… seul Citroën peut faire ça. Sans faire offense à Renault et Peugeot, leur communauté n’est pas aussi forte et ne se rassemblera jamais aussi nombreuse pour un événement où seul un tour de circuit d’essai est proposé en plus des (nombreuses) expositions. Et certains étaient venus de loin ! Chez News d’Anciennes, JP et Nath avaient fait le déplacement depuis Marseille, en Traction et vous le raconteront prochainement. Mais du côté des autos, les plaques belges et néerlandaises étaient de sortie en nombre. Et côté visiteurs, on trouvait des américains, canadiens ou australiens !

Une magnifique démonstration de passion, tout simplement.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

21 commentaires sur “Rassemblement du Siècle : Citroën a frappé fort à la Ferté Vidame”

  1. En fait fallait-il venir le samedi pour voir un maximum de voitures mais resté bloqué dans les bouchons ou venir le dimanche où la circulation était fluide mais où les voitures étaient parties ? Si j’avais su je serais quand même venu le samedi, car dimanche les voitures sur les parkings des collectionneurs étaient plutôt éparses, surtout du côté des DS, et des SM ! Et nous n’avons quasiment pas vu d’Ami ou de Dyane, BX, GS, AX… Certes il en restait tout de même assez (peut-être un quart, même pas sûr…) pour admirer les séries B, C, Rosalie, Tractions, mais le prix de l’entrée (de 12 €) est le même !
    La prochaine fois je le saurais .. dans 100 ans !

  2. Les encombrements sont pénibles sur le coup surtout pour qui a l’ habitude des manifestations britanniques ou allemandes qui arrivent à faire passer xxxxx autos et visiteurs avec fluidité, MAIS une fois passé ce temps d’ attente le spectacle était là et bel et bien là. Il se méritait et personne n’a pu être déçu donc d’une part bravo à l’organisation ( la critique est facile l’art est difficile) et merci à ces milliers de collectionneurs d’avoir (si bien) joué le jeu… Une suggestion pour d’ autres centenaires : à Laguna Secca il y a une quantité de gplfettes électriques pour véhiculer les jambes (trop) agées , des golfettes conduites par des couts auraient permis aux personnes agées de tout voir. Bravo c’était superbe et bravo aussi pour cet article qui a tout retranscrit.

  3. En effet le samedi les voitures étaient mieux stationnées par modèles que le dimanche, ce qui faisait penser qu’il y en avaient plus..mais samedi il a plus fort par 2 fois. donc des départs avancés ( nos voisins par ex. )…Le dimanche c’était l’anarchie du stationnement sauvage car tous voulaient se garer dans les allées de circulation du parc du château et donc sous les arbres ont trouvait de tout mais mal garé ! Manque de bénévoles et de briefing des présents évident ! Pour l’entrée payante…il y avait personnes au niveau des entrées voitures et piétons en partie haute du parc dimanche vers 10 -11 h…vu après passage en caisse,.malgré tout, beau rassemblement en mémoire de la production de la marque. On a même vu la 2 CV du film du Corniaud, : elle va beaucoup moins bien marcher, maintenant…..qu’est ce que je vais devenir : piéton…..ptite phrase entendue d’innombrable fois et adapté au site, .et oui il fallait marché beaucoup pour tout voir sur ce très grand site de la Ferté Vidame accessible par de simple route Rd ou Rc…..

  4. une excellente et très belle réussite qui efface le rassemblement fiasco d l’ ICCR en Hollande
    bravo et félicitations aux organisateurs pour la gentillesse et la bonne humeur dont tout le monde à fait preuve

  5. en tant que bénévole, j’ai pu m’y rendre vendredi et samedi.
    Le rassemblement était exceptionnel et de gros moyens ont été mis en place pour satisfaire les exigences des collectionneurs et des visiteurs.
    les animations étaient vraiment au top avec de nombreuses surprises comme les 2cv ressorties du toit de la ferme, les fausses interventions pompiers en anciens camions, la tour Eiffel publicitaire, l’écriture des lettres C I T R O E N dans le ciel, les discours officiels dont celui d’un des petits fils d’André Citroën, particulièrement émouvant, les concerts, le dîner de gala, l’accès à un parcours sur le centre technique PSA (une première depuis l’ouverture en 1938), la radio éphémère 107.2, la méhari du gendarme de St Troppez, le démontage remontage DS, l’artisanal local dans la rue du village, l’ancienne auto école réhabilitée en exposition historique du village, la collection Citroën officielle, les deux protos 1919 et Ami1, l’hélicoptère, le feu d’artifices…
    Bref, un dispositif exceptionnel sans précédent.

    Coté collectionneurs, un maximum de caisses carrées d’avant guerre, de traction, 2cv, DS, SM, CX, XM, C6, Ami et pas mal d’autres anciènnes mais quand même, certains modèles étaient mal représentés ! les récentes Saxo, Ax, C1, C2, C3, C4, C5, C8, DS3, DS4, DS5 et utilitaires modernes auraient mérités d’être exposés. dommage qu’il n’y ai pas eu plus de motivation de leurs propriétaires !

    Peut être seront elles plus présentes dans 50 ans !!

    1. Salut, j’y étais avec une récente, mais assez rare, C-elysée. Jugée trop banale par l’organisation, j’ai été relégué, avec toutes les autres autos dont tu parles, DS4, DS5, saxo etc… non pas sur le site du château mais dans l’avenue du Gal de Gaulle, à 500 mètres. Donc personnes ne nous a vu. C’est ma seule déception de ce rassemblement. Pourtant nous avons payé les mêmes droits d’inscription que les possesseurs de DS ou traction… J’ai du faire le forcing à l’entrée du château samedi pour qu’on me laisse y rentrer ma voiture et faire le tour du circuit.

  6. j ai passé un samedi magique avec presque tout les modéles de la marque représentés malgré les orages imprévisibles en prime une exellentes organisation toujours souriante bravo

  7. Fabuleuse concentration des collectionneurs du monde entier ; France ,Grande Bretagne , Hollande , Belgique , Allemagne , Suisse , Autriche , Italie , Espagne , Portugal ,Tchécoslovaquie…etc et j’en oublie .
    C’est à eux , aux hommes de Citroën et aux clubs organisateurs qu’on doit la réussite de cet évènement exceptionnel !
    Mais pas à PSA incapable d”assurer la logistique nécessaire à une telle manifestation entre 4 et 6000 collectionneurs inscrits donc ayant payé cher pour y être . Pas de réseau téléphonique alors que le renforcement pouvait être prévu à l’avance empêchant les transactions et l’unique distributeur de billets du village de fonctionner !
    Scandale des campings où des le vendredi après midi on a envoyé les campeurs ayant réservé et payé 25€ et plus sur un champ devant servir de parking public et rebaptisé C5 ( je crois) sans éclairage ni gardiennage avec un sol mal préparé ayant percé notre tapis de tente , sans navette pour rejoindre le château et surtout sans toilettes . Victime de dérangement
    j’ai du parcourir 3 fois dans la nuit noire plus de 1 km en traversant 2 routes , un bosquet et 2 campings 1/2 .
    J’ai souvent fait du camping mais jamais dans ces conditions .” Shame on you !” comme disent nos amis américains .
    Les concerts Bony M et Blues brothers ont été excellents . Ouf ! Et il parait que le feu d’artifice auquel je n’ai pas pu assister (devinez pourquoi ) était réussi . J’oubliais bien sur les embouteillages qui paraissaient organisés par Thierry Dubois ! Heureusement on était entre citroënistes donc gens plutôt bien élevés et respectueux mais il y eut quelques facéties bien involontaires . Le passage sur la piste d’essais fut excellent bien accompagnés par les gens de Citroën . Il y eut bien quelques animations mais l”ensemble manquait d”entrain voir de panache avec la facétie des chenillettes venues de Paris sur plateau et dont l’une a trouvé moyen de tomber en panne lorsqu’elles furent libérées quelques kilomètres avant l’arrivée au rassemblement (où était npassé l’esprit de ces explorations,)! Et les dépendances du château auraient mérité une restauration pour cet évènement , les ruines elles-même ayant pu être mises en valeur !
    Donc un immense merci à tous les participants qui ont perpétué l’esprit Citroën en venant de toute l’Europe avec leurs véhicules y compris d’avant guerre . Mais PSA ne s’est pas investi à la hauteur de l”évènement et doit surtout permettre à Citroën de rester fidèle à sa tradition d’innovation car la gamme actuelle est timorée et nous incite à conserver nos anciennes voitures , voir à passer à une concurrence bien plus innovatrice comme les Toyota hybrides .
    Donc au bilan je suis revenu à la fois ravi de la célébration et de la découverte du centre d’essais de la Ferté-Vidame , épuisé par les conditions matérielles , mais aussi dépité et inquiet pour l’avenir de Citroën .
    Encore bravo à tous les participants !

  8. Merci pour reportage qui reflète le Centenaire CITROËN ! J y suis arrivé des jeudi vers 14h avec ma DS 19 blanc carrare de 1968. Vous l avez prise en photo nmr 12 avec le break vert. Passionné de CITROËN et de DS je me suis éclaté pendant 3 jours. Je n avais pu assister au 50 et 60 ans de la DS mais la j ai rattrapé mon retard. Je remercie tt spécialement Mr. Henri-Jacques CITROËN et sa fille Anne-Rosalie pour leur gentillesse et accessibilité. Pris en photo par Anne ! Idem pour l organisateur dont j ignore le prénoms ainsi que
    François Allain sans oublier Mr André De St Sauveur ! C était génial !

  9. J’ai publié un commentaire hier , le 3° . Il n’y est plus aujourd’hui . Pourquoi ?
    Car passionné de Citroën j’abordais des problèmes d’organisation qui auraient du être pris en compte par PSA qui seul avait l’envergure nécessaire pour obtenir une couverture hertzienne renforcée .
    Merci de remettre mon intervention sur votre excellent blog .
    Amitiés .

  10. Merci beaucoup pour cet article. Un événement digne du très grand homme qu’était André Citroën, incroyable, j’aurai tellement voulu y être.
    Pourriez vous faire un article sur les Citroën Made in Slough qui devaient certainement être aussi présentes à ce rassemblement ?

  11. Bravo Benjamin, encore un superbe reportage, ça me donne encore plus de regrets de ne pas avoir pu venir et connaissant le lieu, il est plus facile de se faire une idée de la réussite de cette manifestation exceptionnelle.

  12. Certainement un des meilleurs résumés de ce centenaire que j’ai pu voir et où on a encore l’impression d’y être
    C’est certain que la journée du samedi a été chargée et qu’il était préférable d’y être de bonne heure
    Pour avoir participé en partie à l’organisation je peux dire que le temps est un des paramètres de la réussite même si la pluie du samedi en a surpris et désorganisé le déroulement des festivités
    C’est certain que seule une marque comme Citroen pouvait rassembler autant de véhicules ayant pour certains l’âge de la marque
    Le marketing de la marque devrait utiliser la notoriété que l’image Citroen représente
    S’en rendaient ils compte ?

  13. Présent dès le jeudi jusqu’au samedi soir, il est vrai que l’organisation à été particulièrement débordé, il faut savoir que la précédente organisation avait été viré quelques semaines auparavant pour des raisons qui ne nous appartiennent pas de juger. Gageons qu’ils avaient ans doute des raisons valables, bref la nouvelle organisation s’est faite noyé et débordé c’est un fait, mais au demeurant sympathiques et soucieux de faire au mieux. Bloqué dès le jeudi soir! L’inscription ça ira peu d’attente, une demi heure…. Mais alors que je sortais du “sas inscription” désirant rejoindre le camping sur la droite on m’enjoindra de partir par la gauche et faire un tour! L’erreur!!! On s’est retrouvé dans la file inscription depuis le tout début sans pouvoir ne s’y en extraire !!! Je ne sais quelle lubie leur était passé dans le cerveau: voiture +caravane dans les bouchons, super pratique! Les autos chauffent, ventilent mal, etc etc. Sans doute pour mettre à l’épreuve nos autos avant l’embouteillage du samedi matin pour rejoindre le circuit? 😀 Le camping quelque peu déçu, un espace rétro camping était prévu, mais c’est en fait un joyeux bord…l chacun se pose où il peut….le vendredi nous noterons rien de particulier, circulation normale une chaleur étouffante (citroen n’y est pour rien… lol ) un panel de véhicules bluffant, un bouchon mais en piéton pour la restauration de midi, pas assez de stands pour délivrer les jetons, tant pis on refait un tour et on mangera en décalé… Le samedi matin on se repaie un formidable bouchon, on pense que c’est l’accès au circuit qui bouchonne mais même pour accéder au chateau, on ne peut s’y en extraire…. Bizarrement tout se débloquera d’un coup facilement et simplement alors qu’on ne pensais plus accéder au circuit que bien plus tard, on peut y accéder presque facilement!!! Je soupçonne la gendarmerie que l’on voit remonter tout le le bouchon?! j’imagine qu’elle a pris alors les choses en main les choses et gérer la circulation. Quelques couacs mais un évènement que je ne regrette pas, je l’ai vu, et fait, il est certain que jamais un tel événement ne se reproduira pour nous! (pour le bicentenaire je crains d’être retenu au cimetière….) Il n’y aura que des ICCR pour cela désormais :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.