Le Biscione en Sport Protos, l’Alfa Romeo T33, partie 1, 1967-1970

On dit Alfa Romeo T33, mais en fait on devrait dire LES Alfa Romeo T33. Ces superbes prototypes se sont succédés durant près de 10 ans sur les pistes d’endurance du monde entier. On vous propose de découvrir son histoire, en commençant par la période allant des débuts en 1967 à 1970.

Sommaire :

L’Alfa Romeo T33 en 1967
L’Alfa Romeo T33 en 1968
L’Alfa Romeo T33 en 1969
L’Alfa Romeo T33 en 1970

La conception de l’Alfa Romeo T33 2L

Quand Alfa Romeo décide de se lancer en sport prototype, nous sommes au milieu des années 1960. La première voiture est construite en 1965.

Sur un châssis tubulaire, on greffe une carrosserie de barquette avec un sommaire saute-vent. Derrière la tête du pilote, un “Periscopo”, amène l’air au moteur situé en position centrale arrière.

Au départ ce moteur est un 1600 puis le moteur de l’Alfa Romeo TZ2, mais ce n’est qu’en attendant ce qui fera vraiment démarrer le programme de l’Alfa Romeo T33 2L, le V8.
Ce moteur apparaît en 1966. C’est un V8 classique à 90° de 1995 cm³ qui sort tout de même 270 ch !

Début en course sur l’année 1967

Une fois la voiture prête, l’Alfa Romeo T33 est engagée en Championnat International des Constructeurs. Les Porsche 910 et 906 seront ses principales rivales dans la catégorie 2L.

Après avoir manqué Daytona, la saison de l’équipe Autodelta commence aux 12h de Sebring. Trois voitures sont engagées, mais deux sont sur place. Les 9e (de Adamich / Zeccoli) et 21e places (Bussinello / Galli) aux essais ne sont pas convertis, deux abandons.


Dès la semaine suivante les autos sont au Mans pour les test des 24h. Avec les 10e, 12e et 25e places, on est satisfait, en même temps c’est la première place en 2L qu’obtiennent de Adamich, Zeccoli, Bussinello et Rolland.

A la Targa Florio, les Alfa Romeo T33 sont quatre. L’ambition est grande mais les résultats ne sont pas là. La voiture de de Adamich / Rolland et celle de Bonnier / Baghetti cassent leurs suspensions avant sur les routes siciliennes. Geki et Todaro sortent de la route et il n’y a à l’arrivée que la voiture de Galli / Giunti qui arrivera hors délai !

Trois voitures sont présentes aux 1000km du Nürburgring. Les autos sont bien qualifiées, 11e, 14e et 16e. Mais la 11e place de de Adamich et Galli ne servira pas, ils abandonnent sur une rupture de suspension avant, Geki et Baghetti sont trahis par leur boîte. Pourtant de Adamich et Galli seront classés, puisqu’ils sont rebasculés sur la troisième voiture. Cette auto prévue pour Bussinello et Zeccolli finit à une belle 5e place derrière une armada de Porsche 910.

Fin de saison très compliquée

Les trois voitures sont engagées aux 24h du Mans mais ne se déplacent pas… On les retrouve alors au Mugello fin Juillet. Mais une nouvelle fois, la course se solde par trois abandons ! C’est le moment de la saison des courses de côte mais la voiture est disqualifié à Ollo-Villars, trop lourde.
Heureusement, une course Italienne à Vallelunga leur redonne le sourire, les autos font le doublé !

La voiture va venir en France aux 1000 km de Paris. Mais Jean Rolland sort de la piste aux essais et se tue.

C’est la fin de la saison pour l’Alfa Romeo T33. L’écurie termine 7e et dernière classée avec les deux seuls points récoltés au Nürburgring.

A la fin de l’année est présentée l’Alfa Romeo T33 Stradale. Une beauté qui mérite un article complet qui arrivera bientôt.

L’Alfa Romeo T33/2 se dévoile pour 1968

La carrosserie est complètement remaniée pour la saison 1968 du Championnat International des Marques. C’est contre les nouvelles Porsche 907 que les autos seront alignées.

Grosses ambitions pour le début de saison 1968

C’est aux 24h de Daytona que démarrera la saison. Autre autos traversent l’atlantique pour la course, avec une 5e en réserve. Très vite la voiture de Galli / Giunti est éliminée sur une sortie de route aux essais. Trois Alfa seront donc au départ, Schütz / Vaccarella seront 9e, le grand Mario Andretti et Lucien Bianchi partiront 11e et Casoni / Bascaldi et Zeccolli partiront de la 13e place.

Mais en course, cela se passe beaucoup mieux. En effet, les autos accrochent les 5e, 6e et 7e places, derrière les Porsche, dont celle de Vic Elford, récent vainqueur du Monté Carlo. L’histoire de sa folle semaine, et celle de la course sont dans cet article.

Deux mois plus tard, les deux autos envoyées aux tests des 24h du Mans prennent les 6e et 8e places. Le même week-end trois autos courrent à Brands Hatch mais l’Alfa Romeo T33/2 n’est pas forcément plus fiable que sa première mouture, deux autos y abandonne… La troisième ne prend qu’une modeste 14e place.


Les résultats sont bons en Italie puis en Allemagne

Étonnamment, seules deux voitures sur les cinq engagées sont présentes à Monza, à domicile. En fait les voitures d’Autodelta sont à la maison, les deux présentes sont celles du Racing Team VDS. Elles abandonnent toutes les deux sur des problèmes moteurs…

Mais quelques jours plus tard, ce sont six voitures qui prennent part à la Targo Florio. Deux sont confiées aux belges du Racing Team VDS et pilotées par Pilette / Slotmaker (#178) et Gosselin Trosch (#180).
Autodelta de son côte compte donc quatre Alfa Romeo T33/2, confiées à Baghetti / Biscaldi (#182), Giunti / Galli (#186), Bianchi / Casoni (#192) et Vaccarella / Schütz (#220).
Les autos vont se révéler bien plus fiable qu’auparavant. La 220 va bien abandonner sur sortie de piste et la 178 va rencontrer des problèmes de suspension avant. Mais pour les autres, tout se passe bien. La 186 se classe deuxième et gagne la classe des 2Ldevant la 192 troisième. La 178 finit 5e et la 182, 6e. Très beau résultat.

Même rengaine en Allemagne pour les 1000Km du NPurburgring. Deux T33/2 belges complètent les quatre Alfa Romeo T33/2 engagées officiellement par Alfa Romeo Deutschland. Une des autos officielle ne prendra pas le départ. Pour les trois autres, ce seront les 5e, 7e et 10e places. Bonne nouvelle, la 5e place est également synonyme de victoire en 2L Les autos belges arrivant loin, aux 13e et 29e places.

Fin Mai aux 1000 Km de Spa, le Racing Team VDS est chargé des deux voitures présentes. Malgré tout les résultats ne sont pas là, les autos finissent 12e et 16e.

Un été sur tous les fronts

L’été est mis à profit pour limer le bitume en Allemagne, dans des courses de l’ADAC, en course de côte, mais aussi au Bénélux et en Italie. Au final, les T33/2 gagnent à Vallelunga, Zandvoort, Koksijde ou Wunstorf.

Les sorties internationales sont pour le Mugello. Sur cinq voitures engagées au Grand Prix, trois abandonnent. Par contre Bianchi, Vaccarella et Galli gagnent, Slotemaker et Trosch se classent 5e.
Au Grand Prix de Suède, les belges sont 4e et 6e.

Aux 500km de Zelteweg, ces mêmes autos du Racing Team VDS se classent 4e et 12e.

Le 15 Septembre, les autos belges sont à Hockenheim ou une seule auto finit, mais à la 5e place. Les italiennes sont elles aux 500km d’Imola. Elles y signent tout simplement un triplé, Vaccarella / Zeccolli devant Giunti / Galli et Casoni – Dini.

Les 24h du Mans 1968

Contrairement à 1967, les Alfa Romeo T33/2 sont bien présentes aux 24h du Mans 1968. Autodelta engage 4 autos, les n°38 pour Facetti – Dini, 39 pour Giunti – Galli, 40 pour Casoni – Biscaldi et 41 pour Vaccarella – Baghetti.
Le Racing Team VDS confie lui la n°37 à Pilette et Slotmaker et la 65 à Trosch – von Wendt. Les qualifications ne sont pas exceptionnelles, la meilleure (n° 41) ne prenant que la 14e position.

En course, Galli et Giunti vont animer une partie de la nuit dans leur bataille contre l’héroïque Henri Pescarolo dans sa Matra MS630 privée d’essuie glaces. Et c’est la bataille pour la seconde position dont il s’agit, derrière la Ford GT40 des futurs vainqueurs.

Finalement les Alfa vont rétrograder devant la remontée des Porsche. Trois autos vont abandonner, trahies par leur moteur.
Mais les autres sont bien à l’arrivée. La 39 est 4e, la 38 la suit et la 40 termine 6e. Modeste récompense après avoir raté le podium, la 39 remporte la classe des 2 litres.


Fin de saison avec les belges comme animateurs

Le Racing Team VDS ne s’arrêtera pas sur la déconvenue du Mans. Aux 1000km de Paris, le moteur trahira Pilette et Slotemaker.
Enfin, les deux autos se rendront aux 9h de Kyalami, sans les Autodelta, qui ont annulé leur venue, mais la seule classée est 23e.

L’Alfa Romeo T33/3 essaye de faire rentrer Autodelta dans la cour des grands

Elle reste une T33 mais presque tout change !

En 1968 déjà, un changement de réglementation est à noter dans le milieu des prototypes. Ils sont alors limités à 3L de cylindrée, comme en F1 !

Heureusement, le V8 alu est prêt pour ce changement. Alfa Romeo augmente l’alésage et la course, change la culasse qui passe à 4 soupapes par cylindre et l’équipe d’une pompe à injection Lucas. Le nouveau V8 sort 400 chevaux, et il est accouplé à une boîte à 5 vitesse. La puissance es, malgré tout, trop grande pour l’ancien châssis.
Celui-ci est revu en profondeur et il devient une monocoque en aluminium. A l’avant les suspensions adoptent la double triangulation, à l’arrière des triangles inversés avec bras oscillants font leur apparition.

La carrosserie change également, elle devient un très élégant Spyder. Maintenant, Alfa Romeo ne vise plus que les victoires de classe, mais aussi les victoires finales !

Les T33/2 et T33/3 ensemble en piste

La saison des Alfa Romeo commence aux 24h de Daytona, mais ce n’est pas Autodelta qui se déplace mais une écurie Péruvienne, Dibos, qui engage une T33/2 pour Eduardo Dibos et Mario Calabattisti. D’ailleurs l’auto est une évolution équipée d’un V8 de 2462 cm³. Qualifiés 20e, une sortie de piste met fin à leur course.

On retrouve ensuite les Alfa à Jarama, où les belges vont briller, eux aussi avec le nouveau V8. Pilette gagne la course et Gosselin fait 4e.

Finalement la saison de la T33/3 commence aux 12h de Sebring. Autodelta avait prévu une 2L, au cas où, mais ce sont bien trois nouvelles autos qui se présentent au départ. La n°32 sera pilotée par Casoni et de Adamich, la 33 par Vaccarella et Bianchi et la 34 par Galli et Giunti. Les deux premières autos vont abandonner sur des problèmes de surchauffe, la troisième sur un soucis de roue. Le manque de fiabilité rattrape les Alfa Romeo T33.

Aux tests du Mans, la T33/3 signe le 6e chrono mais les soucis de fiabilité sont bien présents. Surtout, le capot avant s’ouvre à pleine vitesse. Alfa fait revoir les attaches. Bianchi reprend la piste le Lundi, mais une nouvelle fois les attaches cèdent. Peu avant Mulsanne, l’auto est forcée de ralentir, mais Bianchi perd le contrôle en se rangeant sur le bas côté. L’auto percute un poteau et Bianchi meurt, prisonnier des flames.
Les 2L du Racing Team VDS sont performantes en prenant les 8e et 12e places. Autodelta décide alors de revoir sa copie. la 3L est retirée des divers engagements.

Les T33/2 redeviennent des fers de lance du printemps

Les autos belges sont les seules présentes aux 6h de Brands Hatch. Slotemaker et Pilette sont les seuls à l’arrivée, à une modeste 9e place.

Aux 1000km de Monza, elles sont 5. Les privés se multiplient et il faut faire briller les autos en l’absence des voitures officielles. Le Racing Team VDS engage ses deux voitures, Pilette et Slotemaker se classent 8e, l’autre auto abandonne. C’est la La Scuderia Madunina qui classe la meilleure auto, un coupé qui termine 7e et remporte la classe Sport 2L. La Scuderia Trentina avec Zadra et Della Torre prend la 10e place et la victoire en Proto 2L. La voiture de la SCAR Autostrada abandonne.

A la Targa Florio, Autodelta se présente avec trois 2L qui abandonnent. Seule la voiture de la Scuderia Madunina termine, à une belle 5e place, en tête des 2L !

Aux 1000 km de Spa, seule Pilette et Slotemaker terminent la course, à la 6e place. Le même jour, deux autos sont confiées à Alfa Romeo Deutschland qui font le doublé à Faßberg en Sport 2L.

Dans le même temps on trouve aussi des victoires plus “nationales” en SCCA, en Allemagne (via l’importateur local) ou au Brésil et une belle seconde place aux Coupes de Vitesse. Et des engagements partout ailleurs.

L’équipe officielle “reprend” les 2L

Pour les 1000 km du Nürburgring, les Alfa sont de nouveau en nombre. Slotemaker et Pilette sont en fer de lance avec le V8 de 2462 cm³ mais leur course prend fin sur sortie de piste dès le 5e tour. La voiture d’Alfa Romeo Deutschland de Giunti et Galli n’a pas dépassé le premier tour avant d’abandonner sur casse moteur !
A l’arrivée, Facetti / Schultze pour Alfa Romeo Deutschland prennent la 7e place et la victoire en 2L, Bourgoignie / Gosselin pour le Racing Team VDS sont 11e et de Adamich / Vaccarella sont 15e.

Autodelta engage une voiture à la Ronde Cévenolle pour Giunti qui gagne la course !

Aux 24h du Mans, le Racing Team VDS engage les deux seules autos. L’une a le gros moteur, l’autre le 2L. Qualifiées respectivement 24e et 27e, elles seront éliminées toutes les deux. Pilette / Slotemaker abandonnent au 36e tour sur problème de pression d’huile, Bourgoignie / Gosselin sortent de la piste au 76e tour…

Les Alfa Romeo T33/3 courent aussi en Allemagne sans coup d’éclat. Pour la dernière course de Juin, Carlos Pace remporte les 3h de Rio de Janeiro.

L’été réussit un peu plus aux Alfa Romeo T33

Début Juillet les deux autos du Racing Team VDS abandonnent Portugal mais le même jour, Fernandes gagne à Curitiba au Brésil ! Décidément les Amériques réussissent aux T33 !
La T33/3 signe un beau retour à Hockenheim avec une pole et une 3e place.

Au Mugello, le 20 Juillet, deux voitures sont sur la première ligne de la grille, les deux autres sont plus loin. Seule celle de Dini et Nicor termine la course à la 10e place. La semaine suivante, les T33/3 officielles sont à Zeltweg, pour préparer les 1000 km. De Adamich offre son premier succès à cette 3L, Giunti termine 5e.

Le 10 Août ce sont six Alfa Romeo T33 qui sont présentes aux 1000km de Zeltweg. Les deux autos belges sont complétées par celle de Zadra pour les 2L, Autodelta présente trois autos en 3L. La mieux qualifiée sera celle Giunti et Galli, seule classée, à une modeste 22e place, malgré la casse de son moteur.
Heureusement le même jour aux 500km de Salvador, Pace et Fernandes enlèvent une nouvelle victoire.

A la Coppa Città di Enna, Vaccarella s’impose sur une 3L, Nicor et Alberti prennent les 3e et 4e place sur des 2L privées.
Deux jours plus tard, une seule auto du Racing Team VDS termine le GP de Suède, à la 10e place, celle de Zadra fait 12e. Toujours dans la tournée nordique, les autos ne courent pas à Keimola, les primes d’engagement n’étant pas à la hauteur des promesses, mais à Mantorp Pilette prend la 9e place.


Des victoires en automne, mais pas dans des courses majeures…

Début Septembre, Schultze sur la voiture d’Alfa Romeo Deutschland fait 5e aux qualifs et 5e en course aux 500km du Nürburgring, sur une T33/2. La semaine suivante la tournée nordique des belges s’achève sur une 10e place de Pilette.

Le gros rendez-vous suivant est celui des 500km d’Imola. Après Monza et la Targa Florio manquées, Autodelta engagera bien trois autos pour Giunti, de Adamich et Galli. Mais ils ne sont pas seuls, une 2L Spyder et deux coupés sont engagés par des privés. Deux de ces petites sont à l’arrivée aux 10e et 15e place. En fait une seule 3L est à l’arrivée, celle de Giunti. Par contre, il s’adjuge une belle seconde place derrière une Mirage M3 du J. W. Automotive Engineering. C’est la dernière course des 3L pour la saison.

La saison est en fait complètement ratée pour Autodelta. Les seuls points d’Alfa Romeo ont été marqués par des 2L privées…

Les deux autos de la SOFAR engagées au Tour Auto ne courront finalement pas. Heureusement la fin d’année est égayée aux USA par les victoires de Patrick sur l’auto de Zipper à Riverside et Tucson et par la victoire de Larrousse et Verrier à Montlhéry.
Patrick ira même prendre la 6e place à la Course des Champions aux USA !

L’Europe et le Championnat du Monde en ligne de mire pour 1970

Une encourageante tournée américaine pour commencer

Les Alfa Romeo T33/3 sont revues durant l’automne pour préparer 1970. L’objectif est d’améliorer la fiabilité tout en gagnant du poids pour gagner en performance.

Les débuts en championnat du monde se font aux 1000 km de Buenos Aires. Galli et Stomelen sont 7e sur la grille mais abandonnent, de Adamich associé à Piers Courage sont 2e sur la grille et se classent à une encourageante 6e place. La concurrence est rude, les grosses Porsche 917 et Ferrari 512 et leurs moteurs de 5L sont loin devant en performance.
Les T33/3 restent une semaine de plus en Argentine où elles courent les 200 miles. Courage et de Adamich s’adjugent la pole et les victoires dans les deux manches. Galli et Stomelen qualifiés 3e font 4e de la première course et 8e de la seconde.

Pour les 12h de Sebring trois autos sont engagées. Les qualifications sont médiocres et en course de Adamich / Courage et Stomellen / Galli ne peuvent faire mieux que les 8e et 9e place. Heureusement l’auto de Hezemans et Gregory accroche une inespérée 3e place !

Retour en Europe et début du Championnat des 2L

Pour les tests du Mans début Avril, Zeccolli et Galli signent le 3e chrono. Cela efface à peine le drame de 1969. En parallèle une seconde voiture dispute les 6h de Brands Hatch. L’auto y abandonne…

Une semaine plus tard, au Castellet, commence le Championnat d’Europe des 2L. Alfa Romeo Deuschland engage une auto et Alfa Romeo France une autre. Les deux vont abandonner, toutes deux sur des soucis d’écrous de roue arrière ! Pour les 1000km de Monza, Autodelta engage quatre autos. Facetti et Zeccolli abandonnent, Gregory et Hezemans sont classés 18e malgré leur abandon sur problème moteur, de Adamich et Courage terminent à une anonyme 13e place, Galli et Stommelen ne sont que 7e… Les deux T33/2 privées abandonnent… Le circuit italien ne réussit vraiment pas aux Alfas…

Trois autos sont engagées par Autodelta à la Targa Florio. Les trois vont connaître le même sort, des sorties de pistes. La T33/2 de la Scuderia Madunina emmenée par Williams et Alberti réussit, comme en 1969, à gagner la classe des 2L avec une belle 7e place à la clé.

On note également des places d’honneur des T33/2 dans les courses de cote. La voiture d’Alfa Romeo Deutschland, présente au Salzburgring pour la seconde course du championnat d’Europe ne peut prendre le départ des coures. En championnat du monde, aux 1000 km de Spa à la mi-Mai aucune auto ne vient défendre son engagement, et à la fin du mois, une seule est présente aux 1000Km du Nürburgring, mais Stommelen et Courage abandonnent sur une rupture d’amortisseur.

Début Juin, la 2L allemande abandonne dans la première course à Anderstorp et ne court pas la seconde. A Dijon le même jour, Hubert Ascher se classe 9e.

Les 24h du Mans 1970 virent à la catastrophe

Quatre autos sont engagées pour Autodelta dans la classique mancelle. La n°35 de Galli et Stommelen y est la mieux qualifiée à la 17e place, suivie à la 19e place de la 36 de Courage et de Adamich. A la 23e place on trouve Hezemans et Gregory sur la 37 et à la 26e on trouve la 38 de Zeccolli et Facetti.

La 37 est la première voiture à abandonner, dès le 5e tour, une pierre est entrée dans le moteur et a cassé un piston. La 38 fera 43 tours avant de sortir de la piste. La 35 va elle faire 220 tours mais elle sera de toute façon disqualifiée pour avoir anticipé le départ. Enfin la 36 est celle qui s’est le mieux comporté. Pointant à la seconde place à un moment une panne d’alternateur la poussera à l’abandon au 222e tour.

L’été se courra en France, en Allemagne, aux USA et sur une étonnante tournée africaine !

La semaine suivante, on retrouve la 2L de la SOFAR confiée à Larrousse sur la Ronde Cévenole. Malheureusement elle y abandonne. En parallèle la 3L de Alfa Romeo Deutschland engagée au Norisring fait 7e et 5e sur les deux courses, lui garantissant une 4e place finale.

Les 2L sont de sortie début Juillet. Bardelli termine 7e de la course de cote de Trento-Bondone et Patrick gagne sa catégorie aux USA à Riverside.
Toujours pour les 2L, elles sont 4 au départ du Grand Prix du Mugello. Elles ne sont que deux à l’arrivée, Aldo Bardelli s’y classe 16e et Zeccolli épaulé par Nicor prennent la 6e place.

Ensuite, fin juillet et début août. les T33/2 sont engagées dans des courses en Angola ! A Malange, le local António Peixinho gagne. Le même pilote accompagné par Van Rooyen, un sud-africain, gagne à Nova Lisboa. La dernière course en Angola verra un abandon. Tout comme à la Coppa di Enna la semaine précédente.

Beaux podiums européens pour terminer les championnat

Les courses européennes des Alfa Romeo T33 redémarrent avec les 500km d’Imola le 13 Septembre. de Adamich ne prendra pas le départ mais rejoint Galli et tous deux prennent la 2e place, synonyme de victoire de classe. La 2L de Bardelli et Nesti accroche la 8e place.

Le championnat du Monde se termine ensuite en Autriche sur la piste de Zeltweg. Aucune 2L n’est au départ. Par contre Autodelta engage quatre T33/3 ! Galli et Stommelen sont les mieux qualifiés, 6e, suivis par de Adamich / Pescarolo et Hezemans / Gregory. Zeccolli et Facetti sont eux à la 10e place.
En course, Hezemans et Gregory seront disqualifiés pour avoir anticipé le départ, les deux autres voitures renonçant sur sortie de piste et ennuis moteurs. Seuls de Adamich et Pescarolo terminent, à une belle seconde place, première voiture des 3L.

Avec 10 Points, Alfa est 3e du championnat, loin derrière Porsche et Ferrari mais devant Matra pour la bataille des 3L.

Pour l’AGACI 300 à Montlhéry, deux T33/2 sont engagées par la SOFAR. Mazet abandonne mais la belge Christine Beckers prend une très jolie seconde place.
Le même jours Hubert Ascher se classe 5e sur une course à Munich.


1970 se termine au sud

Les Alfa Romeo T33/2 vont prendre la direction du sud pour terminer la saison. Aux 9h de Kyalami, Charlton et Driver abandonnent. A Cape Town, Driver et Hailwood terminent 6e.

De l’autre côté de l’Atlantique, Alberti et Facetti font 3e aux Mil Milhas Brasileiras !
A Lourenço Marques au Mozambique, Driver termine 2e. Au Brésil, la Copa Brasil Sao Paulo voit la 3e place d’Antonio da Matta. Enfin en Angola à la Restinga do Lobito, Pexinho termine 3e et finit la saison sur une bonne note.

Voilà la première partie de l’histoire terminée, le reste de la carrière des Alfa Romeo Tipo 33 arrive vite !

Photos : Jacques, Antoine, Benjamin pour News d’Anciennes, The Henry Ford Collection, Photos fournies par Frederic Euvrard de The Automobilist, Alfa Romeo Storico, Les 24heures.fr

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

2 commentaires sur “Le Biscione en Sport Protos, l’Alfa Romeo T33, partie 1, 1967-1970”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.