Guide du collectionneur connecté, partie 1

Benoit, fondateur de Retrocalage.com nous livre la première partie d’un petit guide du collectionneur connecté. Internet prenant de plus en plus de place dans notre société, il est logique que le monde de la collection y trouve sa place.

La génération des jeunes amateurs de véhicules anciens grossit à vue d’œil, elle n’est peut-être pas aussi aguerrie à la mécanique que nos anciens, mais question internet, elle n’est pas manchot et l’utilise sous toutes ses formes, à  n’importe quel moment de la journée, avec toutes sortes d’appareils de plus en plus sophistiqués et rapides.
Les collectionneurs que nous sommes ne pourront plus se cacher derrière les pages de leur magazine préféré, et notamment si ils cherchent à communiquer auprès de ce public rajeunissant. Je recommande donc quelques bonnes pratiques qui vous aideront à être plus opérationnel sur le Web !

1 : Qui se cache derrière le site sur lequel je navigue ?

Quand le nom de l’auteur du site est mentionné clairement avec des coordonnées pour le contacter, c’est bon signe. Cela permet de savoir que de l’autre côté de l’écran il y a un “humain” à qui on peut s’adresser, notamment quand il s’agit d’un annuaire de sites Internet, un calendrier d’événements, comme Retrocalage.com, un site d’annonces, un blog d’informations, comme News d’Anciennes… sur lequel on dépose des informations qui nous concerne. On peut avoir besoin de modifier ou supprimer des renseignements.

Le nombre de site sur lequel on ne trouve aucune information de propriété est impressionnant, l’anonymat doit vous interpeller et vous faire réfléchir à deux fois avant de prendre pour argent comptant ce qui vous est dit ou de faire quoi que ce soit. Connaître le nom de l’auteur peut parfois vous donner des indications sur l’exactitude des informations publiées et le sérieux du site.

L’avis de Benjamin pour News d’Anciennes :

Il y a beaucoup de site anonyme certes, et pour certains il faut vraiment chercher pour se rendre compte que le site n’est qu’une coquille servant à faire la promotion de tel ou tel produit.
Dans ce cas, double méfiance car l’honnêteté intellectuelle n’est pas toujours au rendez-vous.

2 : Civilité, même sur la toile !

Le respect d’autrui, la politesse ou la courtoisie ne s’arrêtent pas à la porte de votre écran. Pas besoin d’évoquer l’importance des dérives d’incivilités qui existent sur les réseaux sociaux où il est tellement facile de se défouler, il y a tellement d’exemples !

En revanche, lorsque l’on utilise les nombreux portails d’informations gratuits sur internet pour faire la promotion de son site/blog/forum, de son association, de sa manifestation, de son activité professionnelle… il convient, dans la mesure du possible, de retourner  un petit signe de reconnaissance à l’égard des auteurs qui mettent à votre disposition ces outils de communication.

Et même si parfois vos informations publiées peuvent bénéficier à ces auteurs sur certains aspects, dites-vous que le donnant-donnant n’exclue pas le remerciement. Ils apprécieront vos encouragements et redoubleront d’efforts pour vous apporter un service encore plus efficace !

L’avis de Benjamin pour News d’Anciennes :

Quel que soit le site, on reçoit souvent des messages du type : Pouvez-vous parler de mon rassemblement tel jour à tel endroit ?
Sans bonjour, ni merci, il faut avouer que cela ne donne pas toujours envie.

3 : Veille informatique, qu’est ce que c’est ?

 

Tout simplement être à la page ! C’est bête à dire mais le monde de l’informatique évolue très vite, et les outils qui sont mis à notre disposition pour communiquer facilement sont de plus en plus nombreux.

Combien de fois reçoit on des messages contenant des photos ou fichiers de plusieurs dizaines de méga-octets qui encombrent nos Webmails, alors qu’avec le service en ligne Wetransfer.com entièrement gratuit, vous envoyez jusqu’à 2 giga-octets de fichiers sans passer par votre messagerie. Sans parler des espaces de stockage en ligne multiples et variés qui permettent de partager ses documents.

Encore faut-il savoir qu’ils existent puis s’en servir. Et ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Alors en passant un peu de temps sur Internet et avec un peu de curiosité, vous allez pouvoir découvrir et prendre en main des outils qui vont vous faciliter grandement la vie !

L’avis de Benjamin pour News d’Anciennes :

Les outils modernes sont devenus suffisamment performants pour permettre à tous d’utiliser simplement et souvent gratuitement les meilleurs pan d’internet.
Pensez à demander autour de vous… Ceci est à mettre en parallèle des forums qui ont tous des moyens plus ou moins élaborés d’accueillir des images. Vous vous y êtes fait ? Et bien il y a encore mieux !

4 : Facebook contre tous !

 

En 1998 une grosse révolution : la naissance de Google. 6 ans après, en 2004, c’est un autre géant du web qui prend forme : “Face de bouc” comme le prononcent les plus moqueurs ! “LE” réseau social qui déménage tout sur son passage.

Facebook voitures anciennesPour les fans invétérés, fini les blogs, les forums, les sites internet, ils ne voient plus que par lui. On y trouve le reflet de la société dans toute sa splendeur, le pire comme le meilleur… Mais qui sait s’en servir, sait conquérir ! C’est un formidable outil de communication, n’en déplaise à ses détracteurs qui souvent le critiquent sans connaître. C’est de l’information ponctuelle, jetable, il faut la capter ou la zapper car elle passe et trépasse rapidement, mais les plus malins sauront l’utiliser à bon escient et intelligemment.

Par contre il ne remplacera jamais le site internet traditionnel qui permet de figer l’information à un endroit précis pour la retrouver facilement, et surtout détail non négligeable,  qui est visible par tous les internautes ! Cet aspect, de plus en plus de collectionneurs, de clubs ou d’organisateurs d’événements l’oublient en confiant uniquement à FB le soin de communiquer. Ils se privent, sûrement par soucis d’économie et de facilité, d’une partie des collectionneurs qui sont encore nombreux à bouder ce réseau social pour l’instant indéboulonnable.

L’avis de Benjamin pour News d’Anciennes :

Facebook a un gros avantage. Grace aux groupes Facebook, de Retrocalage à Qui Roule en Ancienne, on peut faire passer très vite ses publications sous les yeux de milliers de personnes.
Mais certains groupes ont des dizaines de milliers de membres et une publication n’est visible que pendant un instant T (dépendant d’énormément de paramètres) compris entre 30s et une journée selon les utilisateurs.
Alors pour ne pas être « oublié », soit il vous faudra vous répéter, et déclencher l’ire de certains, soit cibler au mieux, en combinant avec un site internet, qui, lui, restera.

5 : Ne pas négliger la qualité des documents mis en ligne

 

N’est pas graphiste qui veut ! Jusqu’à preuve du contraire c’est un vrai métier avec des compétences et des connaissances bien précises. Alors faire soi-même ses documents pour un site Internet, un club ou une manifestation (affiche, dépliant, autocollant, bannière, charte graphique…) est un vrai défi, pour peu que l’on veuille obtenir un résultat correct qui fasse mouche auprès du public visé.

Faites marcher le réseautage auprès de vos amis pour trouver une personne compétente qui veuille bien vous conseiller voire vous aider gracieusement. Documentez-vous un minimum sur les principes de base du graphisme et du design pour choisir les bons effets qui donneront du relief à vos documents.

Utilisez si possible des outils de dessin et de mise en forme performants qui vous donneront de multiples possibilités de création. On y passe vite beaucoup de temps mais le résultat obtenu vous apportera satisfaction et surtout l’efficacité que vous attendez pour toucher votre cible en plein cœur.

L’avis de Benjamin pour News d’Anciennes :

Là on rejoint un coup de gueule que j’avais passé à l’été, d’ailleurs illustré avec les images qu’on vous a remis ici.
Les événements ont trop souvent des affiches qui sont bien en deçà de ce que qu’un amateur éclairé pourrait faire.

Autre point, différenciez une affiche, qui donnera de la visibilité à votre événement, d’un flyer qui donnera les informations utiles.

Vous aimez ? Partagez !

3 réflexions au sujet de « Guide du collectionneur connecté, partie 1 »

Laisser un commentaire