Venturi 111 Cup, le Gerfaut à 4 pattes

Venturi 111 Cup, le Gerfaut à 4 pattes
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

[Acheter Une Voiture Ancienne] Contrôle technique, ce qu’il faut savoir lors de l’importation d’une voiture ancienne

Le contrôle technique pour les voitures de plus de 30 ans est devenu un véritable casse-tête pour les collectionneurs que nous sommes. Avec l’harmonisation...

Essai d’une Traction 15 Six H, digne fin de règne

J'avais déjà eu la chance il y a quelque temps de m'installer au volant du mythe de l'automobile française qu'est la Citroën Traction, c'était...

Distribution, tout est dans le timing

La distribution est l'organe vital de votre moteur. Sans elle, tout fout le camp, mon bon monsieur ! Penchons-nous quelques instants sur son rôle,...

Visite chez Méca Rétro Sport 76, l’atelier qui ne passe pas à la télé

Le patron de Méca Rétro Sport 76, en fait beaucoup de passionnés le connaissent. Aurélien est le mécano officiel de Wheeler Dealers France depuis la...

Mis à part les fans de la marque et ceux qui ont lu Venturi GT à la Française, peu de personnes connaissent l’existence de cette auto très spécifique. La Venturi 111 Cup est une rareté qui se démarque notamment sur un point : un moteur 4 cylindres !

Venturi en 1990

En 1990 l’aventure Venturi est sur les rails. La marque s’appelle encore MVS, pour Manufacture de Voitures de Sport et produit donc DES Venturi. En fait la gamme se compose de la première auto de série de la marque, la 200 ch et de la toute nouvelle 260 ch (on en a essayé une, c’est à voir par ici). Toutes deux font appel au moteur PRV pour les propulser, en version turbocompréssé, alors qu’une version atmo d’entrée de gamme va bientôt arriver en concessions.

Justement les concessions… elles sont rares. Si Venturi a réussi une belle année 1988 avec plus de 100 autos produites, les chiffres sont déjà en retrait en 1989. Ce sera l’éternel problème de la marque : produire de bonnes autos mais qui ont du mal à trouver des débouchés.

Alors on essaye de viser l’export. Et parmi les pays visé on note l’Italie avec Oasis Italia à Rome. Seulement… il manque un produit spécifique pour s’imposer sur place.

Les lois italiennes sur les “gros” moteurs

À cette époque là cependant il existe une exception italienne sur les gros moteurs. Aussi étonnant que cela puisse paraître pour un pays qui produit parmi les plus belles mécaniques du monde, on surtaxe les gros moteurs.

On ne regarde pas du tout au nombre de cylindres ni à la puissance. Non, de l’autre côté des Alpes c’est la cylindrée qui compte. Ainsi les autos de plus de deux litres sont sévèrement taxées. Il en résulte quelques autos spécifiques conçues pour le marché italien. La plus emblématique est la Ferrari 208. C’est comme une 308 sauf que le V8 est limité à 2L et gavé par un turbo.
Cela explique aussi pourquoi les Maserati Biturbo de l’époque ont un moteur si petit.

Mais du côté de Cholet, la production n’est pas encore passée à Couëron, on veut vraiment son débouché. On réfléchit… et comme souvent chez Venturi, on trouve la solution.

Les Venturi 111 Cup

Pour cette auto spécifique, Venturi ne va pas réinventer sa sportive. En fait c’est même différent, la marque ne peut pas le faire. Les coûts de développement seront trop élevés.

Alors on prend comme base le coupé, qui a fait ses preuves et reçoit des avis plutôt positifs depuis sa sortie. Si la version 200 ch fait appel au PRV 2.5 litres et la 260 au 2849 cm³, le moteur qui va sur ses 15 ans ne dispose pas de version plus light.

Mais chez Renault on dispose de la mécanique parfaite pour motoriser la future Venturi 111 Cup. On va aller piocher le moteur de la Renault 21 2 Litres Turbo apparue en 1987. Au programme : 1998 cm³, 180 ch et 275 Nm de couple. Au final on est pas si loin des 200 ch et 296 Nm du coupé 200. Le 400m DA est abattu en 15 secondes et la borne kilométrique atteinte en 27,2s. À chaque fois c’est 4/10 de plus que la version V6. Pas ridicule !

Au passage on note que ce n’est pas faire injure à Venturi que de sortir une auto en 4 cylindres. La première auto, la Ventury était en effet motorisée par un moteur de Golf GTI et les premiers prototypes roulants faisaient appel à une mécanique de 505 Turbo, elle aussi à 4 pattes.

Une fois l’adaptation faite, ce sont 3 coupés qui sortent en 1990 complétés par 2 Transcup équipés de la même mécaniques. L’année suivante elles seront 12 coupés et 11 cabriolet. La Venturi 111 Cup, est alors le deuxième modèle le plus vendu de la marque derrière le 260 ch et devant… le cabriolet Transcup avec la même mécanique.

Seules 6 coupés et 2 Transcup seront fabriqués en 1992 marquant la dernière année de ce modèle spécifique. 21+15 autos, c’est peu. Il est possible d’en croiser en France, mais dans tous les cas ce sera une rareté ! Et ça en fait une auto rare dans la gamme sans pour autant être larguée niveau performances.

Photo additionnelle : Communauté Venturi, Arthomobiles et Bonhams

Venturi 111 Cup, le Gerfaut à 4 pattes

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la MG B d’Arthur

Après un cabriolet italien la semaine dernière, voici une anglaise. Et pas n'importe laquelle puisque Arthur a le cabriolet qui fut longtemps le plus...

Nouveau : des sérigraphies pour les amoureux d’anciennes

L'idée nous trottait dans la tête depuis quelques temps. Le salon de Rouen a été le déclic puisque nous avons trouvé LE bon partenaire...

Distribution, tout est dans le timing

La distribution est l'organe vital de votre moteur. Sans elle, tout fout le camp, mon bon monsieur ! Penchons-nous quelques instants sur son rôle,...

Essai d’une Traction 15 Six H, digne fin de règne

J'avais déjà eu la chance il y a quelque temps de m'installer au volant du mythe de l'automobile française qu'est la Citroën Traction, c'était...