Rétromobile 2020, les trésors des vendeurs de voitures anciennes

Rétromobile 2020, les trésors des vendeurs de voitures anciennes

On a déjà abordé les pros de la pièce, du service, bref une bonne partie du monde l’auto ancienne à Rétromobile 2020 (c’est par là). Maintenant je vous emmène faire un tour du côté des nombreux marchands de voitures anciennes et ils ont ramené des choses justes superbes !


Rétromobile 2020, les trésors des vendeurs de voitures anciennes

A Retromobile 2020 et parmi les centaines, voir les milliers, de choses à voir, s’il y a bien une visite qui s’impose c’est celle des vendeurs de voitures anciennes. Car au-delà de tout mercantilisme, les différents vendeurs nous amènent chaque année de pures merveilles. Si bien que leurs stands se transforment en véritables musées à ciel ouvert. Et encore cette année les vendeurs n’ont pas dérogé à la règle, ça piquait les yeux et sévère même !

Retromobile avec Fisken et Lukas Hüni, c’est fracture de la rétine !

Ces deux-là sont mes préférés, tous les ans ils rivalisent de qualité dans les autos qui exposent. Pour le Suisse Lukas Hüni, c’était encore un thème italien avec une petite armée d’Alfa Romeo 6C et 8C, une superbe Tipo 33 qui courut au Mans en 1978. Les petites Giulietta Sprint Zagato étaient juste craquantes. La Ferrari 212 Export de 1951 est une pure beauté avec sa robe bicolore. Mais la 250 GT Berlinetta était également hyper sexy. Avant le bouquet final, Lukas Hüni exposait deux anglaises, des Rolls-Royce Silver Ghost. Mais l’auto la plus démente était l’Alfa Romeo de la Scuderia Ferrari, la SF48 Bimotore de 1936. Un monstre avec deux moteurs V8, totalisant 540cv !

Les anglais de la maison Fiskens nous avaient également amené beaucoup d’Italiennes, on ne va pas s’en plaindre. La petite barquette Maserati A6G ou la Ferrari 312 B2 était splendide. Que dire de la 275 GTB et sa robe jaune, était belle est un doux euphémisme. Tout aussi jaune était la Ford GT40 de 67, deux autos juste magnifiques. Une petite française était également présentée, une Talbot Lago T26C de 1948. On terminera avec une barquette Gulf Mirage de 1972, des Bentley d’avant-guerre, une sublime Jaguar Type-C et une hyper sexy Aston Martin DB4 cabriolet, bref rien que du bon !

Retromobile, va chercher plaisir !

Après avoir mis mes lunettes de soleil, tellement ça piquait je me tourne vers l’Italien Girardo & Co et là, bah ça repique un peu beau beaucoup ! Déjà au centre du stand se dresse fièrement la Ferrari 412 T2, la F1 du père Schumi. Puis ensuite c’est festival de l’Italienne, avec une F40, une F50, une Enzo… c’est fini, bah non et vala que déboule une 308 GTB Gr B, une 275 GTB en robe blanche, je ferais l’impasse sur une 275 GTS et une 250 GTE en version polizia ! Je vous laisse reprendre votre souffle pour terminer avec une BMW M1 Procar… j’sais plus quoi dire…

On reste en Italie avec Tradex SRL qui, excusez du peu, nous exposait une Ferrari 330 P4, la seconde des trois construite. Cette 330 possède un solide palmarès, 1ère à Monza, 1ère à Daytona et seconde de sa classe au Mans, et tout ça en 1967. A coté on retrouvait une rare spider 340 MM.

Les vendeurs se décarcassent pour ce Retromobile 2020

Notamment ceux venu d’Italie à l’instar de Ruote Da Sogno qui nous exposait deux Fiat splendide, une Daina « sport » de 1952, la blanche et bleue, avec sa carrosserie en alu, et une Ottovù, un V8 de 1952 également. Deux voitures vraiment superbes. Pour faire bon poids, on retrouvait une belle Stratos de 1975, quasi neuve !

On passe le Rhin pour aller visiter HK-Engireering. C’est LE spécialiste des Mercedes 300 SL, en coupé ou cabriolet, on a le choix. Avec une bonne dizaine de ces petits bijoux sur le stand, et sachant que presque toutes sont au-dessus du million, on ne peut que rêver !

Retromobile 2020, les vendeurs conjuguent qualité et quantité

J’ai bien aimé le stand des Anglais de Kidston, c’était large est les autos n’étaient pas serrées. Surtout qu’il y avait du lourd, comme le cabriolet Ferrari 275 GTS, ou sa consœur la 250 MM. La 250 GT vêtue de gris était sublime. La rouge Aston Martin DB4 GT, était habillée par Zagato. Le petit spider Lancia Aurelia B24 n’était pas pour me déplaire non plus, j’adore sa petite calandre. Zagato aime habiller les Italiennes, comme pour cette Flaminia Sport, hyper sobre en robe chocolat, on en mangerait !

Les Américains de Hamann avait des bien jolies choses dans leurs besaces. Déjà, avec la Pegaso Z-102B, on avait du rare et du beau. Rare aussi la monoplace Maserati 250F. La Porsche 356 me faisait bien envie. La Jaguar XK120 « Jabbeke » est une voiture de record, et la vraie en plus ! La Ferrari 342 America en vert métallisé et toit blanc était d’une rare beauté, comme quoi une féfé ne doit pas être obligatoirement rouge pour être belle !

Les vendeurs Français étaient aussi là !

Les vendeurs hexagonaux étaient bien sûr de la partie et nous exposaient de bien belles voitures. On commence avec nos amis de Osenat qui étaient venus avec deux autos radicalement opposées, une Packard de 1917 et une Miura de 1969 !

Ascott faisait dans le sport avec une F1 Surtees de 1972, une Porsche 910 de 1967 et une toujours sympathique Bizzarini 5300 GT. Des autos un plus récentes mais ayant participé au Mans 98, la Nissan R390 GT1 et la Viper GTS/R, deux superbe bêtes de courses.

Du lourd aussi chez les parisiens d’Aguttes, une belle Alfa Giulietta SZ. La Delahaye 135M est un coach Gascogne de 1949, on reconnait la patte des grands carrossiers, ici Dubos. Au rayon sport la Daytona fut engagée à Sebring en 1972. Pour les fans de F1, la Jordan 191 est aussi à vendre. Tout comme une rare petite Fiat 1100 ES, un joli coupé signé Pinin Farina datant de 1950. Jolie comme tout !

Si vous cherchez une Porsche, c’est dans les Landes qu’il vous faut aller ! Et plus précisément chez Serge Heitz, celui-ci nous proposait de très nombreuses 356 ou 911, pour moi qui vénère la 356, je me suis régalé. De plus les autos sont dans état neuf, qu’on les dirait sorties des lignes de Stuttgart la semaine dernière, là aussi régalade puissance 100 !

Je triche un peu car Auxietre & Schimdt est une maison franco-allemande. Mais avec ce qu’ils nous exposaient, c’était que du bonheur ! Que ce soit avec la Ferrari 250 GT SWB de 1961 ou la superbe Porsche 550 Spyder datant de 1955, une de petites préférées sur ce salon. Le reste de l’offre est a l’avenant, que du très beau !

Je termine les vendeurs Français par Historic Cars au milieu duquel trônait une des reines des 24H, la Ferrari 312 P, une légende que j’ai pu admirer et même toucher ! L’expo contenait également une Porsche 904 GTS et une 356 Carrera, qui serait bien allée dans mon garage ! Un peu comme la Mercedes 300SL !

Rétromobile ou le Louvre de l’auto ?

En réponse à cette question, je dirais oui ! Oui, car on y trouve de tout, car en cherchant un peu, il n’y a pas que des voitures haut de gamme. Je trouve ça très français de vouloir tuer son veau d’or ! Je dis non, Retro n’est pas qu’une machine à fric, c’est bien plus subtil que ça. Si ses détracteurs veulent de l’auto plus populaire, il y a bien d’autres salons en France, comme Rouen ou Reims pour ne citer qu’eux. Alors on arrête de faire son grincheux et on apprécie.

Ma sélection est une vue subjective, la mienne en l’occurrence. Ce n’est nullement une visite exhaustive, j’aurais pu également parler de pas mal d’autres vendeurs, mais on y aurait passé des heures, pas le but ! J’aurais pu citer William I’Anson avec sa Stratos ou sa R5 Turbo Gr4. J’avais aussi Christoph Grohe et sa Voisin ou sa Stutz de 1932 ou des dizaines d’autres…

Je tenais à remercier les personnes qui m’ont accueilli sur leurs stands, et même ceux qui l’on moins bien fait !