Nos Anciennes Abandonnées : une Simca 8 sur les traces d’un poète

Nos Anciennes Abandonnées : une Simca 8 sur les traces d'un poète
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat dans le...

Au volant d’une Facel III, élégante douceur

Plus d'une centaine d'essais sur News d'Anciennes. Et enfin une Facel Vega. D'accord on ne démarre pas avec un gros V8 sous le capot....

Triumph Italia 2000, un beau mariage… mais pas sur le papier

Non, les coupés Triumph ne se sont pas tous appelés TR quelque chose. À la fin des années 60 la Triumph Italia 2000 était...

Une belle Simca 1000 dans la rue

Des Citroën, des Renault, des Peugeot anciennes, on en voit dans la rue. Les Simca sont bien plus rares. Pourquoi ? C'est une très...

Ce mois-ci dans nos anciennes abandonnées on vous présente la trouvaille d’un de nos lecteurs. Jean-Jacques a découvert cette Simca 5 tout à fait par hasard.

Jean-Jacques vit dans le sud-ouest de la France. Pour aider une association picarde il est sollicité pour retrouver une maison. Pas n’importe laquelle, celle où le poète anglais Wilfried Owen a vécu dans les Hautes-Pyrénées. C’est dans cette maison qu’il a écrit son poème le plus connu, « Anthem for doomed Youth ».

Après quelques recherches, il trouve ce qui pourrait être la maison. Et en enquêtant aux alentours, auprès d’un bâtiment de ferme abandonné, il découvre cette Simca 8. Évidemment rien à voir avec le poète, temporellement plusieurs années sépare sa mort (en 1918) du début de la construction de l’auto (1938).

Néanmoins il prend quelques clichés de cette belle. Rappelons qu’elle est emblématique de ce qu’est Simca à l’époque : une antenne française de Fiat qui fabrique sous licence des autos construites à Turin. Cette Simca 8 n’est autre que la version française de la Fiat 508C aussi connue en Italie pour être la Ballila 1100.

Construite à Nanterre, elle continuera sa carrière après la seconde guerre mondiale. En 1949 elle reçoit une profonde refonte. La face avant est modifiée des pare-chocs à la calandre en passant par le capot. Celui accueille d’ailleurs un moteur 1221 cm³, d’origine Fiat. C’est le même moteur qui équipera l’auto qui remplace la Simca 8 en 1951. C’est la Simca 9 que l’on connaît mieux comme étant l’Aronde (et dont on parle ici).

Pour ce qui est de notre Simca du jour, la finesse de l’avant ne laisse peu de doutes, c’est une 8 à moteur 1100.

Photos : JJS

Nos Anciennes Abandonnées : une Simca 8 sur les traces d'un poète

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Une belle Simca 1000 dans la rue

Des Citroën, des Renault, des Peugeot anciennes, on en voit dans la rue. Les Simca sont bien plus rares. Pourquoi ? C'est une très...

Triumph Italia 2000, un beau mariage… mais pas sur le papier

Non, les coupés Triumph ne se sont pas tous appelés TR quelque chose. À la fin des années 60 la Triumph Italia 2000 était...

Au volant d’une Facel III, élégante douceur

Plus d'une centaine d'essais sur News d'Anciennes. Et enfin une Facel Vega. D'accord on ne démarre pas avec un gros V8 sous le capot....

Le Calendrier des Courses Historiques 2021

En 2020 on a pu voir quelques courses historiques sympathiques. Mais il faut bien dire que la saison a été réduite et ultra condensée....