Nos Anciennes Abandonnées : le J7 loin de la course

Nos Anciennes Abandonnées : le J7 loin de la course

À la une sur News d'Anciennes

Histoire de Carrossiers, ép. 19 : Vignale, vingt petites années et des beautés

Les carrossiers français ont majoritairement travaillé avant-guerre. Rares sont ceux qui se soient lancé après la seconde guerre mondiale. Du côté des italiens, il...

Ambiance British et Sport pour la vente Osenat du 25 Avril à Versailles

Ce n'est pas parce qu'il y a un confinement que le monde de l'automobile ancienne s'arrête de tourner ! Les maisons de vente aux...

Nos Anciennes Abandonnées : les invisibles

Antoine est un chasseur de trésors. Pas de pièces d'or ou d’œuvres d'art... quoi que. Il sillonne les routes d'occitanie à la recherche d'anciennes......

Rencontre avec Grégory Galiffi, présentateur de Direct Auto

Il y a une semaine j'assistais au tournage de l’émission de télévision Direct Auto sur la Côte d'Emeraude en Bretagne. Après une journée riche...

Antoine est un chasseur de trésors. Pas de pièces d’or ou d’œuvres d’art… quoi que. Il sillonne les routes d’occitanie à la recherche d’anciennes… qui attendent patiemment de reprendre la route. Ou du moins qui en rêvent ! Pour retrouver les épisodes précédents de Nos Anciennes Abandonnées, cliquez ici.

C’est lors de la même balade qui m’a conduit à trouver la Simca Aronde Grand Large du mois dernier que j’ai découvert ce Peugeot J7. Une trouvaille faite par hasard, le long d’une route somme toute banale.

L’histoire de cet utilitaire n’est pas banale. Contrairement à la Simca, j’ai cette fois pu discuter avec le propriétaire. Un passionné, ancien mécano de course. Cet utilitaire était alors son outil de travail. Il servait de camion d’assistance à un team privé. Le propriétaire et le camion ont pris leur retraite en même temps. Mais depuis le J7 n’a pas bougé. Son propriétaire a trop de souvenirs en commun avec ce laborieux pour s’en séparer !

Pour rappel, le Peugeot J7 a succédé au “Nez de Cochon” en 1965. C’était alors un utilitaire bien pratique qui a été décliné en ambulance, minibus, fourgon 1800 kg, bétaillère ou même pick-up. Il poursuivra sa carrière jusqu’en 1980 et sera vendu à 336.220 exemplaires. Il sera remplacé par le J9, qui conserve la même allure à quelques détails près.

Nos Anciennes Abandonnées : le J7 loin de la course

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Histoire de Carrossiers, ép. 19 : Vignale, vingt petites années et des beautés

Les carrossiers français ont majoritairement travaillé avant-guerre. Rares sont ceux qui se soient lancé après la seconde guerre mondiale. Du côté des italiens, il...

Nos Anciennes Abandonnées : les invisibles

Antoine est un chasseur de trésors. Pas de pièces d'or ou d’œuvres d'art... quoi que. Il sillonne les routes d'occitanie à la recherche d'anciennes......

Ambiance British et Sport pour la vente Osenat du 25 Avril à Versailles

Ce n'est pas parce qu'il y a un confinement que le monde de l'automobile ancienne s'arrête de tourner ! Les maisons de vente aux...

Rencontre avec Grégory Galiffi, présentateur de Direct Auto

Il y a une semaine j'assistais au tournage de l’émission de télévision Direct Auto sur la Côte d'Emeraude en Bretagne. Après une journée riche...