Matra Rancho, un succès qui en appellera d’autres !

Matra Rancho, un succès qui en appellera d'autres !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Matra Rancho, un succès qui en appellera d'autres !
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Enchères Mécaniques : Maxime Lepissier nous présente la nouvelle émission auto de RMC Découverte

Si votre téléviseur ne diffuse que des émissions autos, vous êtes forcément, une bonne partie de la journée, calés sur RMC Découverte. Et vous...

Rosengart Supertraction, premières oubliées

Vous avez peut-être déjà croisé ces magnifiques autos françaises au style américaine et affirmé. Mais les Rosengart Supertraction ne sont pas que ces magnifiques...

Nos Anciennes Abandonnées : les françaises sous le soleil

Ce mois-ci on suit les traces de Philippe. Ce lecteur a découvert ce cimetière de voitures françaises. C'est un endroit plutôt caché, pas visible...

Jidé et Scora, les petites sportives de Jacques Durand

C'est le genre d'auto qu'on croise peu... et dont on se souvient. Dès qu'on l'aperçoit, on sait pourquoi elle est conçue : le sport....

À la fin des années 70 les automobiles Matra n’existent toujours qu’avec un seul modèle, la Bagheera. Pour autant, “on a pas de pétrole, mais on a des idées”. Et c’est une de ces idées, qui peut sembler farfelue à l’époque, qui va faire naître la Matra Rancho. Une auto plutôt confidentielle… mais qui fut un vrai succès !

Une place à se faire, plus qu’à prendre

La Bagheera est une auto sympa, mais à tendance sportive. Matra ne peut pas non plus proposer d’auto trop généraliste qui marcherait sur les plates-bandes du partenaire Simca-Chrysler. On a alors l’idée de se pencher sur une auto pour le grand air. Pas un cabriolet mais une auto de loisir qui pourrait emmener une clientèle variée en pleine campagne.

Pour autant on ne va pas viser les Méhari et Rodéo, on veut une auto plus grosse sans en arriver au gabarit d’un Range Rover pour autant.

Pour construire son auto on va piocher dans la banque d’organe de Simca. Philippe Guédon, le génial ingénieur de Matra explique que “C’est la recette du pain perdu appliquée à l’automobile“. Et sur ce point on ne peut le contredire.

Pour étudier cette nouvelle auto, le projet P12, on dispose de 15 millions de francs. On fait très vite le choix de partir sur une base de Simca 1100. Pour autant on ne s’appuiera pas sur la berline, mais sur la VF2 (en réalité sa version pick-up), le gros utilitaire qui offre un arrière qu’on pourra modifier. Antoine Volanis dessine un arrière réhaussé, vitré, accueillant une banquette, sans porte et avec un large hayon. Le tout est réalisé avec une carrosserie polyester sur une armature acier. On ajoute également des pare-chocs en plastique noir qui s’étendent à des protections latérales tandis que de gros élargisseurs viennent souligner le côté baroudeur.

Par contre le choix de la VF2 exclut la réalisation d’une version 4×4. Le moteur transversal ne s’y prête pas et les modifications seraient trop coûteuses. La nouvelle auto sera donc une 4×2. Pour lui permettre de bonnes performances on utilisera le moteur Poissy dans sa version 1442 cm³ de 80ch qui est monté sur les 1308 GT. Embrayage et boîte ont la même provenance. Freins et suspensions viennent de la 1100 avec quelques éléments venant même de la Ti.

L’intérieur est repris sur la 1100 si ce n’est la sellerie qui est spécifique.

Dès la fin de l’année 1976 la presse a vent de cette variante de la Simca 1100.

1977 : la Matra Rancho est présenté, mais pas vraiment lancé !

C’est au salon de Genève en Mars 1977 qu’est présenté la Matra Rancho. Forcément l’accueil est étonné. C’est le genre d’auto… qu’on ne connaît pas. Matra table alors sur une production de 20.000 exemplaires sur la carrière complète. D’ailleurs la production n’est pas prête.

Une fois la mise au point terminée et l’outillage installé sur la même ligne que la Bagheera à Romorantin, on fabrique les premières Matra Rancho. Les VF2 arrivent de Poissy et sont modifiées.

La gamme est réduite à un seul modèle affiché à 35.995 francs avec phares à iode, pare-brise feuilleté, crochet d’attelage et lunette arrière dégivrante. Par contre on peut le doter de nombreuses options, vitres teintées, peinture métallisée, roues alliage, projecteurs d’ailes, protection des soubassements, tablette ou couchette à l’arrière… Les teintes aussi sont limitées : rouge et vert.

Les débuts sont bons. On boucle l’année 1978 avec déjà plus de 15.500 autos produites. On est largement en avance sur les chiffres.

Chez Matra on est confiants et on réfléchit toujours. Du coup en Septembre 1979 (millésime 1980) on propose d’un coup trois nouvelles versions.

D’abord la Matra Rancho X qui se pare d’une peinture métallisée, de jantes en alliage et de vitres teintées. À l’intérieur on ajoute un compte-tours, une sellerie spécifique en tweed et un cache-bagage dans le coffre.

Ensuite on retrouve l’AS pour Affaire Société, une auto utilitaire sans banquette arrière (pour récupérer la TVA) qui reçoit des crochets d’arrimage dans le (désormais grand) coffre.

Matra Rancho, un succès qui en appellera d'autres !

Enfin on présente la Matra Rancho Grand Raid, une vraie baroudeuse dans sa présentation… mais pas seulement. Le moteur est certes dégonflé à 78ch mais peut recevoir de l’essence ordinaire. Surtout l’auto reçoit un différentiel à glissement limité, un treuil et une protection inférieure. L’équipement s’enrichit avec les phares orientables de série, deux pneus cross, une roue de secours sur le toit.

On note également que tous les châssis sont traités par cataphorèse et donc garantis 6 ans contre la corrosion.

La première nouveauté apparue en 1980, c’est en Mai. C’est la Matra Rancho Loisir, une série spéciale plus que limitée qu’on reconnait facilement. L’intérieur est bleu avec passe-poil blanc, le levier de vitesse est gainé de blanc et sa boule est bleue. L’extérieur est blanc nevé avec des monogrammes bleus tandis qu’on fournit trois décors autocollants que le client apposera lui-même. Les roues ont également blanches.
Côté équipements, une antenne radio “téléphone”, un crochet d’attelage et les barres de toit sont au programme.

En Juillet on propose également une Matra Rancho découvrable, disponible avec ou sans banquette (AS). C’est l’arrière qui est spécifique en étant bâché.

On arrive maintenant à l’été 1981. Fin Juin la version Grand Raid disparaît, en Juillet c’est au tour de la découvrable.

En Octobre 1981 arrive la seconde série limitée de la Matra Rancho Midnight. Oui, le baroudeur devient un roi de la nuit. Pour le coup il est noir avec des filés et des logos rouges. Il reçoit des jantes étoiles à branches en alu et la barre avant, la galerie, les poignées de portes et quelques enjoliveurs sont chromés. L’intérieur est grise avec des passe-poil rouges. Pour être le roi de la nuit, il se dote d’une chaîne stéréo avec FM, lecteur de cassette, un ampli-équaliseur et de 4 enceintes ! Ces autos seront produites jusqu’en Août 1982.

Matra Rancho, un succès qui en appellera d'autres !

Ce sera la dernière nouveauté de la gamme. Les ventes baissent petit à petit. Et puis la Simca 1100 s’approche également de la fin. En 1983 on produit les dernières autos qui seront en vente jusqu’en 1984.

Un bilan excellent et des idées d’avenir

Au final on a largement dépassé l’objectif des 20.000 ventes : 56.457 Matra Rancho ont été vendues ! Pourtant l’auto n’a pas exempte de reproches. Ainsi certaines familles critiquaient l’accès aux places arrières, difficile vu qu’il fallait obligatoirement basculer les sièges avant. Et puis les plus baroudeurs ont toujours espéré une version 4×4.

Matra se tourne alors vers d’autres projets… mais en tout cas l’idée du baroudeur de taille intermédiaire qui ne soit pas un 4×4 a fait son chemin. L’ère du Ludospace était ouverte bien avant que le mot ne soit inventé.

La Matra Rancho de nos jours

Même si l’auto a été un succès sa diffusion n’a pas été énorme pour autant. Du coup il faudra chercher un minimum.

Les versions “de base” commencent à 3000 € et peuvent monter au double si elles sont bien équipées et dans un état irréprochable. La midgnifht est recherchée mais plutôt abordable. En fait la version la plus chère, c’est la version qui pousse le curseur du baroudeur le plus loin : la Grand Raid. On commencera à près de 5000 € et on pourra doubler la mise pour les plus belles autos !

La série limitée “Midnight” étant très rare est l’une des plus recherchée et ne parlons même pas de la “Loisir” dont nous ne connaissons toujours pas le nombre d’exemplaires produits. Ensuite, viennent les séries “Découvrables ” et “Grand Raid”…mais, il est difficile de donner des tarifs car les ventes de beaux exemplaires sont rares vu la grande sensibilité des châssis à la corrosion !

Sources principales : http://matra.rancho.free.fr/ et http://www.matra-passion.com/

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Matra Rancho, un succès qui en appellera d'autres !

Sur le même thème

4 Commentaires

  1. Bel article pour une auto que j’ai connue quand j’étais ado et qui avait la cote je me souviens. J’ignorais qu’il y avait eu autant de versions !
    Petit lapsus écrit au second paragraphe : je suppose qu’il faut lire Rodéo et non Rancho.
    Didier

  2. Un bel article pour ceux qui ne connaissent pas encore la Rancho, la voiture de La Boum…!
    Dommage que le teste manque un peu de précision et que des “coquilles” restent après relecture…
    François
    (Club Matra-Passion)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Nos Anciennes Abandonnées : les françaises sous le soleil

Ce mois-ci on suit les traces de Philippe. Ce lecteur a découvert ce cimetière de voitures françaises. C'est un endroit plutôt caché, pas visible...

Jidé et Scora, les petites sportives de Jacques Durand

C'est le genre d'auto qu'on croise peu... et dont on se souvient. Dès qu'on l'aperçoit, on sait pourquoi elle est conçue : le sport....

On a testé : la Vaillante Académie

Ce Mercredi c'était retour à l'école. Après avoir tâté du stage pilotage de monoplace avec la Classic Racing School, cette fois le but était...

Essai d’une TVR 3000 M, moins radicale qu’il n’y paraît

Quand Thibaut me parle de l'essai d'une TVR 3000 M, je suis ravi. Il faut dire que j'ai déjà fait un tour dans une...